"Pas de différence entre l'UDI, l'UMP, le PS et le MEDEF" pour Sophie Montel

Publié le 22/10/2015 - 16:04
Mis à jour le 16/04/2019 - 14:59

Sophie Montel (FN), candidate aux élections régionales de Bourgogne Franche-Comté qui auront lieu les 6 et 13 décembre 2015, met tous les partis politiques "dans le même sac" face au rapport économique de la future grande région. 

1266512047.jpg
Sophie Montel ©carvy
PUBLICITÉ

Selon la candidate, la Bourgogne et la Franche-Comté sont « en état d’anémie économique, avec le plus faible PIB par habitant de la métropole » et remet en question la « première mission du conseil régional« . Dans un communiqué, Sophie Montel met en cause « la gestion des socialistes » qui en 4 ans, a fait progressé « la fiscalité de 13 et 15% alors que l’économie a augmenté d’1,5%« . 

Des formations « inadaptées » 

Après l’économie, Sophie Montel s’attaque à l’apprentissage et dénonce une « baisse de 20% en Bourgogne et 10% en Franche-Comté depuis 2012« . Selon la tête de liste, « l’offre de formation dans ces régions est inadaptée« . La candidate est aussi revenue sur le « Grand Débat Economique » organisé par le MEDEF, qui aura lieu le lundi 2 novembre 2015 à la Commanderie de Dole. Selon elle, « Marie-Guite Dufay (PS) et François Sauvadet (LR), (deux candidats aux élections régionales), débattront du haut de ces ruines, petits fours à la main. »

Dans sa campagne pour les élections régionales, Sophie Montel compte « favoriser l’apprentissage par une refonte complète du système et une adaptation de l’offre aux besoins du territoire ainsi qu’accorder une préférence locale pour les contrats de marchés publics passés par la région« .

 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Municipale 2020 à Besançon : le candidat Jean-Philippe Allenbach dévoile ses premières propositions

Municipale 2020 à Besançon : le candidat Jean-Philippe Allenbach dévoile ses premières propositions

"Liste Utinam" • Le régionaliste a tenu une conférence de presse jeudi 18 juillet 2019 afin de faire connaître sa candidature officielle pour l'élection municipale de mars 2020à Besançon. Jean-Philippe Allenbach dit avoir déjà au moins une vingtaine de noms sur sa liste et dévoile les propositions que les autres candidats " ne pourront pas lui prendre". 

« Ne comptez plus sur moi pour défendre la moindre nomination d’homme » (M.Schiappa)

« Ne comptez plus sur moi pour défendre la moindre nomination d’homme » (M.Schiappa)

Alors que nous apprenions ce mercredi 10 juillet 2019 vers 22h16 l'officialisation de l'investiture d'Eric Alauzet par le bureau exécutif La République En Marche, le ton est monté à Paris, selon Le Parisien, qui relate les propos tenus par la secrétaire d’État à l’Égalité entre les femmes et les hommes…

Investiture « En Marche » : Alauzet veut « rassembler » autour des valeurs « écologistes humanistes et entrepreneuriales »

Investiture « En Marche » : Alauzet veut « rassembler » autour des valeurs « écologistes humanistes et entrepreneuriales »

Après l'annonce officielle de son investiture ce mercredi 10 juillet 2019 dans la soirée , le candidat officiel d'En Marche à Besançon a réagi sur sa  page Facebook. Éric Alauzet a dévoilé une des quatre priorités issues de sa consultation auprès des Bisontins : la santé.

Municipales à Besançon : Nicolas Bodin (PS) dévoile ses priorités et sa méthode

Municipales à Besançon : Nicolas Bodin (PS) dévoile ses priorités et sa méthode

Dans une lettre aux Bisontins, le candidat socialiste, place publique société civile, a souhaité faire part de ses priorités : transition écologique, qualité de vie pour tous et attractivité de Besançon et de sa communauté urbaine. Au-delà, Nicolas Bodin souhaite "ouvrir la voie vers de nouvelles méthodes de gouvernance plus ouvertes et inclusives".

Municipales 2020 : le candidat En Marche « officiellement » désigné le 10 juillet 2019

Municipales 2020 : le candidat En Marche « officiellement » désigné le 10 juillet 2019

Le nom du candidat désigné  par En Marche pour les municipales devait être annoncé ce lundi 1er juillet lors de la seconde vague d'investiture. Mais LREM a fait un pas en arrière et a repoussé l'annonce au 10 juillet. En coulisses, le nom d'Éric Alauzet revient avec force et insistance. Alexandra Cordier quant à elle ne souhaite pas commenter l'imbroglio politique bisontin dans l'attente de la décision du bureau exécutif. Difficile de savoir si le match se joue encore...

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 18.39
couvert
le 21/07 à 3h00
Vent
2.65 m/s
Pression
1020.35 hPa
Humidité
98 %

Sondage