Alerte Témoin

Régionales 2015 : les nouvelles régions veulent peser plus lourd face à la SNCF

Publié le 03/11/2015 - 18:56
Mis à jour le 03/11/2015 - 18:56

Contraintes par la rigueur budgétaire, les Régions déversent régulièrement des flots de critiques sur l’opérateur ferroviaire auquel elles reprochent pèle-mêle coût trop élevé, gestion opaque, ou qualité de service perfectible.

  • En vertu de la loi NOTRe (Nouvelle organisation du territoire de la République de juillet 2015), la région sera désormais responsable de l’organisation de l’ensemble des transports collectifs hors agglomérations. Ce qui fait d’elle, "très clairement le pivot des mobilités régionales", comme le résume Gilles Dansart, journaliste et directeur de la lettre spécialisée Mobilettre.

 "Nous sommes le premier client et le premier financeur de la SNCF avec 6,6 milliards", affirme Jacques Auxiette, responsable de la commission transports à l’ARF (Association des régions de France) et président sortant de la région Pays-de-la-Loire. "Nous avons augmenté l’offre (de trains régionaux) de 2002 à 2013 de 21%, la fréquentation, elle, a augmenté de 53% (…) Pendant cette période, la contribution des régions à augmenté de 92%", explique-t-il, pointant "l’inflation ferroviaire".

 "Par l’unité tarifaire, par la cohérence des offres, ils donneront ou non une unité à leur région", estime Gilles Dansart à propos des présidents qui pourront et devront faire appel à des acteurs de la mobilité autres que la SNCF (autocaristes, covoiturage, etc) pour bâtir "un schéma régional de transports cohérent et ambitieux"

Ouverture à la concurrence ?

Cette compétence élargie leur semble en tout cas un avantage de taille pour "négocier pied à pied avec la SNCF", notamment sur la ponctualité et l’information des voyageurs, comme le souhaite Jean-Jack Queyranne (PS), président de Rhône-Alpes. "Ce n’est pas parce qu’on est en situation de monopole qu’on doit ne pas être performant", estime-t-il.

Le cas échéant, certains de ses homologues, se défendant de toute volonté de "chantage" vis-à-vis de l’opérateur public, invoquent tout de même un autre atout dans leur jeu : l’ouverture à la concurrence. "Attaché au service public", Martin Malvy, président sortant de la région Midi-Pyrénées, estime toutefois que "si la SNCF n’améliore pas son fonctionnement, quelque part, il y aura une région qui expérimentera la privatisation".

 Seul hic, un "flou" juridique subsiste, rappelle Gilles Dansart. Un accord conclu le 8 octobre par les ministres européens des Transports ne prévoit en effet de libéraliser les lignes ferroviaires régionales qu’à compter de 2026 au lieu de 2019 comme prévu initialement.

 Auparavant, la situation n’est "pas claire juridiquement", indique M. Dansart, qui prévoit la poursuite d’un "jeu de ping-pong entre les régions, les syndicats et l’Etat", personne ne souhaitant prendre l’initiative de mettre à mal le monopole de l’opérateur historique.

"Il y a des conventions qui vont arriver à terme en 2018, qui vont être resignées à ce moment-là et qui vont courir sur cinq/six ans, donc l’ouverture à la concurrence, c’est pas pour tout de suite", renchérit Antoine Herth (Les Républicains), vice-président de la région Alsace, chargé des transports.

S’il n’est "pas un fana de l’ouverture à la concurrence, Jacques Auxiette estime que la situation ne peut qu’évoluer : "la SNCF est le premier transporteur ferroviaire en Angleterre, mais aucun transporteur ferroviaire européen ou mondial ne peut intervenir jusqu’à maintenant en France, c’est une situation ubuesque, contraire à la réalité du droit".  

"En tant qu’opérateur, nous ne demandons pas que la date d’entrée de la concurrence ferroviaire soit repoussée. Rien n’est pire que de ne pas savoir où l’on va !", avait déclaré en avril le président de la SNCF Guillaume Pépy.

 (Source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Ludovic Fagaut : pour une vi(ll)e « plus durable » et une « écologie du bon sens »

Le candidat LR Ludovic Fagaut a choisi la journée internationale de l'environnement et s'est installé sur le toit de l'espace coworking l'Épicerie, place de la Révolution pour présenter son programme écologique. Face la candidate Anne Vignot (EELV - PS - PC - Génération.s), il a égrainé quelques une de ses idées : de "Terra Vesontio" aux Vaîtes à la promotion des producteurs locaux, mais également des 30.000 arbres plantés au doublement du nombre de kilomètres de voies cyclables.

Le Sénat vote d’une proposition de loi pour « faciliter les procurations pour lutter contre l’abstention »

Le Sénat a adopté mardi 2 juin 2020 la proposition de loi de Cédric Perrin, sénateur du Territoire de Belfort, tendant à sécuriser l’établissement des procurations électorales et l’organisation du second tour des élections municipales de juin 2020.

Municipale 2020 : la victoire de Ludovic Fagaut « semble possible » selon Jean-Philippe Allenbach

Le candidat du Mouvement Franche-Comté au premier tour de l'élection municipale à Besançon Jean-Philippe Allenbach, qui avait tenté de rassembler les listes des Républicains et de La République en marche la semaine dernière, n'a pas réussi son coup. Selon lui, voter pour Eric Alauzet au second tour "revient donc à tout simplement gaspiller sa voix" tandis que "la victoire semble possible" pour Ludovic Fagaut.

Liste identique pour Anne Vignot et campagne "sobre"

Municipale Besançon • Arrivée en tête au soir du 15 mars 2020, Anne Vignot  mène la liste "Besançon par nature" (EELV - PS - PC - Génération.s). Elle  sera face à Ludovic Fagaut et Éric Alauzet pour une triangulaire au second tour de l'élection municipale du 28 juin. La liste, identique à celle du premier tour, a été confirmée à la préfecture du Doubs vendredi dernier...

Ludovic Fagaut confirme sa liste « Besançon Maintenant ! » : ce sera une triangulaire

Ce sera donc une triangulaire. Arrivé en seconde position derrière Anne Vignot (EELV - PS - PC Génération.s) avec 23,59% des suffrages exprimés et 1.900 voix d'écart, le LR Ludovic Fagaut a déposé sa liste "Besançon Maintenant" pour le second tour du 28 juin. Il n'y aura donc pas d'alliance avec Éric Alauzet. Les Bisontins devront choisir entre trois listes.

Second tour des municipales : mode d’emploi

Un second tour est nécessaire dans 15 % des communes en France. Si tout va bien, les électeurs de près de 5.000 communes françaises seront invités à voter le dimanche 28 juin 2020 pour ce deuxième tour des élections municipales qui auraient dû se tenir le 22 mars si le Coronavirus n'était pas passé par là. Comment cela va-t-il s'organiser ? Réponses à toutes vos questions…
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 10.73
pluie modérée
le 07/06 à 3h00
Vent
0.84 m/s
Pression
1007 hPa
Humidité
98 %

Sondage

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune