Pâtisserie Grandvoinnet à Besançon : "Le portefeuille ne doit pas jouer sur le goût"

Publié le 31/03/2018 - 14:35
Mis à jour le 17/04/2018 - 16:34

La pâtisserie Grandvoinnet est une enseigne bien connue des amoureux de chocolat à Besançon. Ouverte il y a trente ans par le père, c'est le fils Bruno qui tient aujourd'hui la boutique, toujours sous l'œil avisé de son paternel. Elu il y a trois ans l'un des 150 meilleurs chocolatiers de France, Bruno Grandvoinnet souhaite désormais partager avec le plus grand nombre ses secrets de chocolat…

Commerçant Bezac Kdo

PUBLICITÉ

A l’approche de Pâques, la pâtisserie embaume plus que jamais des moulages fraîchement déposés sur les vitrines. Poules, lapins, poissons… Les classiques sont là, dégageant de puissants arômes dans la boutique. Et pour cause : les pièces en chocolat noir, plus pures et puissantes que les autres, sortent seulement des moules, à quelques jours à peine du fameux dimanche de Pâques. « Comme le chocolat noir s’oxyde vite, on ne peut pas se permettre de les mouler des semaines en avance et de les laisser perdre leur saveur. Même si c’est une contrainte supplémentaire », explique Bruno Grandvoinnet.

« Le portefeuille ne doit pas jouer sur le goût »

Et des contraintes, le maître chocolatier en connaît. Il a fait de l’excellence de ses produits un leitmotiv, « sans regarder à la dépense« . Par exemple, pour l’une de ses créations, un baba aux fraises et à la bergamote, qu’il préfère ne réaliser « que dans la saison des fraises » par soucis de goût. « Dans ce métier, l’orgueil se paie. Même si les marges sont bien plus réduites avec des ingrédients de luxe, je préfére toujours offrir des produits à ma clientèle qui me plaisent personnellement, plutôt que des pâtisseries sans goût. »

Et faire découvrir des goûts, c’est ce qui fait avancer le Bisontin. « Qu’on ait un gros portefeuille ou pas, tout le monde devrait pouvoir avoir accès à de nouvelles saveurs. Le goût doit être à la portée de tout le monde », explique-t-il en montrant ses moulages de Pâques, dont le prix varie « de 5 à 80 euros ».

Toujours continuer à innover

Bruno Grandvoinnet est tombé dans la passion du chocolat quand il était petit, via l’activité de son père. Il y a dix-huit ans, il a repris le flambeau, plus ardent que jamais. Le pâtissier n’a depuis eu de cesse de réinventer son art. Sa nouveauté tendance du moment ? Une geisha, dame de compagnie japonaise traditionnelle, haute de trente centimètres et réalisée grâce à un habile montage de différents chocolats. Une idée que le chef chocolatier est allé trouver directement… Au Japon. « Dans le monde du chocolat, il faut toujours se réinventer si on ne veut pas stagner. C’est pourquoi je voyage au moins une fois par an » explique-t-il. Et c’est en Asie, d’où il est revenu l’an dernier, qu’aura germée l’idée de cette poupée en chocolat nippone…

Infos +

  • Pâtisserie Grandvoinnet
  • 50 rue de Belfort, 25000 Besançon
  • 03.81.80.28.43
  • Ouvert de 7h30 à 19h30 tous les jours
  • Fait également salon de thé

Bezac Kdo

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Au Crédit Agricole, le sport comme école de la vie

Au Crédit Agricole, le sport comme école de la vie

publi-info • Le Crédit Agricole est une banque solidement ancrée dans les territoires et la Franche-Comté ne fait évidemment pas exception à cette règle. De ce fait, et de longue date, l’établissement bancaire s’est naturellement investi dans des activités sportives, parce que c’est une école de vie porteuse de valeurs allant de l’humilité au goût de l’effort.

Besançon, à vous de construire le bonheur qui va avec…

Besançon, à vous de construire le bonheur qui va avec…

Les 3 B • En devenant communauté urbaine au 1er juillet 2019, le Grand Besançon passe un cap et se dote d'une marque d'attractivité déclinable par les différents acteurs publics et privés du territoire qui ont participé à sa co-construction : "Besançon, Boosteur de bonheur", plus qu'une promesse mais un véritable art de vivre à la bisontine que les différents acteurs locaux vont s'approprier

GE à Belfort : une lettre ouverte à Emmanuel Macron

GE à Belfort : une lettre ouverte à Emmanuel Macron

Alors que plusieurs centaines de salariés de General Electric ont empêché lundi 17 juin 2019 à 9h  la tenue à Belfort de la première réunion d'information sur le plan social qui doit frapper de plein fouet le site. Un nouveau rendez-vous a été fixé au vendredi 21 juin, a indiqué un porte-parole du site.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 18.91
couvert
le 24/06 à 21h00
Vent
2.29 m/s
Pression
1016.39 hPa
Humidité
90 %

Sondage