Ouverture dimanche de la chasse dans le Doubs, le Jura et la Haute-Saône

Publié le 08/09/2018 - 17:47
Mis à jour le 08/09/2018 - 17:47

La chasse ouvre ce dimanche 9 septembre 2018 à 08H00 jusqu'au 28 février 2019 dans tous les départements du sud de la France et trois départements de l'Est - le Doubs, le Jura et la Haute-Saône - annonce sur son  site l'Office national de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS).

Ce calendrier, fixé par arrêté préfectoral, concerne la chasse au gibier à poils et à plumes, avec quelques restrictions variant selon les départements pour certaines espèces.

"Le moral est au beau fixe, le grand gibier et le petit gibier seront au rendez-vous", a assuré samedi Henri Sabarot, président de la Fédération de chasse de Gironde, la plus importante de France avec plus de 42.000 chasseurs.

Dans le reste de la France, la chasse s'est ouverte d'abord en Alsace et en Moselle le 23 août et en Corse le 2 septembre. Elle ouvrira le 16 septembre dans les régions de la Bretagne,
Pays-de-Loire, Hauts-de-France, Grand Est, Bourgogne-Franche-Comté, Centre-Val de Loire et Ile de France.

Les chasseurs de dix départements (Manche, Mayenne, Indre-et-Loire, Indre, Cher, Loir-et-Cher, Eure-et-Loir, Orne, Eure, Oise) devront, eux, attendre le 23 septembre pour prendre leur fusil et ceux de la Sarthe le 30 septembre.

Cette ouverture intervient quelques jours après que le président Emmanuel Macron a donné son aval pour diviser par deux le prix du permis national de chasse, qui passera ainsi de 400 euros à 200 euros. Selon la Fédération nationale des chasseurs (FNC), en 2015, la France comptait plus de 1,1 million de chasseurs pratiquants.

Fin août, la présidente de la FNSEA Christiane Lambert a mis en doute l'efficacité des chasseurs à lutter contre la prolifération des sangliers. "(Il y a) 700.000 sangliers abattus (par an), mais il y en a quatre millions" sur le territoire, a déclaré Mme Lambert, souhaitant "plus de chasseurs, moins de sangliers, moins de dégâts".

Dans le viseur de la présidente de la FNSEA, deux textes approuvés par le Conseil national de la chasse, qui réforment les modalités de la chasse au sanglier.  L'un allonge la période de chasse au sanglier d'un mois, et l'autre retire le sanglier des espèces "nuisibles", ce qui entraîne de facto la suppression du droit pour les agriculteurs de tirer ou faire tirer des sangliers en mars.

Les chasseurs sont pour leur part inquiets des modalités de la nouvelle gestion des espèces chassables. Dans le cadre de cette réforme, un conseil pour la gestion des espèces,
constitué de scientifiques, doit être mis en place dès octobre.

Il devra formuler "un avis et une proposition" au gouvernement. "C'est lui qui décidera du quota et du caractère chassable ou non de l'espèce", a expliqué vendredi Sébastien Lecornu, secrétaire d'État à la Transition écologique.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Skier à l’étranger ? Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives »

Y’aura-t-il des mesures contraignantes pour empêcher les Français d’aller skier à l’étranger? “S’il y a des pays qui maintiennent des stations ouvertes, il y aura des contrôles pour dissuader les Français” et pour “ne pas créer une situation de déséquilibre avec des stations en France”, a lancé le président Macron ce mardi 1er décembre lors d’une conférence de presse, en marge d’une visite du Premier ministre belge Alexander de Croo.

Missions et enjeux de la 7e brigade blindée de l’armée de Terre. On en parle avec le général Pierre-Yves Rondeau

Envoyés en mission pour 3 à 6 mois à travers le monde (Mali, Côte d'Ivoire, Liban…), les militaires de la 7e brigade blindée, subordonnée à la 1re division dont l'État-major est à Besançon, rentreront en France début 2021 en permission avant de reprendre une année d'entraînement. Le général de brigade Pierre-Yves Rondeau nous parle des missions de ces militaires et des prochains enjeux.

Sondage – En ce moment, soutenez-vous les forces de l’ordre ?

En plein débat sur l'article 24 de la proposition de loi dite de "sécurité globale", des images d'actes de violences de la part de policiers en service ont été rendues publiques ces dernières semaines (évacuation d'un camp de migrants, affaire Michel Zecler, manifestations...). Si certains critiquent les forces de l'ordre et leur hiérarchie, d'autres les défendent et évoquent un "surmenage". Et vous, soutenez-vous les forces de l'ordre malgré l'actualité ? C'est notre sondage de la semaine.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 2.94
couvert
le 02/12 à 15h00
Vent
0.94 m/s
Pression
1014 hPa
Humidité
97 %

Sondage