Alerte Témoin

Réforme du Bac et du lycée : les points clés du rapport Pierre Mathiot

Publié le 30/01/2018 - 16:10
Mis à jour le 07/02/2018 - 09:41

Proche du ministre de l'Éducation Jean-Michel Blanquer, le Franc-Comtois Pierre Mathiot a rendu la semaine dernière son rapport de transformation du baccalauréat et de l'organisation des trois années du lycée.

capture_decran_2018-01-26_a_10.43.13.jpg
© Komsomolec CC0 Pixabay

Qui est Pierre Mathiot ?

Pierre Mathiot est né le 10 octobre 1966 à Montbéliard. Il obtient son Bac A1 au lycée Peugeot de Valentigney en 1985 avant d'intégrer hypokhâgne à Besançon. Accepté sur le fil à Sciences-Po Paris (diplômé en 1989), il devient professeur d'université en sciences politiques à Lille II. C'est à cette époque qu'il rencontre Jean-Michel Blanquer. En 2007, il devient directeur de Sciences-Po Lille.

En janvier 2016, Pierre Mathiot est nommé délégué ministériel au parcours d'excellence par la ministre de l'éducation de l'époque Najat Vallau Belkacem. Il rejoint ensuite "En marche!" et se voit confier le 30 octobre 2017 une mission de réforme du lycée et du baccalauréat qu'il remettra  le 24 janvier 2018.

Les principales propositions du rapport Mathiot

 Séries S, L et ES supprimées 

Les séries S (scientifique), L (littéraire) et ES (économie et social) pour le bac général disparaissent. Elles sont remplacées par deux disciplines "majeures" choisies dès la Première parmi une dizaine de combinaisons possibles (par exemple maths/sciences économiques ou lettres/langues) et deux disciplines "mineures". S'ajouteraient des enseignements facultatifs. 

Pour le choix des majeures et des mineures, le rapport Mathiot présente plusieurs scénarios mais privilégie la création d'une liste nationale de majeures que doivent proposer tous les établissements (libres à eux d'en présenter d'autres en plus). Pour le choix des mineures, le lycéen peut opter pour des disciplines du même champ que ses majeures, ou totalement extérieures (par exemple physique et maths en majeures, histoire-géographie et sciences économiques et social en mineures).

Ce choix se fera avec un accompagnement encadré, l'élève "ne pourra pas faire tout et n'importe quoi", selon le rapport. 

Le bac reste le bac

Il conserve son double statut de diplôme de fin des études secondaires et de premier grade de l'enseignement supérieur, organisé selon les mêmes modalités pour l'ensemble des élèves actuellement dans des filières générales ou technologiques. 

Cinq épreuves finales, dont un grand oral

En fin de classe de Première, l'épreuve de français (écrit et oral) est maintenue. En Terminale, l'examen de philo se tiendra à la mi-juin tout comme une épreuve de grand oral, qui fait partie des principales innovations du rapport. Deux épreuves écrites, qui évaluent deux disciplines d'approfondissement (dites majeures) choisies par l'élève, auront lieu au retour des vacances de printemps. Ce calendrier permettra de faire figurer sur Parcoursup, la nouvelle plateforme d'inscription dans l'enseignement supérieur, quelque 75% des résultats obtenus au bac (épreuves et évaluations).

Innovation majeure, le grand oral prend la forme d'une présentation d'une trentaine de minutes (dont 10 minutes de questions). Le projet démarre dès la Première et doit s'adosser à au moins une des deux majeures choisies par le lycéen. L'élève peut travailler seul ou en groupe, la présentation est en revanche individuelle. Cette épreuve s'apparente au TPE actuel (travail personnel encadré, passé en Première), "en version XXL". L'exercice, qui "comble un vide majeur", prépare les jeunes à ce qui les "attend dans l'enseignement supérieur" et "dans la vie après le lycée", selon le rapport.

Les coefficients

Ces cinq épreuves finales pèseront 60% de la note finale: 10% pour le français pour tous les candidats, 25% pour les deux épreuves du printemps, 15% pour le grand oral et 10% pour la philo.

Les résultats de Première et Terminale comptent pour les 40% restants. Ils proviennent soit d'épreuves ponctuelles, dont les sujets sont tirés de banques nationales, soit d'épreuves ponctuelles et des moyennes inscrites sur le bulletin scolaire, soit uniquement des moyennes du bulletin scolaire.

Quid des options?

Elles sont préservées et seront évaluées lors d'épreuves ponctuelles ou par des évaluations régulières. Mais, nouveauté, la note d'une option sera prise en compte même si elle est inférieure à 10 sur 20. Jusqu'à présent, seuls les points supérieurs à 10 étaient comptabilisés dans le total des points du bac --et expliquaient aussi l'inflation du nombre des mentions ainsi que les moyennes supérieures à 20.

