Des centaines de millions d'euros donnés pour Notre-Dame dans la France des Gilets Jaunes

Publié le 18/04/2019 - 08:26
Mis à jour le 18/04/2019 - 09:15

Devant l'afflux vertigineux des dons pour reconstruire Notre-Dame, des voix dénoncent une générosité sélective, alors que les "gilets jaunes" réclament depuis des mois dans la rue une hausse de leur pouvoir d'achat et que l'aide aux plus démunis est en baisse.

© Hélène Loget ©
© Hélène Loget ©

"En un clic, 200 millions, 100 millions, ça montre aussi les inégalités, ce que nous dénonçons régulièrement, les inégalités dans ce pays", a critiqué le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez sur Franceinfo.

De grandes fortunes et des groupes ont mis au pot depuis lundi: la famille Pinault a promis 100 millions d'euros, suivie par le groupe LVMH et la famille Arnault, première fortune de France, qui ont annoncé un don de 200 millions, puis la famille Bettencourt-Meyers et le groupe L'Oréal (200 millions). Total a annoncé 100 millions. "S'ils sont capables de donner des dizaines de millions pour reconstruire Notre-Dame, qu'ils arrêtent de nous dire qu'il n'y a pas d'argent pour satisfaire l'urgence sociale", a insisté le dirigeant syndical.

"un pognon de dingue pour Notre-Dame"

Ingrid Levavasseur, une des figures des "gilets jaunes", a souhaité sur BFMTV "qu'on revienne à la réalité" et dénoncé "l'inertie des grands groupes face à la misère sociale alors qu'ils prouvent leur capacité à mobiliser en une seule nuit +un pognon de dingue+ pour Notre-Dame".

"Que l'oligarchie donne pour Notre-Dame, c'est bien. L'exemplarité fiscale serait encore mieux. La bonne conscience ne cache pas la misère et l'austérité", a dénoncé sur Twitter Benjamin Cauchy, autre "gilet jaune", présent sur la liste de Nicolas Dupont-Aignan (Debout la France).

De fait, la générosité des donateurs est en partie assumée par l'Etat car la loi Aillagon de 2003 prévoit que les entreprises qui investissent dans la culture peuvent déduire 60% de leurs dépenses en faveur du mécénat (66% de réduction d'impôt sur le revenu pour les particuliers).

Cette réduction sera portée à 75% jusqu'à 1.000 euros (66% au-delà) pour les dons des particuliers en faveur du chantier de Notre-Dame, a annoncé le Premier ministre Edouard Philippe à l'issue du Conseil des ministres.

"Course à l'échalote"

Manon Aubry, tête de liste de La France insoumise aux élections européennes, a dénoncé une "course à l'échalote de l'entreprise qui donnerait le plus tout en revendiquant l'exonération d'impôt". Devant la polémique montante, François-Henri Pinault, patron du groupe de luxe Kering, a décidé de renoncer à cet avantage fiscal.

De nombreuses voix soulignent que l'élan de générosité pour Notre-Dame intervient à un moment où les associations de lutte contre la pauvreté font face à une baisse des dons.

Sur Twitter, l'essayiste catholique Erwan Le Morhedec a appelé ceux qui jugeraient leur don "dérisoire" face au ruissellement d'argent des entreprises sur une cathédrale toujours debout à "le convertir au profit des associations qui soignent les +temples vivants+ et dont les dons se sont, eux, écroulés".

"Si vous pouviez abonder 1% pour les démunis, nous serions comblés"

La sénatrice EELV Esther Benbassa a également tweeté en rêvant d'"un élan aussi spontané et massif en faveur des associations et structures prenant en charge l'extrême pauvreté, l'exclusion sociale, les sans-abri".

"400 millions pour Notre-Dame, merci Kering, Total et LVMH pour votre générosité: nous sommes très attachés au lieu des funérailles de l'abbé Pierre", a tweeté la Fondation Abbé Pierre. "Mais nous sommes également très attachés à son combat. Si vous pouviez abonder 1% pour les démunis, nous serions comblés".

Les dons aux associations ont baissé en 2018 de 4,2%, selon une enquête de France Générosités auprès d'un panel de 22 organisations caritatives. Une baisse imputée en grande partie à la hausse de la CSG qui a touché les retraités, traditionnellement généreux, ainsi qu'à la suppression de l'ISF car les assujettis donnaient volontiers pour réduire leur facture fiscale.

Interrogé à l'issue du Conseil des ministres, Edouard Philippe a balayé toute idée de polémique sur ce sujet. "Nous devons nous réjouir de ce que des personnes physiques très nombreuses et parfois très modestes, que des personnes physiques moins nombreuses et parfois très riches, que des entreprises souhaitent participer à l'effort de reconstruction", a-t-il observé. En faisant valoir que Notre-Dame "n'est pas seulement un bâtiment" mais est "au coeur de la France, au coeur de notre histoire".

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Raid Amazones 2022 : un coup de pouce pour deux Bisontines engagées avec l’association « SOS Préma »

Audrey Stoerkel et Orianne Muscillo, auxiliaires de puériculture en salle de naissance au CHRU de Besançon, ont décidé de participer à l’aventure et de participer au Raid Amazones en novembre 2022. Elles parrainent l'association "SOS Préma » qui aide à la prise en charge des bébés prématurés ainsi que de leurs parents.

20 % des habitants de Bourgogne-Franche-Comté en difficulté pour utiliser internet

Selon un récent rapport de l’Insee, 440.000 habitants de 15 ans et plus  n'ont pas utilisé internet au cours de l'année 2019. L’ouest de la Bourgogne Franche-Comté est encore plus concerné par cette "illettrisme numérique"  caractérisé par l'inaptitude à utilisé les outils numériques au quotidien.

Plus de 700 personnes présentes pour la marche militante contre l’homophobie et la transphobie à Besançon

Les agressions liées à l’orientation sexuelle sont en hausse depuis plusieurs années en France comme partout dans le monde. Face à cette recrudescence des agressions lgbtqiaphobes, des associations bisontines ont décidé de se rendre visibles à l’occasion du mois des fiertés lors d’une marche militante qui s'est déroulée ce samedi 21 mai 2022 à 14h00 au parc Micaud à Besançon.

Solidarité : un couple d’artistes bisontins vend des oeuvres pour aider l’Ukraine

L’actualité française a quelque peu pris le dessus sur l’actualité en Ukraine et pourtant, la guerre continue, des familles continuent de fuir le pays pendant que des femmes et des hommes luttent contre l’envahisseur russe. En solidarité, Marianne Blanchard, dessinatrice, et son compagnon Antony Maraux, artiste peintre, tous les deux originaires de Besançon, ont décidé de proposer quelques unes de leurs oeuvres dont une grande partie des bénéfices sera reversée à la Croix Rouge de Besançon.

Chantal Carroger, la directrice du CHU de Besançon, part en retraite

Après sept années passées à la direction générale du CHU de Besançon, Chantal Carroger quittera ses fonctions le 23 mai 2022 pour partir en retraite. L’intérim sera assuré par Emmanuel Luigi, actuel directeur général adjoint, jusqu’à la nomination d’un nouveau directeur général dont la prise de fonction débutera au 1er janvier 2023.
Offre d'emploi

Foire Comtoise 2022

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 8.21
ciel dégagé
le 29/05 à 0h00
Vent
1.54 m/s
Pression
1015 hPa
Humidité
38 %

Sondage