Plan loup : le gouvernement dévoile ses nouvelles mesures ce lundi

Publié le 18/09/2023 - 10:22
Mis à jour le 18/09/2023 - 10:00

Le gouvernement dévoile ce lundi 18 septembre 2023 à Lyon les grandes lignes de son "plan loup" 2024-2029, censé assurer une meilleure protection des troupeaux, mais comprenant de nouvelles dispositions jugées alarmantes par les défenseurs du prédateur, classé espèce menacée.

Photo d'illustration © Libre de droit/Pixabay
Photo d'illustration © Libre de droit/Pixabay

Après plusieurs reports, le texte, voué à remplacer un précédent plan arrivant à expiration à la fin de l'année, doit être officiellement présenté par la préfecture de la région Auvergne-Rhône-Alpes aux membres du Groupe national Loup (GNL) : représentants du monde agricole, élus, chasseurs, administrations et associations de protection de la nature.

La réunion, qui se tiendra à huis clos, s'annonce tendue, tant ce dossier complexe est politiquement sensible. Plusieurs membres du GNL relevaient toutefois ce week-end que, certains arbitrages importants n'ayant pas encore été rendus, les annonces de lundi seraient plutôt des "orientations" que des décisions fermes.

"Installer un nouvel équilibre"

La tendance de fond est pourtant claire : le nouveau programme "tire le bilan que le loup n'est plus en danger d'extinction, mais qu'en revanche, il y a un danger réel de disparition du pastoralisme", a expliqué à l'AFP une source gouvernementale. Le plan "a pour ambition d'installer un nouvel équilibre".

Le ministre de l'Agriculture Marc Fesneau a lui aussi donné le ton mardi lors d'une visite dans un salon de l'élevage : "Nous sommes face à une population lupine exponentielle dans sa croissance. On doit pouvoir se féliciter d'avoir sauvé l'espèce en termes de biodiversité, après tout. Mais il y a un moment où le seuil est tellement haut que ça n'est plus compatible avec les activités d'élevage et en particulier les activités pastorales".

Plus de 12.000 bêtes attaquées en 2022

Après avoir un temps disparu en France, le loup est réapparu au début des années 1990, et ses rangs ont progressivement grossi, au grand dam des éleveurs qui ont déploré plus de 12.000 bêtes attaquées en 2022. Le nombre de canis lupus arpentant le territoire a été revu en hausse début septembre à 1.104 individus (contre 906 auparavant), selon une estimation établie par l'Office Français de la Biodiversité (OFB) à partir d'indices (traces, hurlements, analyses génétiques, etc.).

Ce chiffre signifie en outre que jusqu'à 209 loups peuvent être abattus en France cette année, soit le quota de 19 % autorisé.

Le statut du loup passe à "espèce protégée"

Le nouveau plan en cours de gestation devrait donner satisfaction aux éleveurs puisqu'il prévoit une simplification des protocoles des tirs destinés à abattre les loups attaquant les troupeaux, un réexamen du statut du loup, d'"espèce strictement protégée" à "espèce protégée", une évolution qui devra se faire au niveau européen, selon la source gouvernementale.

Autres axes du plan, revoir les modalités de comptage des loups pour éviter la "défiance", mais aussi mieux indemniser et accompagner les éleveurs victimes d'attaques.

En l'état, le plan est "extrêmement décevant", estime-t-on à la Confédération paysanne, regrettant qu'il ne reprenne aucun des besoins "remontés depuis le terrain" notamment en matière de protection.

Pour les associations, "le gouvernement fait fausse route"

Pour les six associations de défense de la nature impliquées dans le GNL, le gouvernement fait fausse route en reprenant "le narratif de certaines organisations syndicales sur une pullulation du loup et une mise en péril du pastoralisme", déplore Jean-David Abel, représentant de France Nature Environnement. Or, hormis en Espagne et en Italie, l'espèce n'est "nulle part en bon état de conservation" en Europe, dit-il.

Quant à la question du statut du loup, elle n'est selon lui qu'un "serpent de mer" témoignant de "l'ignorance" de ses partisans.

Les pro-loups s'agacent aussi au passage des déclarations de la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, qui a récemment dénoncé "une concentration de meutes de loups dans certaines régions européennes (qui) est devenue un réel danger pour le bétail et, potentiellement, pour l'homme" et annoncé une possible révision de son statut de protection. Mme Von der Leyen "fait de la politique et les prédateurs sont une cible ultra facile", juge M. Abel, qui dénonce la "stratégie populiste" du Parti Populaire Européen dont elle est issue.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Nature

Champignons en Bourgogne Franche-Comté : les conseils pour faire une bonne cueillette

Depuis juillet, la plupart des champignons comestibles sont cueillables dans les bois de Bourgogne Franche-Comté et cette période continue jusqu’en octobre. Attention, les cueilleurs n’ont droit qu’à 3,5 kilos par jour et par personne. Voici les conseils de l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) pour réussir votre cueillette sans vous intoxiquer.

“Repères” : le dernier numéro sur les adaptations aux changements climatiques dans les territoires

Face aux enjeux d'adaptation aux changements climatiques, l’État, l’ADEME, la Région
Bourgogne-Franche-Comté et d'autres acteurs ont initié un travail collectif en créant le Groupe régional pour l’adaptation au changement climatique (GRACC). Les travaux menés ont permis la réalisation du dernier numéro de "Repères", publication périodique dédiée aux "impacts climatiques : les clés pour s’adapter". 

Un automne pour les passionnés·ées de champignons en Bourgogne-Franche-Comté

La Mycologie débarque au Conservatoire botanique national de Franche-Comté :

Agréés par le Ministère en charge de l'écologie, les Conservatoires botaniques nationaux (CBN) œuvrent pour la connaissance et la conservation des espèces végétales et fongiques en France. Une dernière corde qui manquait encore au CBN Franche-Comté jusqu'à aujourd'hui, avec l'arrivée d'Andgelo Mombert au poste de mycologue !

“La valorisation des déchets progresse en Bourgogne-Franche-Comté” selon l’Insee

Selon l'étude de l'Insee Analyses Bourgogne-Franche-Comté publiée en septembre 2023, le tri et la valorisation des déchets dans la région sont de "plus en plus performant". De 2010 à 2020, les ordures ménagères résiduelles ont diminué de 24% en Bourgogne-Franche-Comté. Pour cause, la tarification incitative, les 130 installations de traitement et les changements d'habitudes au quotidien. Une étude présentée par Thésée Sztrakoniczky, chargé d'étude statistique. 

Sécheresse dans le Jura 2022 : trois nouvelles communes reconnues en “état de catastrophe naturelle”

Ce mardi 26 septembre 2023, la préfecture du Jura informe que trois nouvelles communes ont été reconnues en état de catastrophe naturelle "pour les dommages causés par les mouvements de terrain différentiels consécutifs à la sécheresse et à la réhydratation des sols". Ces trois noms s'ajoutent aux 149 communes, déjà reconnues pour les mêmes raisons. 

Le mois de septembre, bientôt le “plus chaud jamais enregistré en France”

Cette dernière semaine de septembre 2023 devrait marquer un nouveau tournant dans le contexte climatique. Le mois de septembre devrait être le plus chaud, jamais enregistré en France. Des mots qui n'avaient pas été prononcés depuis 1949, date à laquelle s'établissait le dernier record. Selon Météo France, l'Hexagone a connu une succession de pics de chaleur avec des températures "anormalement élevées" durant le mois de septembre. Précisions.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 14.91
couvert
le 04/10 à 18h00
Vent
1.64 m/s
Pression
1027 hPa
Humidité
66 %