Mais où sont les libellules et les mantes religieuses ?

Publié le 12/05/2014 - 15:01
Mis à jour le 12/05/2014 - 15:31

C’est ce qu’aimerait savoir plus précisément le Conservatoire botanique national de Franche-Comté-Observatoire régional des invertébrés. A cette fin, il lance une opération de collecte d’informations basée sur les sciences participatives. Vous pouvez tous contribuer à améliorer les connaissances sur les libellules et les mantes religieuses dans la région. Explications.

en quête d’insectes…

Tout d’abord, il faut savoir que les odonates, appelés communément libellules, connaissent trois états successifs : œuf, larve et adulte. Une fois leur dernier stade larvaire atteint, ils quittent le milieu aquatique pour rejoindre la terre ferme et l’air. La libellule adulte y abandonne alors sur un support végétal ou minéral son enveloppe larvaire : l'exuvie. 
 Recherches d'exuvies
Ce sont en fait ces exuvies que le Conservatoire botanique invite grands et petits à rechercher – elles sont parfois bien camouflées dans la végétation - près de chez eux ou lors de leurs promenades, entre avril et septembre dans divers types de zones humides (mares, étangs, bords de rivière ou de canaux…).
 
Il suffit ensuite de les mettre dans des boîtes, de localiser sa découverte avec des étiquettes fournies et de transmettre le tout au Conservatoire botanique. A partir de ces éléments, ses chercheurs pourront mieux affiner leurs connaissances sur ces espèces souvent discrètes dans la nature, confirmer leur caractère reproducteur, estimer plus finement les populations…

Mais aussi les mantes religieuses
Une autre enquête est lancée : celle des mantes religieuses, insectes présents dans les quatre départements de Franche-Comté et dont le Conservatoire aimerait mieux définir la répartition, notamment dans le Doubs où les données sont peu nombreuses. Pas question cette fois de les prélever dans la nature. Il faut juste remplir ses observations sur une fiche en ligne ou papier.
Tous les renseignements sur les modalités de ces deux enquêtes sont disponibles sur le site du Conservatoire botanique national de Franche-Comté-Observatoire régional des invertébrés, ci-dessous.
 
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Nature

Dans le Doubs, 7.000 chevreuils bientôt abattus ?

Le préfet du Doubs, par arrêté annuel, conformément aux dispositions prévues par l’article L425-8 du code de l’environnement, a fixé le nombre minimal et le nombre maximal de chevreuils à "prélever" par territoire en prenant compte des "dégâts causés par cette espèce", selon une information du 24 avril 2024. Ainsi, 7.000 chevreuils ”maximum” pourront être tués dans le département pour la saison 2024-2025. Le public peut donner son avis sur cet arrêté.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 12.94
légère pluie
le 21/05 à 21h00
Vent
3.33 m/s
Pression
1011 hPa
Humidité
83 %