Peut-on encore laver sa voiture avec la sécheresse ?

Publié le 16/08/2022 - 16:10
Mis à jour le 16/08/2022 - 10:13

Avec les restrictions liées aux alertes sécheresse, laver sa voiture est désormais interdit dans de nombreuses communes. 

 ©
©

Les interdictions de lavage touchent une part croissante des 10.000 stations de l'Hexagone depuis ces dernières années, et elles se sont multipliées au cours de cet été historiquement sec.

Seule exception : les stations qui réutilisent l'eau en circuit presque fermé ont parfois le droit de rester ouvertes. Elles restent extrêmement rares : la plupart retraitent l'eau dans des cuves, avant de la jeter à l'égout.

En Bourgogne Franche-Comté, le groupe Spa Auto  qui compte six centres peut poursuivre son activité.

Mais dans les faits, la plupart des stations restent ouvertes. À Pierre-Bénite, près de Lyon, une station a affiché que le lavage était réservé aux véhicules d'urgence, comme les ambulances. "Après, moi, je ne peux pas interdire aux gens de venir […], je ne suis pas policier", lance le gérant de la station, Éric Marcoccia.

TotalEnergies, leader du secteur avec 1 000 stations, n'a pas su préciser combien d'entre elles étaient fermées, la situation étant "évolutive". Mais une porte-parole a souligné qu'elles avaient toutes été sensibilisées au sujet des arrêtés préfectoraux.

Interdictions à géographie variable

Il y a une "cacophonie" au niveau des préfectures, avec des mesures différentes selon les départements, explique Jean-Luc Cottet, exploitant de centres de lavage en région parisienne et représentant du secteur chez Mobilians, qui rassemble les professionnels de l'automobile.

À l'entrée d'Auxerre (Yonne), Jean-Claude, 50 ans, fait passer sa Renault Mégane entre les rouleaux d'une station Total. "De toute façon, on sait qu'on va droit dans le mur ! Et on nous demande à nous, consommateurs, de faire des efforts." Difficile par ailleurs de savoir si la station dispose d'un système de recyclage.

Quelque 40 kilomètres plus au sud du même département, l'hypermarché Auchan d'Avallon a fermé sa station de lavage alors que le Cousin, la petite rivière qui traverse la ville, est au plus bas. Selon son directeur, le propriétaire de l'établissement envisage de mettre en place un système de recyclage de l'eau pour rester ouvert les étés prochains.

"C'est un peu ambigu comme situation et pas confortable pour les exploitants. On demande aux gens de ne plus laver leur véhicule", déplore M. Cottet, qui craint que les stations ne doivent fermer plusieurs mois par an.

Au total, 0,6 % de l'eau consommée en France est utilisée pour le lavage des voitures, dont un tiers en station, avec six lavages en moyenne par voiture et par an.

Un lavage au jet à haute pression consomme en moyenne 60 litres d'eau, soit une très longue douche. Un portique en consomme 120 litres et un tunnel de lavage 160.

Récupérer l'eau sale

"Si on les empêche d'aller dans les stations, les accros de la voiture vont les laver à la maison. Et c'est polluant et consommateur d'eau", fait valoir M. Cottet. Il est interdit de laver sa voiture à grande eau sur la voie publique, sous peine d'une amende de 450 euros. Dans sa cour ou son jardin, il est limité, avec obligation de récupérer l'eau sale.

Au total, 5 650 contrôles ont été effectués pour faire respecter les mesures liées à la sécheresse depuis le début de l'été, tous secteurs confondus, avec 163 PV à la clé et une vingtaine de procédures pénales, selon le ministère de la Transition écologique. Et tous les services de police, municipaux et de gendarmerie sont autorisés à sévir.

Jean-Luc Cottet insiste toutefois sur le rôle "écologique" des stations de lavage, qui récoltent chaque année 48 000 tonnes de boue, chargées de résidus toxiques. Selon lui, la profession s'adapte, notamment face à la concurrence du lavage à sec : celui-ci, bien plus cher, utilise des produits chimiques sur des dizaines de lingettes qui doivent être ensuite lavées… à l'eau.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Nature

Une « révolution végétale » est en cours place de la Révolution à Besançon…

C’est l’un des principaux ilots de chaleur du centre-ville de Besançon : la place de la Révolution. De novembre 2022 à mars 2023, une grande concertation invite les riverains et commerçants de cette grande place minérale à s’exprimer pour la végétaliser tout en tenant compte des nombreuses contraintes… 

Bourgogne Franche-Comté : un nouvel atlas sur les libellules

Le Conservatoire botanique national de Franche-Comté – Observatoire régional des Invertébrés et ses partenaires annonce la parution d’un tout nouvel atlas consacré aux libellules de Bourgogne-Franche-Comté. Avec plus de 100.000 données exploitées, l’aide d’un millier d’observateurs et un grand réseau d’auteurs bénévoles, cet atlas unique répertorie et décrit les 75 espèces de libellules présentes dans la région.

Citadelle de Besançon : les couleuvres vipérines remises en liberté dans le cadre de leur plan de sauvegarde

Dans le cadre d’un plan de sauvegarde de la Couleuvre vipérine, la LPO Bourgogne-Franche-Comté et la Citadelle de Besançon se sont associées pour protéger ce serpent complètement inoffensif durant les périodes de travaux sur leur zone d’habitat naturel. Après une phase de conservation en dehors de leur milieu naturel, leur remise en liberté est imminente.

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 15.45
nuageux
le 06/10 à 12h00
Vent
2.44 m/s
Pression
1031 hPa
Humidité
86 %

Sondage