Les salariés de GE à Belfort retardent le départ d'une turbine à gaz

Publié le 07/06/2019 - 16:08
Mis à jour le 08/06/2019 - 08:35

Mise à jour à 16h08 • Plusieurs centaines de salariés de General Electric ont retardé pendant quelques heures vendredi matin le départ d'une turbine à gaz de l'usine de Belfort pour protester contre le vaste plan social qui doit toucher le site, l'intersyndicale en appelant désormais au chef de l'Etat.

GE-9H-Gas-Turbine_PSP31369-063
Gas Turbine, Rotor on Half Belfort . © GE
PUBLICITÉ

Ces 350 à 400 salariés, selon les syndicats, ont bloqué de 07H45 à 11H00 l’une des entrées du site, empêchant le convoi exceptionnel d’une trentaine de mètres de long de le quitter. Le convoi, qui transportait cette turbine à gaz d’une centaine de tonnes, a  toutefois pu quitter le site vers 13H00, selon Alexis Sesmat, délégué syndical Sud Industrie.

Lors d’une conférence de presse réunie dans l’après-midi, l’intersyndicale, estimant que le ministre de l’Economie Bruno Le Maire « n’est plus un interlocuteur fiable » et n’a « pas pris la mesure » du « plus gros plan social » depuis le début du quinquennat d’Emmanuel Macron, en a appelé « au chef de l’Etat ».

Les syndicats lui ont demandé un rendez-vous à Belfort, en marge de la visite qu’il a prévu d’effectuer lundi à une centaine de kilomèrtres de là, au Musée Courbet de Ornans (Doubs). Ils ont été convoqués le 17 juin pour le lancement du plan social annoncé par l’industriel américain, qui envisage 1.050 suppressions d’emplois en France, dont 800 dans l’entité turbines à gaz de Belfort.

Le rendez-vous du « 17 juin lance le cycle d’information et de consultation qui, légalement, se tient en quatre mois. Or, on estime que les conditions ne sont pas réunies », a déclaré Alexis Sesmat à l’AFP. Le syndicaliste fait valoir que Bruno Le Maire « a demandé à General Electric de revoir sa copie » et que la diversification des activités du site, en particulier dans l’aéronautique, prendra « une dizaine de mois », bien au-delà de cette phase de quatre mois.

Pour M. Sesmat, qui souligne que les syndicats veulent faire annuler cette convocation, « il ne faut absolument pas que cette réunion de lancement du plan ait lieu ».  Même si une grève n’est « pas à l’ordre du jour », la « mobilisation des salariés va crescendo », a-t-il prévenu.

Lundi, en visite à Belfort, Bruno Le Maire avait appelé General Electric à réduire le nombre de suppressions d’emplois, proposant aussi de soutenir financièrement la diversification du site.  Une pétition en ligne, lancée mercredi et intitulée « Stop au massacre de notre industrie par General Electric: 1.000 emplois délocalisés hors de Belfort », avait recueilli vendredi après-midi plus de 3.900 signatures

(Source AFP)

1 Commentaire

ent
Publié le 7 juin à 16h38 par grlulu • Membre

Un commentaire

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

290.000 habitants en situation de vulnérabilité énergétique pour se chauffer

290.000 habitants en situation de vulnérabilité énergétique pour se chauffer

En Bourgogne-Franche-Comté, un quart des personnes sont en situation de vulnérabilité énergétique selon l’Insee. Pour chauffer convenablement leurs logements, les habitants doivent y consacrer une part importante de leur revenu. Actuellement, la part des ménages vulnérables est plus forte en Bourgogne-Franche-Comté qu’au plan national.

Deux bisontines à la conquête du Maroc… et de sponsors

Deux bisontines à la conquête du Maroc… et de sponsors

Anne Gay-Mignerot, 40 ans, et Karine Mary-Odelot, 44 ans, prendront le départ de la 30ème édition du rallye Aïcha des Gazelles au Maroc l’an prochain, le 13 mars 2020. Une course folle qui nécessite de l’entraînement et une entente irréprochable. Mais avant cela, les deux copines devront trouver quelques sponsors pour participer à cette aventure.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 17.06
peu nuageux
le 18/06 à 6h00
Vent
0.8 m/s
Pression
1015.65 hPa
Humidité
88 %

Sondage