Régionales-programmes (7): une Région trop dépensière ?

Publié le 12/03/2010 - 09:47
Mis à jour le 12/03/2010 - 09:47

A partir des compétences de la Région, nous avons examiné les propositions des dix listes qui concourent aux élections régionales dont le premier tour aura lieu le 14 mars. Les partis traditionnels sont évidemment plus prolixes que les mouvements moins structurés, mais nous avons exploré l’ensemble des programmes disponibles. Septième volet et dernier volet: la gestion de la Région.

 ©
©
Durant tout le mandat, l’opposition à la majorité PS-Verts a martelé que les dépenses du conseil régional, notamment en matière de communication et d’effectifs, avait exagérément augmenté, comme d’ailleurs les impôts.

Deux partis affirment haut et fort vouloir en finir avec ces dépenses jugées exorbitantes. Le premier point du programme de l’UMP porte d’ailleurs sur cette question sous le titre « Stopper la folie des impôts et réduire le train de vie des élus de la Région ».

 
Comment ? En mettant fin « aux dépenses superflues de la majorité socialiste-verte ». « Il n’est pas admissible que depuis 2004, le budget communication ait doublé et que les dépenses de fonctionnement internes aient quadruplé », estime l’UMP rejoint sur ce terrain par le Front national qui veut « baisser les impôts régionaux devenus insoutenables » et « mettre fin au gaspillage, clientélisme et dépenses somptuaires ».
 
L’UMP s’engage pour l’ensemble du mandat à ne pas augmenter la fiscalité. Facile répond le PS car avec la disparition de la taxe professionnelle, la Région ne maîtrise plus aucun levier fiscal mis à part la TIPP (taxe sur les produits pétroliers) et les cartes grises.
 
Quant aux dépenses de communication et de réceptions, la Franche-Comté se situe au dixième rang sur 22 régions avec un montant de 2,715 € par habitant pour un budget total brut de 3,1 M€. En terme d’endettement, la Franche-Comté se situe au 19ème rang avec une capacité théorique de durée de désendettement de 4,2 mois. Seules les régions Aquitaine, Midi-Pyrénées et Haute-Normandie font mieux.
 
C’est l’électeur qui aura le dernier mot sur ce débat récurrent consistant à établir si oui ou non le conseil régional de Franche-Comté est trop dépensier. 

Pour clore ces dossiers consacrés aux programmes des 10 listes, quelques propositions en vrac:

- Ecologie solidaire : sensibiliser à la non-violence, reconvertir les friches urbaines en potagers, soutenir la mise en place de médias locaux indépendants sans publicité
 
- UMP : prime de 200 € pour aider les jeunes à financer leur permis de conduire, création d’un fonds régional pour le financement des clubs sportifs de haut niveau
 
- Lutte Ouvrière : « les élections régionales n’ont absolument pas le pouvoir de changer le sort des travailleurs »
 
- Modem : création d’un manuel d’histoire comtoise à l’attention des lycéens, création d’une fête régionale comtoise
 
- Front national : refuser « la dictature gauchiste » sur la culture
 
- Ligue comtoise : création d’un service d’aide pour les victimes de délinquants non solvables
 
- PS : création d’un véritable orchestre régional, associer les compagnies régionales au festival Bancs Publics
 
- Front de gauche : « droit d’intervention des citoyens dans l’élaboration des décisions et dans le contrôle de leurs applications par la création d’une assemblée participative »
 
- NPA : « interdire les licenciements et réduire le temps de travail pour tous et toutes »
 
- Europe Ecologie : exiger un engagement de l’entreprise à ne pas être présente ou à se retirer des paradis fiscaux, développer la culture et la pratique de l’évaluation des politiques régionales, renforcer la mixité garçons-filles dans toutes les formations

 

 
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Hommage aux Manouchian à Besançon : une ”instrumentalisation” du Parti communiste selon Besançon maintenant

Une cérémonie en hommage aux résistants du groupe Manouchian s’est tenue place du 8 Septembre à Besançon, organisée par le Parti communiste français et la Ville de Besançon. Pour Ludovic Fagaut (LR), chef du groupe Besançon maintenant au conseil municipal, parle d’une ”instrumentalisation à des fins partisanes”.

À Besançon, une centaine de personnes rassemblées en hommage au groupe Manouchian

Alors que le couple de résistants communistes, Missak et Mélinée Manouchian étaient panthéonisés lors d’une cérémonie d’hommage national à Paris mercredi 21 février, en même temps à Besançon, une cérémonie s’est  tenue place du 8 Septembre en présence d’une centaine de personnes.

Visas, pesticides, simplification : Gabriel Attal donne des gages aux agriculteurs avant le Salon

Un mois après le début d'un mouvement d'exaspération des paysans, Gabriel Attal a placé mercredi 21 février 2024 l'agriculture "au rang des intérêts fondamentaux" du pays, récapitulant les engagements déjà pris par le gouvernement et annonçant quelques nouvelles mesures sur les saisonniers étrangers, les pesticides et la rémunération.

Reçus à l’Elysée, FNSEA et JA attendent des “décisions claires” avant le Salon de l’agriculture

Les dirigeants des deux syndicats agricoles majoritaires, la FNSEA et les Jeunes agriculteurs (JA), ont dit attendre des "décisions claires" d'Emmanuel Macron qui les reçoit mardi 20 février 2024 dans l'après-midi à l'Elysée, à quatre jours de l'ouverture du Salon de l'agriculture à Paris.

Agriculteur : ”Le toilettage normatif ne signifie pas l’abandon de toute ambition en matière environnementale” selon le sénateur Rietmann

À l’occasion d’un débat sur l’avenir du modèle agricole français le 13 février 2024, Olivier Rietmann, sénateur LR de la Haute-Saône, a défendu une revendication nouvelle exprimée par les agriculteurs lors du récent mouvement de protestation : l’impératif de simplification administrative.

Magazine municipal de Besançon : une “propagande politique” selon L. Croizier et L. Fagaut

Suite à la parution de l’édition février/mars 2024 du magazine municipal Besançon votre ville, les élus du groupe Ensemble bisontins (Renaissance-Modem-Horizon) et du groupe LR Besançon maintenant ont exprimé leur stupéfaction, mercredi 14 février 2024, en dénonçant “le détournement du magazine de la ville à des fins de propagande politique”. Le dossier porte, ce mois-ci, sur le positionnement de la maire de Besançon, Anne Vignot, au sujet de la loi immigration. Une entrevue qui n’a pas laissé les groupe d’élus sans voix.

Pour la première fois, des Rencontres régionales du patrimoine en Bourgogne Franche-Comté

Jeudi 15 février 2024, la Région Bourgogne-Franche-Comté organise à la Cité internationale de la gastronomie et du vin, à Dijon, les premières Rencontres régionales du patrimoine, en présence de Marie- Guite Dufay, présidente de la Région, et de Nathalie Leblanc, vice-présidente à la culture et au patrimoine.

Élections européennes : plusieurs partis politiques se réunissent pour sensibiliser les jeunes à Besançon

Les élection européennes sont délaissées par bon nombre de citoyennes et de citoyens en France et à travers l’union. C’est pourquoi sept partis de gauche se réuniront pour sensibiliser les jeunes électeurs à ce temps démocratique jeudi 15 février 2024 à la faculté des lettres, rue Mégevand à Besançon.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 10.96
couvert
le 25/02 à 12h00
Vent
4.29 m/s
Pression
1003 hPa
Humidité
53 %