Renvoi du procès de pilleurs de pièces gauloises lors de fouilles illégales

Publié le 17/04/2015 - 15:53
Mis à jour le 20/05/2015 - 09:19

Le procès de cinq personnes soupçonnées d'avoir participé à des fouilles archéologiques illégales durant lesquelles un trésor de 2.000 pièces gauloises avait été mis au jour, a été renvoyé au 19 mai devant le tribunal correctionnel de Dijon.

PUBLICITÉ

Les peines encourues vont de 7.500 euros d'amende à 7 ans de prison pour le chef le plus grave de "vol d'une découverte archéologique", selon le tribunal. Ils comparaîtront aussi le 19 mai pour "fouilles clandestines" et "vol de mobilier archéologique".

L'enquête avait débuté fin 2013 après un signalement de la Direction régionale des Affaires culturelles (Drac) concernant des échanges sur Facebook de personnes qui avaient réalisé "des fouilles archéologiques interdites". Elles s'étaient mises en relation avec d'autres afin d'arranger "des transactions" sur les biens archéologiques trouvés. Des investigations menées par la Section de recherches (SR) de Dijon et l'Office central de lutte contre le trafic de biens culturels (OCBC), avaient conduit à l'interpellation le 10 mars de six suspects dans toute la France.

"C'est assez inestimable"

Âgés de 25 à 50 ans, ces hommes de professions diverses - marbrier, brocanteur, boucher,...- pour la plupart inconnus des services de police, avaient reconnu les faits, selon le procureur Marie-Christine Tarrare, qui avait relaté les faits lors d'une conférence de presse le 20 mars. Au cours des perquisitions, du matériel de détection de métaux, dont l'un était camouflé par de l'herbe synthétique, et "quelques monnaies" avaient été saisis. Les enquêteurs avaient aussi appris que l'un des suspects avait découvert en 2012, dans un champ à Laignes (Côte-d'Or), "environ 2.000 pièces en argent de monnaie gauloise", qui avaient été revendues à un acheteur. Ce dernier, ainsi qu'un intermédiaire, avaient été interpellés et convoqués à l'audience de ce vendredi pour "recel". 

Selon le colonel Ludovic Ehrhart, chef de l'OCBC, il n'est "pas fréquent de trouver un trésor de cette qualité et de cette quantité". "C'est assez inestimable", avait-il alors expliqué, évaluant ces pièces à "plusieurs centaines de milliers d'euros". Ce trésor correspond à une "émission exceptionnelle de pièces en argent", tandis que les Gaulois utilisaient souvent du bronze pour leur monnaie, a-t-il dit.

(Source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS • Les investigations concernant l'assassinat fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, dont le corps n'a jamais été retrouvé, sont terminées et la France demande l'extradition du suspect chilien Nicolas Zepeda Contreras, a indiqué jeudi 10 octobre 2019 le procureur de Besançon Etienne Manteaux, qui dévoile les détails de l'enquête (voir vidéos ci-dessous).

La préfecture du Doubs demande l’arrêt complet de l’exploitation de la carrière de Semondans

La préfecture du Doubs demande l’arrêt complet de l’exploitation de la carrière de Semondans

Après le jugement du tribunal administratif de Besançon d'annulation de dérogation "espèces protégées" de la carrière de Semondans, la préfecture du Doubs met en demeure la SAS Maillard de régulariser sa situation administrative en cessant l'activité irrégulière ou déposant un dossier de demande d'autorisation environnementale. En attendant, le fonctionnement de la carrière est suspendu.

Affaire Narumi : la France s’apprête à demander l’extradition du suspect chilien

Affaire Narumi : la France s’apprête à demander l’extradition du suspect chilien

Le parquet de Besançon a finalisé une demande d'extradition du Chilien Nicolas Zepeda Contreras, principal suspect dans la disparition fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, qui sera transmise aux autorités chiliennes dans les prochains jours, a-t-on appris lundi de source judiciaire.

Haute-Saône : un aide-soignant soupçonné d’agressions sexuelles sur 13 personnes en Ehpad

Haute-Saône : un aide-soignant soupçonné d’agressions sexuelles sur 13 personnes en Ehpad

Un aide-soignant, écroué en juin pour agressions sexuelles et harcèlement sexuel sur quatre personnes dans un Ehpad de Haute-Saône, est suspecté d'avoir commis des faits similaires sur neuf autres victimes dans plusieurs établissements de la région, a indiqué ce jeudi 3 octobre 2019 le parquet.

Le tribunal de Dijon refuse le prénom « Jihad »

Le tribunal de Dijon refuse le prénom « Jihad »

Le tribunal de Dijon a annulé vendredi le prénom "Jihad" donné il y a presque un an par une mère à son nouveau-né, et que la justice considère comme ayant une "acception péjorative", a-t-on appris vendredi 27 septembre 2019 auprès du parquet.

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

La Cour de cassation a rejeté ce mercredi 18 septembre 2019 le pourvoi formé par le parquet général contre le maintien en liberté du Dr Frédéric Péchier, anesthésiste de Besançon soupçonné de dizaines d'empoisonnements, qui reste donc libre, a-t-on appris de source proche du dossier et auprès de son avocat.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 14.54
nuageux
le 23/10 à 15h00
Vent
1.33 m/s
Pression
1011 hPa
Humidité
83 %

Sondage