Pénis de titan, Fleur de cadavre... Engouement extraordinaire pour observer la floraison d'un Arum titan

Publié le 13/07/2023 - 14:52
Mis à jour le 13/07/2023 - 15:48

 "Je ne pensais pas qu'une fleur pouvait être aussi grande, c'est magique" : au jardin botanique de Villers-les-Nancy (Meurthe-et-Moselle) les visiteurs se bousculent pour admirer un Arum Titan en fleur, un spectacle rarement observé en France. Le compte-à-rebours est lancé depuis le début de la floraison mardi 11 juillet à la mi-journée: la plante dans toute sa splendeur ne se dévoile que durant 48 heures environ.

 © jardin botanique de Villers-les-Nancy
© jardin botanique de Villers-les-Nancy

Et pour l'occasion le jardin botanique a mis les petits plats dans les grands : il est ainsi resté notamment ouvert au public jusqu'à plus de minuit mardi soir, pour qu'un maximum de visiteurs puissent observer ce pistil jaune haut de près de deux mètres, entouré d'une corolle pourpre. "La plante est rarissime, elle a une biologie absolument dingue", s'enthousiasme Frédéric Pautz, directeur du jardin botanique. "Son tubercule fait 33 kilos et il a sorti, en un mois et demi, une inflorescence qui fait 1,97 mètre de haut. C'est la plus grande inflorescence qu'il y ait jamais eu en France sur cette espèce."

Et si cette plante est rare, sa floraison l'est encore plus : il s'écoule en effet plusieurs années entre chaque cycle.

Egalement surnommée "le Pénis de Titan", cette plante est endémique des forêts tropicales de Sumatra. Les dernières occasions pour le public de découvrir une telle floraison en France remontent à 2009 à Brest, 2014 à Nantes, 2016 à Bordeaux, et au mois d'avril dernier au Jardin des Plantes à Paris.

"Patrimoine mondial"

"Cette plante, +l'Amorphophallus titanum+, est une plante en voie de disparition. Elle est très emblématique des problèmes écologiques de l'île de Sumatra, puisque comme vous le savez, à Sumatra, il y a de la déforestation. C'est pour ça qu'elle a un statut de protection. Elle est vraiment un patrimoine mondial, c'est une richesse biologique pour l'humanité", reprend M. Pautz.

Le Jardin botanique lorrain avait reçu cet Arum sous la forme de semis en 2018, en provenance du Jardin botanique de Meise, en Belgique. Et après cinq ans où les jardiniers-botanistes nancéiens ont été aux petits soins, après plusieurs cycles de croissance et deux rempotages, le petit semis s'est aujourd'hui mué en un tubercule de plus de 30 kilos. Le spectacle est d'ailleurs autant visuel qu'olfactif : l'autre surnom de la plante est la "Fleur de cadavre", du fait de l'odeur de viande avariée qui s'en dégage. Dans le milieu naturel celle-ci attire les insectes pollinisateurs, principalement un coléoptère charognard. Mais les effluves restent modérés au jardin botanique de Nancy et ne découragent pas les amateurs.

"C'est surréaliste"

"Il y a un engouement extraordinaire, on est déjà à plus de 6.000 visiteurs sur la nuit dernière : les gens à minuit, à une heure du matin continuaient d'arriver pour voir la plante", note encore le directeur du jardin botanique. "C'est extraordinaire d'imaginer qu'un végétal, bien sûr exceptionnel, est capable de susciter autant d'émotion. Il y a un retour des visiteurs qui est incroyable devant cette plante absolument magique."

La file d'attente à l'entrée du jardin botanique est impressionnante et pour que tout le monde puisse voir Arum Titan, les visiteurs sont invités à ne pas rester plus de deux ou trois minutes devant la fleur. "Je suis venue la semaine dernière, elle avait l'air d'un cocon, on aurait pu croire à un alien, qu'il y avait quelque chose dedans", raconte Nathalie Decker, une laborantine de 59 ans. "Et là, elle a éclos, c'est surréaliste, c'est immense, c'est grand, je ne pensais pas qu'une fleur pouvait être aussi grande. C'est magique."

Un certain nombre de visiteurs sont en effet venus voir chaque jour l'évolution de la plante depuis une semaine, pour être sûrs de ne rien rater. "C'est impressionnant, ça mérite quand même le déplacement", acquiesce Pascale Délécray, une retraitée de 73 ans.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Nature

Orages : toute la Franche-Comté en vigilance jaune ce mardi après-midi

Météo France a placé l’ensemble de la région Franche-Comté et la Saône-et-Loire en vigilance jaune orages pour ce mardi 25 juin 2024 à compter de 14h et jusqu’à minuit. Le risque d’orage ne devrait toutefois pas réussir à éteindre la flamme olympique qui passera par le département du Doubs ce jour même. 

3677 : le nouveau numéro vert pour signaler les maltraitances animales

Le Conseil nationale de la protection animale (CNPA) a lancé ce lundi 24 juin 2024, un nouveau service téléphonique permettant de simplifier les signalements de maltraitance animale. Celui-ci devrait permettre de venir en aide aux personnes souhaitant signaler un cas de maltraitance animale mais ne sachant pas comment s’y prendre, en les orientant rapidement vers le bon interlocuteur.

Météo : un week-end mitigé en Franche-Comté

Vu les prévisions de Météo France annoncées, difficile de se dire que ce week-end des 22 et 23 juin est le premier d'été 2024... et pourtant. La Franche-Comté aura droit à un week-end pluvieux le samedi et malgré de belles éclaircies prévues ce dimanche, le mercure lui, restera sous les normales de saison.

Orages : vigilance jaune “minimum” pour la Bourgogne-Franche-Comté ce jeudi

Météo France a placé l'ensemble de la région Bourgogne-Franche-Comté à l'exception du Territoire de Belfort, en vigilance jaune pour des risques d'orages et d'inondations ce jeudi 20 juin à partir de 12h. Elle prévient toutefois qu'une évolution vers un niveau de vigilance supérieur est possible, surtout à l'Est". Il convient donc d'être attentif aux prochaines actualisations de la vigilance.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 26.96
ciel dégagé
le 25/06 à 12h00
Vent
3.46 m/s
Pression
1010 hPa
Humidité
57 %