Manifestation des policiers à Besançon : "Ni violents, ni racistes, juste les gardiens de votre paix"

Publié le 15/12/2020 - 08:02
Mis à jour le 14/12/2020 - 16:53

Ce lundi 14 décembre à 17 heures, des fonctionnaires de police du commissariat de la Gare d’eau à Besançon se sont rassemblés pour dénoncer les propos d’Emmanuel Macron la semaine dernière.

 © D Poirier
© D Poirier

Lors d'un interview sur le site d'actualité Brut. le 4 décembre dernier, le président de la République avait parler notamment de "violence des policiers" et de l'existence de contrôles au faciès en déclarant qu'une personne d'origine immigrée était "beaucoup plus contrôlée et identifiée comme étant un facteur de risque" avant d'ajouter que c'était "insoutenable".

"Nous trouvons scandaleux que le président de la République ne soutienne pas sa Police"

Chez les policiers, "la colère ne cesse d'accroître" et des actions s'organisent partout sur le territoire avec un message : "ni violents, ni racistes, juste les gardiens de votre paix. Nous continuerons de vous protéger si on nous donne les moyens de le faire !".

"Ce qui est insoutenable pour nous c'est bien le fait d'être stigmatisés comme violents, racistes et contrôlant au faciès. Non, la Police n'est ni violente, ni raciste, et ne contrôle pas au faciès d'ailleurs, elle ne choisit pas non plus sa délinquance", affirme Antoine Villedieu, secrétaire national du syndicat France Police.

"Nous trouvons scandaleux que le président de la République ne soutienne pas sa Police, dans le but unique de répondre à une minorité bruyante, alors que depuis 2018, cette même police constitue le dernier rempart face à des manifestants de plus en plus radicaux semant le chaos." Et d'ajouter : "Nos collègues ont été les garants et le protecteurs de la République et de ses symboles, et aujourd'hui en remerciement nous voilà désavoués, STOP !" 

"Nous ne demandons pas la lune"

En conclusion, le secrétaire nationale du SFP souligne : "Nous ne demandons pas la lune, juste du respect et de la considération par notre président pour ces femmes et ces hommes qui au quotidien, participent au maintien de la paix dans notre pays."

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Social

Musée d’Arts et du Temps : “Nous sommes inquiets pour la santé des agents” (intersyndicale)

Emmanuelle Monnin pour le syndicat Sud CT 25, accompagnée de Sophie Caron, pour Force ouvrière a indiqué "être inquiète" pour les agents, notamment suite à des problèmes de management de la part de Laurence Madeline, la directrice des musées d’arts et du Temps. L’intersyndicale lance également un appel à la maire de Besançon…

Mineurs isolés étrangers : Sol Mi Ré alerte sur la non-scolarisation de plus d’une soixantaine de jeunes à Besançon

Lors d’une conférence de presse le 10 avril 2024 devant l’inspection académique du Doubs à Besançon, le Collectif Solmiré a alerté sur la situation ”de plusieurs dizaines de jeunes non-pris en charge comme mineurs et non-scolarisés à ce jour” par l'Académie de Besançon.

Une manifestation contre la répression des free party à Besançon

Suite à une initiative nationale lancée par le compte Instagram ”Tekno anti-répression”, le collectif Franche-Comtek appelle à manifester dans les rues de Besançon samedi 13 avril 2024. Objectif : protester contre ”la politique répressive que mène l’Etat à l’encontre des free party depuis plus de 30 ans et plus particulièrement ces cinq dernières années.”

Problèmes de management au musée des Beaux-arts ? Les syndicats en grève le 12 avril

Mise à jour • Les syndicats Sud-Solidaires et FO organisent une manifestation vendredi 12 avril 2024 à 10h00 devant le musée des Beaux-Arts de Besançon afin de dénoncer des "dysfonctionnements liés au management" de la nouvelle directrice des Musées d’arts et du temps. Pour rappel, Laurence Madeline est en poste depuis un an.

Besançon : les professionnels du secteur social et médico-social dans la rue

Les personnels du DAHIS (dispositif d'accueil, d'hébergement et d’insertion sociale) de l'AHS FC (association d’hygiène sociale), qui regroupe les CADA (centre d'accueil des demandeurs d’asile) mais aussi les dispositifs mineurs non accompagnés, se sont réunies à 13h00 au 16 rue Gambetta à Besançon devant le siège du DAHIS. Ils ont ensuite rejoint la mobilisation intersyndicale à l’esplanade des droits de l’homme. Le cortège s’est rendu devant la préfecture afin de transmettre une pétition aux autorités. Cette dernière a recueilli 900 signatures, nous indique la CGT.

“Stop à la maltraitance sociale !” : l’intersyndicale appelle à la mobilisation jeudi à Besançon 

Dans le cadre d’un appel national à la grève jeudi 4 avril 2024, l’intersyndicale (CGT, FO et SUD) sera mobilisée à partir de 13h00 rue Gambetta à Besançon aux côtés du centre d'accueil demandeurs d’asile. Le cortège retrouvera à 14h00 les autres manifestants à l’esplanade des droits de l’Homme.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 3.1
nuageux
le 22/04 à 21h00
Vent
1.59 m/s
Pression
1019 hPa
Humidité
80 %