L'intersyndicale soutient six manifestants placés en garde à vue à Besançon

Publié le 18/12/2019 - 17:37
Mis à jour le 18/12/2019 - 17:37

Suite à la manifestation contre la réforme des retraites du mardi 17décembre 2019, six manifestants, dont le syndicaliste FO et leader des gilets jaunes bisontins, Frédéric Vuillaume, ont été placés en garde à vue au commissariat de la Gare d’Eau. Les syndicats CGT-FO-FSU-Solidaires ont tenu a réagir dans un communiqué pour « protester contre la répression des manifestants rassemblés pacifiquement » et pour signifier au Préfet leur désapprobation de la politique du gouvernement.

Manifestation le 17 décembre 2019 ©Hélène Loget ©
Manifestation le 17 décembre 2019 ©Hélène Loget ©

Vers 15h30 mardi 17 décembre 2019, six personnes ont été interpellées en marge de la manifestation contre la réforme des retraites qui a réuni entre 3.300 et 6.000 manifestants selon les sources. Parmi eux, des jeunes, dont une mineure et le syndicaliste FO Frédéric Vuillaume.

"Des manifestants s'étaient rassemblés à la hauteur du pont Canot, à proximité de la City où devait se tenir une réunion entre représentants de l'État et des Collectivités territoriales, autour d'un contrat à portée écologique..." explique l'intersyndicale interprofessionnelle CGT-FO-FSU-Solidaires. "Très vite, des dizaines de gardes mobiles et de policiers se sont déployés et ont chargé les manifestants, les forçant à se replier vers la place Leclerc, puis à se disperser vers le quartier de Battant/Marulaz. C'est alors que les interpellations ont eu lieu, au hasard des petits groupes poursuivis".

Ressorti de sa garde à vue mercredi en fin de matinée, Frédéric Vuillaume a déclaré qu'il continuerait à se battre. Il expliqué par ailleurs qu'il avait reçu une convocation pour s'expliquer devant la justice en février 2020 pour "entrave à la circulation".

 L'intersyndicale a immédiatement demandé l'abandon de toutes poursuites pénales à l'encontre des gardés à vue.

 

1 Commentaire

C'est bien la place "d'une mineure". Eh bien qu'ils y restent un moment en gav. Il doivent bien évidement comparaître au tribunal correctionnel (y compris la mineure) pour y être durement sanctionnés car il y a trouble à l'ordre public. Il y en a marre des ces perturbateurs qui sévissent depuis plus d'un an.
Publié le 3 janvier 2020 à 14h51 par Mikael Rochat • Membre

Un commentaire

  • mikael.rochat25@yahoo.com dit :

    C’est bien la place “d’une mineure”.
    Eh bien qu’ils y restent un moment en gav.
    Il doivent bien évidement comparaître au tribunal correctionnel (y compris la mineure) pour y être durement sanctionnés car il y a trouble à l’ordre public.
    Il y en a marre des ces perturbateurs qui sévissent depuis plus d’un an.

Laisser un commentaire

Grèves décembre 2019

Retraites : tous les syndicats dans la rue avant des réunions cruciales à Matignon

La mobilisation contre la réforme des retraites pourrait atteindre un sommet ce mardi 17 décembre 2019 dans la rue à l’appel, cette fois, de tous les syndicats, invités dès le lendemain à Matignon pour des discussions afin de trouver le chemin d’une sortie de crise avant Noël. À Besançon, une mobilisation est attendue à 10h30 sur la parvis de la gare Viotte.
 

Social

Journée mondiale de solidarité pour la migraine : zoom sur le traitement de la maladie en Bourgogne – Franche-Comté

Le 21 juin 2024, comme tous les ans, c’est la journée mondiale de solidarité pour la migraine. Pour l’occasion, l’association La Voix des migraineux et l’institut de sondage Opnion Way, ont soutenu une initiative de la société pharmaceutique Pfizer. Ainsi, plus de 4.000 personnes en France ont été interrogées sur le thème des migraines, laissant apparaitre des différences selon les régions…

Le Rassemblement national, un programme “au service des plus riches” ?

À dix jours du premier tour des élections législatives, l’intersyndicale a souhaité tenir une conférence de presse jeudi 20 juin 2024 à Besançon afin d’apporter son point de vue sur la situation. Elle a notamment voulu rappeler les mesures contre lesquelles l’extrême droite s’est opposée…

Marche des croquettes à Besançon : un kilomètre parcouru, un repas offert aux animaux des refuges

C’est en soutien aux refuges accueillant les animaux abandonnés que l’association Lianes (Lien avec l’animal et contre l’exclusion sociale), organise une marche solidaire : la Marche aux croquettes. A l’initiative de Solidarité Peuple Animal, ellese déroulera mercredi 3 juillet 2024.

Comité de vigilance, syndicats et associations montent au créneau pour sauver le service d’addictologie d’Héricourt

Le Comité de Vigilance pour les services publics (CV 70) apporte son total soutien aux collectifs, associations, syndicats, et toutes les personnes qui se sont et qui vont se mobiliser contre la fermeture du service d'addictologie du centre de psychiatrie d’Héricourt, apprend-on mardi 11 juin 2024.

En colère, les commerçants mènent une action rue de Vesoul à Besançon

C’en est trop pour les commerçants de rue de Vesoul à Besançon... Ils ont décidé de mener une action pour se faire entendre mardi 4 juin 2024 en couvrant symboliquement le panneau lumineux indiquant la fermeture de la route. Une communication qu’ils déplorent depuis l’effondrement de la rue survenu le 25 février dernier. Ils dénoncent également un manque de concertation "au détriment de la santé financière des entreprises". Le tout sans "qu’aucune aide" ne leur ait encore été accordée…

Problèmes de management : nouvel appel à la grève aux musée des Arts et du Temps à Besançon

Après un premier mouvement de grève le 12 avril dernier, des agents des musées des Arts et du Temps de Besançon se mettront de nouveau en grève vendredi 31 mai 2024. Malgré des signalements à des élues de la maire concernant des problèmes de management de la part de leur directrice, les syndicats déplorent leur inaction.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 18.5
légère pluie
le 12/07 à 18h00
Vent
2.9 m/s
Pression
1013 hPa
Humidité
92 %