Novillars : la CGT et le personnel de la Maison d'accueil spécialisée du centre hospitalier appellent à la grève

Publié le 02/11/2022 - 15:58
Mis à jour le 02/11/2022 - 15:53

Ce mercredi 2 novembre, par voie de communiqué de presse, la CGT informe qu'un préavis de grève sera déposé pour que se tienne le mercredi 9 novembre à 13 h 30 un rassemblement de soutien devant le Centre hospitalier de Novillars "pour dénoncer les mesures pour le moins maltraitantes prises par nos tutelles".

 © maCommune.info
© maCommune.info

Depuis près de deux ans, le centre hospitalier de Novillars subit des injonctions de l’ARS pour prendre en soin à la Maison d’accueil spécialisée (MAS) des patients identifiés comme "cas complexes", patients atteints de troubles du spectre autistique, et plus largement de troubles neuro-développementaux. Ceux-ci mettent en difficulté de façon récurrente et avec une grande intensité autant les autres résidents que les équipes de soins qui les accompagnent.

Malgré des avis médicaux défavorables et des tentatives répétées d’inclusions infructueuses, le centre hospitalier de Novillars se retrouve contraint d’accueillir ces deux patients dans une structure non adaptée à leur profil et met en lumière indirectement l’absence d’établissements appropriés sur notre territoire national.

50.000 € sur les 250.000 € demandés

Devant cette obligation, la direction a sollicité auprès de l’ARS des moyens supplémentaires pour la mise en place d’une prise en charge spécifique de ces patients, mais celle-ci n’a octroyé que 50.000 euros sur les 250.000 euros demandés. Cette absence de moyens corrélée à une MAS déjà fragilisée par un sous dimensionnement de ses équipes soignantes n’est pas sans effet sur la qualité de vie des résidents et sur les conditions de travail des professionnels.

Les situations de violence sur d’autres résidents et sur les professionnels de santé se multiplient. Les agents ne parviennent plus à maintenir les activités thérapeutiques et le sous-effectif chronique ne permet plus de garantir la sécurité des résidents et des professionnels. Cette insécurité croissante majore les troubles du comportement et les angoisses des autres résidents, et provoque légitimement de vives inquiétudes pour leurs familles.

Du coté des professionnels de la MAS, les conséquences ne se font pas attendre et les démissions et demandes de mutation affluent à la direction des ressources humaines, dans un contexte institutionnel déjà fragilisé par des fermetures de lits et par une pénurie de personnels soignants.

Au regard des moyens alloués, cette organisation des soins est également malmenante pour ces deux patients identifiés "cas complexes" qui se voient hospitalisés régulièrement en séjours de rupture dans les unités psychiatriques du CHN, faute de pouvoir être pris en soin de façon adaptée à la MAS. En effet, la direction reste en incapacité de mettre en place des organisations de travail pérennes et sécurisées pour les résidents et pour les professionnels.

Une situation qui "accentue le risque de désertification"

Dans une situation d’insuffisance en personnels soignants et de difficultés prégnantes pour les directions à attirer et fidéliser leurs professionnels, cette situation qui perdure depuis plusieurs mois accentue le risque de désertification des établissements médico-sociaux et sanitaires. Les difficultés rencontrées par la MAS concernent désormais l’ensemble des professionnels du CHN au regard de l’absentéisme croissant qu’il faut suppléer et du nomadisme des patients concernés dans les différentes unités psychiatriques.

À la demande conjointe des personnels de la Maison d’accueil spécialisée du centre hospitalier de Novillars et de la CGT, un préavis de grève sera déposé pour que se tienne le mercredi 9 novembre à 13 h 30 un rassemblement de soutien devant le CHN pour nos collègues, pour les résidents et leurs proches, ainsi qu’une conférence de presse pour dénoncer les mesures pour le moins maltraitantes prises par nos tutelles.

(Communiqué)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Bourgogne Franche-Comté : La retraite progressive ou comment se préparer au départ à la retraite

PUBLI-INFO • Le départ en retraite effraye, c’est un fait. Les futurs retraités redoutent de se retrouver sans activités pour occuper leurs journées. Ainsi, la retraite progressive permet, à partir de 60 ans, de recevoir une part de sa re­traite tout en réduisant son temps de travail. À travers, le témoignage de Pierre-Jean, salarié de 62 ans, décou­vrez ce qu’est concrètement la retraite progressive et les motivations qui l’ont poussé à en faire la demande.

Violences faites aux femmes : depuis Dijon, Emmanuel Macron appelle à ne pas " relâcher l’effort "

Le président de la République, qui a rencontré vendredi 25 novembre à Dijon des victimes, a appelé à ne "pas relâcher l'effort" dans la lutte contre les violences faites aux femmes, estimant qu'il fallait améliorer formation et prévention malgré d'importants "progrès collectifs".

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 5.97
légère pluie
le 29/11 à 3h00
Vent
0.81 m/s
Pression
1016 hPa
Humidité
97 %