Fin de l'oral de rattrapage

Il concerne les candidats dont la moyenne au bac se situe entre 8 et moins de 10. Le "repêchage" est maintenu mais ses modalités changent: les oraux seront remplacés par un examen par un jury du livret scolaire couvrant les classes de Première et Terminale. 

Une organisation différente au lycée

L'année scolaire est désormais découpée en semestres (septembre-janvier, février-juin) et non plus en trimestres, et ce dès la classe de Seconde. 

Des enseignements sont divisées en trois groupes (dits "unités"). La première unité regroupe les cours suivis par tous les élèves, avec des disciplines communes même si les volumes horaires varient en fonction des cursus. La deuxième comprend les enseignements choisis par les élèves, en majeure ou mineure. La troisième correspond à la préparation à l'après-lycée (orientation, méthodes de travail etc.) 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Education

Y aura-t-il des sessions de rattrapage du baccalauréat en Franche-Comté ?

Cette année, compte tenu de la situation sanitaire liée au covid19, des aménagements des examens nationaux comme le baccalauréat ont été décidés : l’ensemble des épreuves du diplôme national du brevet et du baccalauréat général, technologique et professionnel sont validées à partir des notes du livret scolaire. Pour celles et ceux qui n'auront pas leur baccalauréat de cette façon, des sessions de rattrapages seront programmées comme l'a déclaré ce vendredi 29 mai Jean-François Chanet, recteur de l'Académie de Besançon.

Réticences à la réouverture des écoles : « Cela fait partie des efforts de persuasion que nous avons à faire » (Recteur)

Des communes telles que Besançon ne souhaitent pas rouvrir toutes les écoles pour diverses raisons. Pour le recteur de l'Académie de Besançon, "il y a un effort à faire (…) aujourd'hui le département du Doubs est à 82% des ouvertures des écoles, il faudra que nous soyons à 100% au cours du mois de juin", a-t-il indiqué lors d'une conférence de presse vendredi 29 mai 2020.

Le Club lecture : « L’appel de la Forêt » (dernier chapitre)

La lecture du soir... • Durant le confinement, l'Académie de Besançon et maCommune.info vous invite à une lecture tous les soirs. Après le chapitre 5 de L'appel de la forêt de Jack London, la lecture se poursuit aujourd'hui, avec le dernier chapitre de l'histoire...        

Places dans les cantines scolaires de Besançon : des parents d’élèves inquiets pour la rentrée 2020

Dans un communiqué du 26 mai, la Fédération des Conseils de Parents d'Elèves (FCPE) et le collectif "Cantines en colère" à Besançon s'inquiètent des capacité d'accueils des enfants dans les cantines de Besançon pour la rentrée 2020. Ils demandent notamment la mise en place à la rentrée d’un double service dans les écoles maternelles, de tout mettre en œuvre pour augmenter la capacité d’accueil dès la rentrée prochaine ou encore une communication transparente avec les parents pour évoquer les problématiques et trouver des solutions adaptées au cas par cas dans les écoles.

« La réussite de la prochaine rentrée de l’apprentissage dépendra de la capacité des entreprises à proposer des contrats aux jeunes alors qu’elles n’auront pas encore surmonté la crise »

Face à la crise du Coronavirus, le secteur de la métallurgie a subi un violent coup d’arrêt en Franche-Comté, région très industrielle dans laquelle l’interdépendance entre les différents secteurs d’activité est forte. Pour le président de l’UIMM Franche-Comté, Jean-Luc Quivogne, "la réussite de la reprise de l’activité dans cette nouvelle période de sortie progressive du confinement est donc vitale pour toutes nos entreprises et c’est par l’engrangement des commandes qu’elles pourront se relever. Le futur plan national de relance du Gouvernement sera déterminant".

Bourgogne Franche-Comté : inscriptions aux transports scolaires avant le 16 juillet !

La Région Bourgogne-Franche-Comté, en charge des transports scolaires sur les territoires de la Côte-d’Or, du Doubs, du Jura, de la Nièvre, de la Haute-Saône, de la Saône-et-Loire et de l’Yonne, informe que l’inscription aux transports scolaires pour l’année 2020-2021 se poursuit sur le site internet de la Région. Les villes couvertes par un réseau urbain (autorités organisatrices de la mobilité) ainsi que le Territoire de Belfort ne sont pas concernés par ce dispositif.
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 19.3
légère pluie
le 03/06 à 18h00
Vent
2.58 m/s
Pression
1002 hPa
Humidité
66 %

Sondage

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune