Retraites : le réveillon de Noël à l'épreuve des grèves…

Publié le 23/12/2019 - 12:01
Mis à jour le 23/12/2019 - 11:02

Pas de répit en vue cette semaine pour les usagers du rail : les grévistes mobilisés contre la réforme des retraites veulent « maintenir la flamme » pendant les fêtes, tandis que l’exécutif doit annoncer de lundi 23 décembre 2019 le calendrier des négociations qu’il prévoit en janvier.

Manifestation le 17 décembre 2019 ©Hélène Loget ©
Manifestation le 17 décembre 2019 ©Hélène Loget ©

Grève dans les transports, jour 19. Après un week-end de départ en vacances compliqué pour les voyageurs, le trafic SNCF est "conforme aux prévisions" lundi matin, c'est-à-dire "toujours fortement perturbé", avec seulement 40% des TGV et TER en circulation, 20% des Transilien (RER SNCF et trains de banlieue) et un quart des Intercités.

En Ile-de-France, l'"amélioration" promise par la RATP reste minime, avec toujours six lignes de métro sur 16 totalement fermées, un fonctionnement normal seulement pour les deux lignes automatisées, et une circulation des RER A et B cantonnée aux heures de pointe, synonyme de rames rapidement bondées dès avant l'aube.

La circulation est là encore "conforme" aux annonces, avec "près de deux bus sur trois à 7H00", a indiqué à l'AFP un porte-parole de la régie, précisant voir "un peu moins de monde dans les transports, sûrement à cause des vacances scolaires".

"Il est bon de savoir faire trêve", E. Macron

Pour certains usagers, il sera au moins aussi difficile de réveillonner que de se rendre au travail. Mardi, veille de Noël, les Transilien s'arrêteront progressivement de circuler à partir de 18H00 jusqu'à au moins mercredi après-midi.

La suspension du mouvement n'est donc toujours pas au programme. N'en déplaise à Emmanuel Macron, sorti de son silence samedi depuis Abidjan pour rappeler aux grévistes qu'il est "bon de savoir faire trêve" et invoquer leur "esprit de responsabilité".

Le nouveau secrétaire d'Etat aux Retraites, Laurent Pietraszewski, a enfoncé le clou dimanche, estimant que les propositions mises sur la table à la SNCF et la RATP - concernant la progressivité du recul de l'âge de départ ou le niveau des pensions - "doivent permettre de reprendre le travail".

Sauf que la CGT-Cheminots et SUD-Rail, qui prévoient notamment des "actions" le 28 décembre, ainsi que la CFDT-Cheminots, ne sont pas de cet avis. Tout comme certains militants de l'Unsa ferroviaire, malgré l'appel à la "pause" de leur bureau fédéral.

"Erreur historique"

Concert à Austerlitz, repas en gare ou rassemblement devant des mairies ou permanences LREM... "Tout un ensemble d'initiatives pour fêter Noël entre grévistes" sont prévues "lundi et mardi", a indiqué à l'AFP le secrétaire général de la CGT-Cheminots, Laurent Brun, et d'autres seront "décidées lundi pour l'entre deux fêtes".

Les cheminots peuvent compter sur le soutien d'une quarantaine de personnalités, dont l'écrivaine Annie Ernaux, qui ont appelé dimanche à les aider "financièrement".

Mais ils ne sont pas la seule préoccupation du gouvernement, qui veut remplacer les 42 régimes de retraites existants par un "système universel" par points et exclut de revenir sur la "suppression des régimes spéciaux", comme l'a rappelé M. Pietraszewski.

Le nouveau "Monsieur Retraites" du gouvernement doit présenter "lundi un programme et un calendrier de concertation", avec des réunions avec les partenaires sociaux début janvier, le projet étant attendu en conseil des ministres le 22.

Il mènera des discussions sur "le minimum contributif et les transitions", le secrétaire d'Etat à la Fonction publique, Olivier Dussopt, celles "sur la retraite progressive dans la fonction publique" et la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, "celles sur l'emploi des seniors et la pénibilité".

Un nouvel appel à la mobilisation le 9 janvier

Qualifiée d'"erreur historique" par Yves Veyrier, le numéro un de Force ouvrière, la réforme universel "doit être écartée" car "le système actuel fonctionne déjà très bien".

A défaut de pouvoir satisfaire la CGT et FO, qui appellent à une mobilisation le 9 janvier, il faudra lâcher du lest à l'attention des syndicats favorables à la réforme, CFTC, Unsa et CFDT.

Or M. Pietrasezwski écarte d'emblée certaines de leurs revendications, comme la prise en compte de certains facteurs de pénibilité, dont le port de charges lourdes.

"Visiblement, le patronat a réussi à convaincre le gouvernement pour que cette porte soit fermée", a réagi lundi sur RFI Laurent Escure, le secrétaire général de l'Unsa, qui "n'a pas dit son dernier mot".

Ligne rouge pour les réformistes, l'âge d'équilibre à 64 ans assorti d'un bonus-malus, voulu par le gouvernement à l'horizon 2027 pour redresser les comptes sans augmenter les cotisations, sera un point crucial des débats.

D'autres options existent pour ne pas "punir les futurs retraités", estime Pascale Coton (CFTC).

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Grèves décembre 2019

L’intersyndicale soutient six manifestants placés en garde à vue à Besançon

Suite à la manifestation contre la réforme des retraites du mardi 17décembre 2019, six manifestants, dont le syndicaliste FO et leader des gilets jaunes bisontins, Frédéric Vuillaume, ont été placés en garde à vue au commissariat de la Gare d’Eau. Les syndicats CGT-FO-FSU-Solidaires ont tenu a réagir dans un communiqué pour « protester contre la répression des manifestants rassemblés pacifiquement » et pour signifier au Préfet leur désapprobation de la politique du gouvernement.

Retraites : tous les syndicats dans la rue avant des réunions cruciales à Matignon

La mobilisation contre la réforme des retraites pourrait atteindre un sommet ce mardi 17 décembre 2019 dans la rue à l’appel, cette fois, de tous les syndicats, invités dès le lendemain à Matignon pour des discussions afin de trouver le chemin d’une sortie de crise avant Noël. À Besançon, une mobilisation est attendue à 10h30 sur la parvis de la gare Viotte.
 

Social

Reçus à l’Elysée, FNSEA et JA attendent des “décisions claires” avant le Salon de l’agriculture

Les dirigeants des deux syndicats agricoles majoritaires, la FNSEA et les Jeunes agriculteurs (JA), ont dit attendre des "décisions claires" d'Emmanuel Macron qui les reçoit mardi 20 février 2024 dans l'après-midi à l'Elysée, à quatre jours de l'ouverture du Salon de l'agriculture à Paris.

Renouvellement de congé de présence parentale : les règles s’assouplissent

Pour les salariés du secteur privé comme pour les agents de la fonction publique, titulaires ou non, il est désormais plus simple de renouveler, avant son terme, un congé de présence parentale ainsi que le droit de bénéficier de l'allocation journalière de présence parentale (AJPP). Cela fait suite à un décret publié au Journal officiel le 4 février 2024, annonce service-public.fr.

Guerre à Gaza : un rassemblement pour boycotter Carrefour à Ecole-Valentin

Une dizaine de personnes se sont rassemblées devant Carrefour à Ecole-Valentin samedi 17 février 2024 vers 10h00 à l’occasion de la "journée nationale d’action #BoycottCarrefour" lancée par la campagne BDS (Boycott désinvestissement sanctions) en France. L’enseigne est accusée d’être "complice et bénéficiaire de la colonisation illégale de la Palestine".

La confédération paysanne appelle à poursuivre la mobilisation

Faute de réponse sur le revenu paysan, le syndicat de la confédération paysanne de Bourgogne-Franche-Comté appelle à une poursuite de la mobilisation, apprend-on vendredi 2 février 2024. Pour rappel, les syndicats majoritaires FNSEA et Jeunes agriculteurs ont, eux, appelés jeudi à suspendre les blocages suite aux annonces du Premier ministre.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 2.65
légère pluie
le 24/02 à 6h00
Vent
5.18 m/s
Pression
1004 hPa
Humidité
94 %