Alerte Témoin

Non à la loi El Khomri ! Malgré la mobilisation la CGT ne baisse pas sa garde

Publié le 31/03/2016 - 18:29
Mis à jour le 01/04/2016 - 10:19

Suite à la journée de mobilisation de ce jeudi 31 mars 2016, la CGT Franche-Comté a publié un communiqué de presse se félicitant du nombre de manifestants dans les rues comtoises.

07ManifestationCGTERDFEDF006.JPG
©Alexane Alfaro

Selon l'organisation syndicale du territoire ce sont près de 14 000 personnes qui ont battu le pavé pour dire non au projet de réforme du code du travail porté par la ministre Myriam El Khomri.

  • 4 000 personnes à Besançon
  • 2 500 à Montbéliard
  • 2 000 à Belfort
  • 1 400 à Lons-le-Saunier
  • 1 000 à Vesoul 

Et la CGT ne compte pas s'arrêter là car selon le syndicat la loi El Khomri "voudrait permettre aux employeurs de « négocier » directement ou par référendum, dans chaque entreprise des points essentiels (temps de travail, paiement des heures supplémentaires…), et ainsi s’affranchir de la protection minimale du code du travail."

L'organisation syndicale exige purement et simplement le "retrait de cette loi".

Pour ce faire, à l'appel de l'intersyndicale et avec l'appui des organisations étudiantes et lycéennes, la CGT organise une nouvelle journée de mobilisation le 5 avril prochain. S'en suivra d'une grande mobilisation dans toute la France le samedi 9 avril 2016.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

16 % des ménages de Bourgogne-Franche-Comté se chauffent au fioul

Alors que le gouvernement vient d'annoncer qu'à partir de 2022, les Français ne pourraient plus installer chez eux de chaudière à fioul ou charbon, l'Insee Bourgogne Franche-Comté explique que 206.300 ménages se chauffent au fioul, soit 16,1% des ménages de la région. La Bourgogne Franche-Comté se place devant les régions Grand-Est et Bretagne (15 %) bien loin devant l'île-de-France (6%) et la Corse (3%).

Acte de violence commis par un policier : Anne Vignot salue la décision immédiate du préfet de saisir l’IGPN

Suite à une vidéo d’une interpellation le 30 juillet 2020 dans le quartier de Planoise à Besançon, montrant un policier assénant un violent coup à un jeune homme à Besançon, qui a été portée à sa connaissance ce vendredi 31 juillet 2020 après-midi, Joël Mathurin, préfet du Doubs, a décidé de saisir "sans délai" l’IGPN. Une décision que salue la maire de Besançon Anne Vignot dans un communiqué.

Sécurité à Planoise : le préfet du Doubs saisit l’IGPN

Suite à une vidéo d’une interpellation le 30 juillet 2020 dans le quartier de Planoise à Besançon, montrant un policier assénant un violent coup à un jeune homme à Besançon, qui a été portée à sa connaissance ce vendredi 31 juillet 2020 après-midi, Joël Mathurin, préfet du Doubs, a décidé de saisir "sans délai" l’IGPN.
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune

     27.54
    peu nuageux
    le 08/08 à 18h00
    Vent
    2.53 m/s
    Pression
    1016 hPa
    Humidité
    48 %

    Sondage