'Se battre pour la laïcité ce n'est pas être islamophobe' selon Bernard Ravet de passage à Besançon...

Publié le 05/06/2018 - 14:57
Mis à jour le 06/06/2018 - 11:07

Chef d'établissement pendant douze ans dans des collèges en Zone d'éducation prioritaire dans les quartiers nord de Marseille, Bernard Ravet s'est déplacé à Besançon lundi 4 juin 2018 pour donner une conférence sur son livre Principal de collège ou imam de la République (éd. Kero). Organisée par l'association Licra25, Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme, la rencontre s'est déroulée au Kursaal où près d'une centaine de personnes ont fait le déplacement. Pour lui, "se battre pour la laïcité ce n'est pas être islamophobe". Rencontre... 

Bernard Ravet, "principal de collège ou imam de la République" from maCommune.info on Vimeo.

PUBLICITÉ

maCommune.info : Pourquoi avoir choisi ce titre « Principal de collège ou imam de la République » ? 

Bernard Ravet : « Ce qui est important pour moi, c’est le « ou » et le point d’interrogation. C’est un peu le livre du doute. Quand j’ai écrit ce livre, j’ai douté de ce qu’était le métier que j’ai exercé pendant douze ans. J’ai été confronté à des situations particulièrement difficiles. C’est pourquoi je consacre un chapitre sur le rôle de principal de collège ou directeur d’une ONG pédagogique face à la difficulté sociale. Dans mon dernier chapitre, je me demande si je ne passe pas plus de temps à défendre les valeurs de la République plutôt qu’administrer un établissement scolaire. 

Quand des parents contestait l’organisation de l’établissement, ou les règles que nous avions prises, j’utilisais l’expression d' »Imam de la République ». Je leur disais « Ici, on doit respecter les enseignants, on est un peu comme à la mosquée, mais la république n’a pas de religion. C’est égalité, liberté, fraternité. Ici, un peu comme à la mosquée, c’est moi l’imam ». 

maCommune.info : Qu’avez-vous voulu mettre en avant dans ce livre ?

Bernard Ravet : « Ce livre couvre une période de 1999 à 2012. C’est une période où le religieux reprend de l’intérêt pour les habitants. Pour les familles et les élèves, c’est souvent quelque chose qui répond à un problème d’identité. L’école depuis 1905 n’était pas préparée à s’opposer au fait que des élèves veuillent amener à l’intérieur de l’école leurs convictions. Les revendications sont ensuite plus précises comme refuser certaines approches de contenu théorique tel que le darwinisme, la contestation de la Shoah. 

Le jour où tout bascule pour moi, c’est en 2004 ou un jeune arrive avec un petit livre qui dit qu’il faut couper la main du voleur et lapider la femme qui trompe son mari. Ce petit livre a été distribué dans une mosquée d’un surveillant du collège qui serait aujourd’hui fiché S.  J’ai eu une vraie prise de conscience qui fait que je ne peux plus me taire ».

Info +

  • « Principal de collège ou imam de la République », Bernard Ravet, édition Kero
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

« La boussole des jeunes » : un site internet pour les 16 à 30 ans…

« La boussole des jeunes » : un site internet pour les 16 à 30 ans…

Plus de 80 offres centrées sur l'emploi et l'insertion du bassin Grand Besançon sont disponibles depuis le 15 octobre 2019 sur le site internet de la Boussole des jeunes :    https://boussole.jeunes.gouv.fr/. 18 partenaires participent à cette action (Région, Département, CAF, Rectorat, CIRFA, MFR…)

Voile : Édouard Philippe ne souhaite pas de loi sur les accompagnants scolaires

Voile : Édouard Philippe ne souhaite pas de loi sur les accompagnants scolaires

En prenant à partie une mère voilée accompagnatrice d'une sortie solaire, le conseiller régional RN Julien Odoul a relancé vendredi dernier à Dijon la polémique sur le voile islamique lors d'une séance du conseil régional Bourgogne Franche-Comté. Après les réactions au plus haut niveau de l'État, notamment du ministre de l'Éducation nationale, le Premier ministre Edouard Philippe a semblé vouloir clore le débat en déclarant ne pas vouloir de nouvelle loi sur les accompagnants scolaires.

Visite de Jean-Michel Blanquer dans le Doubs

Visite de Jean-Michel Blanquer dans le Doubs

Le ministre de l'Éducation nationale est en visite dans le Doubs lundi 7 octobre 2019. Il s'est rendu à l'école primaire Bourgogne dans le quartier Planoise de Besançon à 9h30. Après un accueil en musique, il devrait échanger autour d'une table ronde avec les enseignants sur le dédoublement des classes de CP et CE1 et l’école inclusive.

Un rassemblement en hommage à Christine Renon, la directrice d’école qui a mis fin à ses jours en septembre dernier

Un rassemblement en hommage à Christine Renon, la directrice d’école qui a mis fin à ses jours en septembre dernier

Les SNUipp-FSu du Doubs rejoint par le SE-UNSA et Sud éducation appellent les enseignant.es du premier degré à la grève et à se rassembler jeudi 3 octobre 2019 à Besançon, Montbéliard et Pontarlier pour rendre hommage à Christine Renon, une directrice d'école à Pantin (Seine-Saint-Denis) qui a mis fin à ses jours le 21 septembre dernier.

Besançon, 19e au classement des villes étudiantes

Besançon, 19e au classement des villes étudiantes

Cadre de vie, offre de formations, coût du logement, transport, accueil des étudiants : le Magazine l'Étudiant vient de dévoiler son classement 2019-2020 de 44 villes étudiantes en France sur la base de 16 indicateurs regroupés en cinq critères :  attractivité, formation, vie étudiante, cadre de vie et emploi. En 19e position, Besançon grimpe de deux places au classement.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 11.22
légère pluie
le 21/10 à 18h00
Vent
1.06 m/s
Pression
1022 hPa
Humidité
97 %

Sondage