‘Se battre pour la laïcité ce n’est pas être islamophobe’ selon Bernard Ravet de passage à Besançon…

Publié le 05/06/2018 - 14:57
Mis à jour le 06/06/2018 - 11:07

Chef d'établissement pendant douze ans dans des collèges en Zone d'éducation prioritaire dans les quartiers nord de Marseille, Bernard Ravet s'est déplacé à Besançon lundi 4 juin 2018 pour donner une conférence sur son livre Principal de collège ou imam de la République (éd. Kero). Organisée par l'association Licra25, Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme, la rencontre s'est déroulée au Kursaal où près d'une centaine de personnes ont fait le déplacement. Pour lui, "se battre pour la laïcité ce n'est pas être islamophobe". Rencontre... 

Bernard Ravet, "principal de collège ou imam de la République" from maCommune.info on Vimeo.

PUBLICITÉ

maCommune.info : Pourquoi avoir choisi ce titre « Principal de collège ou imam de la République » ? 

Bernard Ravet : « Ce qui est important pour moi, c’est le « ou » et le point d’interrogation. C’est un peu le livre du doute. Quand j’ai écrit ce livre, j’ai douté de ce qu’était le métier que j’ai exercé pendant douze ans. J’ai été confronté à des situations particulièrement difficiles. C’est pourquoi je consacre un chapitre sur le rôle de principal de collège ou directeur d’une ONG pédagogique face à la difficulté sociale. Dans mon dernier chapitre, je me demande si je ne passe pas plus de temps à défendre les valeurs de la République plutôt qu’administrer un établissement scolaire. 

Quand des parents contestait l’organisation de l’établissement, ou les règles que nous avions prises, j’utilisais l’expression d' »Imam de la République ». Je leur disais « Ici, on doit respecter les enseignants, on est un peu comme à la mosquée, mais la république n’a pas de religion. C’est égalité, liberté, fraternité. Ici, un peu comme à la mosquée, c’est moi l’imam ». 

maCommune.info : Qu’avez-vous voulu mettre en avant dans ce livre ?

Bernard Ravet : « Ce livre couvre une période de 1999 à 2012. C’est une période où le religieux reprend de l’intérêt pour les habitants. Pour les familles et les élèves, c’est souvent quelque chose qui répond à un problème d’identité. L’école depuis 1905 n’était pas préparée à s’opposer au fait que des élèves veuillent amener à l’intérieur de l’école leurs convictions. Les revendications sont ensuite plus précises comme refuser certaines approches de contenu théorique tel que le darwinisme, la contestation de la Shoah. 

Le jour où tout bascule pour moi, c’est en 2004 ou un jeune arrive avec un petit livre qui dit qu’il faut couper la main du voleur et lapider la femme qui trompe son mari. Ce petit livre a été distribué dans une mosquée d’un surveillant du collège qui serait aujourd’hui fiché S.  J’ai eu une vraie prise de conscience qui fait que je ne peux plus me taire ».

Info +

  • « Principal de collège ou imam de la République », Bernard Ravet, édition Kero
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Jean-Marc Mormeck à l’Université de Franche-Comté pour parler « Culture, Sport et Éducation »

À l'occasion de la seconde édition de Culture, Sport et Éducation à l'Université de Franche-Comté, l'ancien champion de boxe et actuel délégué ministériel à l'égalité des chances des Français d'outre-mer et parrain de l'événement Jean-Marc Mormeck était à Besançon jeudi 11 avril 2019. Près de 400 lycéens de l'Académie étaient réunis autour de 12 ateliers thématiques…

La future métamorphose du campus de la Bouloie à Besançon

Synergie campus • Réuni ce lundi 8 avril 2019, le comité de pilotage de la rénovation du campus de la Bouloie a acté les grands axes du projet, synonyme du top départ de la transformation du site avec les premières réalisations : un nouveau site pour l’école d’ingénieurs en biomédical (ISIFC), le nouveau campus AREA Sport, le Jardin des Sciences ainsi que des nouveaux espaces de vie et de circulation. Des projets visibles dès 2021.

Ecole de la confiance : « Un certain nombre d’inexactitudes grossières ont été véhiculées » selon F. Charvier

La députée exprime son mécontentement dans un communiqué de presse ce jeudi 4 avril 2019 concernant un "certain nombre d’inexactitudes grossières" véhiculées sur les réseaux sociaux ainsi que dans "dans certains médias d’opinion, aux abords des établissements scolaires, voire même dans les carnets de correspondance des élèves". Ce matin, 250 personnes étaient mobilisées dans les rues de Besançon contre le projet de loi.

Éducation : nouvelle mobilisation jeudi contre les réformes Blanquer

Opposés aux réformes du ministre de l'Éducation, des syndicats enseignants entendent battre le fer tant qu'il est chaud: après des manifestations samedi, ils appellent à une nouvelle journée de mobilisation ce  jeudi 4 avril 2019. À Besançon , une manifestation est prévue place Granvelle à partir de 10h30. Dans le Doubs plusieurs écoles annoncent 100% de grévistes...

Réplique en vidéos du collectif interlycée : le droit de réponse du rectorat

Réponse à la réponse... • Il s'agit du droit de réponse aux réponses du collectif interlycées. Suite aux vidéos de Jean-François Chanet expliquant la réforme du lycée, les membres du collectif interlycée ont décidé durant la semaine du 25 au 25 mars 2019 d'apporter en vidéos leurs visions de la réforme . Le rectorat tient à apporter de nouveaux éléments... 

Contre le projet de loi Blanquer, une manifestation et un pique-nique samedi 30 mars à Besançon

Plusieurs syndicats CGT éduc'action, FO, FU, SGEN/CFDT, SUD éduc et UNSA éducation appelle à manifester samedi 30 mars 2019 à 13h30 devant le rectorat de Besançon contre le projet de loi Blanquer, mais aussi contre la réforme du lycée. Un pique-nique organisé par les syndicats d'enseignants du premier et second degré est également prévu à Granvelle à partir de midi.

Agression d’un proviseur adjoint au lycée Pergaud de Besançon : les réactions des élus

Dans la matinée de jeudi 28 mars 2019, un élève de seconde du lycée Pergaud à Besançon a agressé un proviseur adjoint de l'établissement. Une enquête est ouverte. Marie-Guite Dufay, présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté (dont l'une des compétences est la gestion des lycées), Jean-François Chanet, recteur de l'académie de Besançon et Jean-Marie Renault, inspecteur d’académie, directeur académique des services de l’éducation nationale du Doubs réagissent vendredi 29 mars.

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi
 21.6
ciel dégagé
le 20/04 à 15h00
Vent
3.82 m/s
Pression
1022.092 hPa
Humidité
52 %

Sondage