Les stations de ski peuvent embaucher des saisonniers, malgré la Covid-19

Publié le 16/11/2020 - 14:45
Mis à jour le 19/11/2020 - 14:42

La ministre du Travail, Elisabeth Borne, incite les stations de ski à embaucher des saisonniers, même s'il est encore "trop tôt" pour dire si elles pourront ouvrir à Noël. Les stations pourront alors avoir recours au chômage partiel.

Il est "trop tôt" pour dire si les stations de ski pourront ouvrir pendant les vacances de Noël malgré l'épidémie de Covid-19, mais les professionnels ne doivent pas hésiter à embaucher des saisonniers, quitte à demander ensuite du chômage partiel, a souligné dimanche la ministre du Travail, Elisabeth Borne sur Radio J.

"Ça n'est pas banal de recruter puis de mettre (les salariés) en activité partielle, mais mon objectif c'est qu'on puisse le faire", pour que les 120.000 saisonniers des stations "puissent être recrutés." Elisabeth Borne

Pour l'heure, il est certes "trop tôt pour prendre une décision" quant à l'ouverture des stations en décembre, d'autant qu'en Auvergne-Rhône-Alpes les services de réanimation "sont déjà au bord de la saturation", a souligné la ministre. Malgré tout, il importe dès maintenant de "préparer la saison", qui "va durer plusieurs mois", a observé la ministre. Avec son collègue chargé de l'Economie, Bruno Le Maire, elle a reçu récemment dans ce cadre les acteurs économiques et les élus des stations pour les "rassurer".

"Je ne veux pas qu'ils hésitent à recruter les saisonniers dont ils vont avoir besoin, et donc on est en train de s'organiser pour que ces saisonniers puissent être recrutés normalement, et bénéficier si nécessaire d'activité partielle, si l'activité des stations de ski n'était pas au niveau escompté."

Interrogée par ailleurs sur la fronde des restaurateurs et cafetiers – qui veulent contester devant le conseil d'Etat la fermeture de leurs établissements décidée dans le cadre du reconfinement – Elisabeth Borne a souligné que le gouvernement pourrait envisager d'élargir les dispositifs mis en place pour leur venir en aide.

"Je comprends de façon générale que les commerçants, les restaurateurs dont on a arrêté l'activité, puissent effectivement ressentir du désarroi, voire de la colère."

"Ce que je peux leur dire c'est qu'on fait ce qu'on peut, en tenant compte de la situation de l'épidémie, pour rouvrir au plus vite, et qu'on fait le maximum pour les accompagner", avec notamment le fonds de solidarité, le chômage partiel et des prêts garantis par l'Etat. "Et peut-être qu'il faudra trouver, avec ceux qui sont le plus fragilisés (…) d'autres dispositifs (...). Il y a beaucoup de restaurateurs qui sont fragilisés, mais (notre) volonté est de tout faire pour éviter les défaillances d'entreprises, quitte à renforcer encore nos accompagnements", a-t-elle développé.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Sport

Banque alimentaire de Franche-Comté : une augmentation des demandeurs d’aide de 20% depuis septembre 2020

La prochaine grande collecte de la Banque alimentaire de Franche-Comté se déroulera les 27, 28 et 29 novembre 2020 dans tous les grands magasins de la région. Objectif : collecter des produits non périssables pour assurer les distributions en 2021 et assurer une demande de plus en plus importante… On en parle avec Michel Jeannin, chargé de communication de la Banque alimentaire de Franche-Comté.

Victoire de Besançon à Mérignac. Brest poursuit son sans-faute, Dijon son calvaire

Handball (ligue féminine) • Brest a poursuivi son sans-faute en Ligue féminine de handball en surclassant Saint-Amand-les-Eaux (44-19) mercredi lors de la 7e journée, marquée par une nouvelle défaite de Dijon à domicile contre Toulon (34-24) alors que les filles de l'ESBF l'ont emporté à Mérignac (24-29)  et grimpe en 5e position au classement général.

Sédentarité : 30 minutes d’exercice par jour bientôt expérimenté en primaire

Pour lutter contre "la bombe à retardement" de la sédentarité chez les enfants, les organisateurs des JO de Paris 2024 et l'Éducation nationale font la promotion de l'expérimentation "30 minutes d'exercice par jour" qui va bientôt démarrer dans quelques écoles primaires. Outre Créteil, les académies de Poitiers, Toulouse, Montpellier, Besançon, Lyon, Réunion doivent aussi se lancer dans l'aventure.

Sébastien Mizoule sera le prochain entraineur de l’ESBF…

Depuis l’annonce du départ de Raphaëlle Tervel en août dernier, le club de l’Entente Sportive Besançon Féminine (ESBF) était à la recherche de son/sa nouvel-lle entraineur pour son équipe première évoluant en Division 1. C'est donc Sébastien Mizoule qui sera le nouvel entraineur la saison prochaine, apprend-on ce 27 octobre 2020.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 1.49
nuageux
le 25/11 à 6h00
Vent
1.12 m/s
Pression
1019 hPa
Humidité
86 %

Sondage