Alerte Témoin

Service minimum: Jean-Louis Fousseret répond aux élus UMP

Publié le 08/09/2010 - 17:51
Mis à jour le 12/04/2019 - 11:47

Le maire de Besançon réagit aux propos de Michel Omouri et Edouard Sassard concernant le Service Minimum d’Accueil (SMA) mis en place par la Ville de Besançon les jours de préavis de grève des enseignants.

1283960933.jpg
©carvy
Le communiqué de Jean-Louis Fousseret:

«Ces deux élus de l’opposition tiennent des propos qui laissent à penser que la Ville n’aurait pas mis en œuvre le SMA imposé par la loi. Je m’en étonne car ce sujet est présenté au conseil municipal depuis la première mise en œuvre de ce dispositif le 20 novembre 2008.

Le SMA propose aux familles un accueil de journée (8h30 -12h et 14 h-16h30), sans déjeuner. Ce dispositif ne concerne que les enfants scolarisés dans les écoles qui comptent au moins 25 % de grévistes et pour lesquels les enseignants ont informé de leur participation à la grève l’Inspection académique du Doubs qui à son tour en avise la Mairie.

Pour exemple, la Ville était informée par l’Inspection académique le vendredi 3 septembre avant 18h pour installer ce service minimum d’accueil pour le mardi matin 7 septembre.

Contrairement aux propos tenus, il n’y a pas de défaillance municipale ni d’incapacité à appliquer la loi à Besançon !

268 places sont proposées aux parents (sur 6 structures de quartiers) mais seules 47 ont été occupées et l’on observe qu’il en est ainsi à chaque fois. Chaque journée de SMA représente un coût de près de 3500 € restant à la charge de la Ville.

Ainsi, il convient de ne pas confondre le message du Maire aux familles qui est un conseil car il ne saurait être envisagé d’assurer l’accueil des petits bisontins sans utiliser les compétences de professionnels de l’animation, sans respecter les règles de sécurité ni les meilleures conditions possibles.

Je rappelle que cette obligation est imposée par le gouvernement qui entendait ainsi casser le droit de grève dans le service public et qui pour cela et une nouvelle fois s’est déchargé sur les collectivités comme semblent l’oublier ces deux élus UMP.

Il ne faut pas vouloir détourner l’attention des Bisontines et des Bisontins excédés par les dernières dispositions gouvernementales en attaquant injustement la municipalité. La ficelle est un peu grosse ».

 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Education

Covid-19 : maintien des concours post-Classes Préparatoires aux Grandes Ecoles et des Etudes de Santé

La situation sanitaire étant devenue plus favorable, la phase 2 du déconfinement se met progressivement en place. Ainsi, le calendrier des concours post-concours post-Classes Préparatoires aux Grandes Ecoles (CPGE) et en santé prévus, après concertation avec les formations, pour être organisés entre le 20 juin et le 7 août, est confirmé.

Y aura-t-il des sessions de rattrapage du baccalauréat en Franche-Comté ?

Cette année, compte tenu de la situation sanitaire liée au covid19, des aménagements des examens nationaux comme le baccalauréat ont été décidés : l’ensemble des épreuves du diplôme national du brevet et du baccalauréat général, technologique et professionnel sont validées à partir des notes du livret scolaire. Pour celles et ceux qui n'auront pas leur baccalauréat de cette façon, des sessions de rattrapages seront programmées comme l'a déclaré ce vendredi 29 mai Jean-François Chanet, recteur de l'Académie de Besançon.

Réticences à la réouverture des écoles : « Cela fait partie des efforts de persuasion que nous avons à faire » (Recteur)

Des communes telles que Besançon ne souhaitent pas rouvrir toutes les écoles pour diverses raisons. Pour le recteur de l'Académie de Besançon, "il y a un effort à faire (…) aujourd'hui le département du Doubs est à 82% des ouvertures des écoles, il faudra que nous soyons à 100% au cours du mois de juin", a-t-il indiqué lors d'une conférence de presse vendredi 29 mai 2020.

Le Club lecture : « L’appel de la Forêt » (dernier chapitre)

La lecture du soir... • Durant le confinement, l'Académie de Besançon et maCommune.info vous invite à une lecture tous les soirs. Après le chapitre 5 de L'appel de la forêt de Jack London, la lecture se poursuit aujourd'hui, avec le dernier chapitre de l'histoire...        

Places dans les cantines scolaires de Besançon : des parents d’élèves inquiets pour la rentrée 2020

Dans un communiqué du 26 mai, la Fédération des Conseils de Parents d'Elèves (FCPE) et le collectif "Cantines en colère" à Besançon s'inquiètent des capacité d'accueils des enfants dans les cantines de Besançon pour la rentrée 2020. Ils demandent notamment la mise en place à la rentrée d’un double service dans les écoles maternelles, de tout mettre en œuvre pour augmenter la capacité d’accueil dès la rentrée prochaine ou encore une communication transparente avec les parents pour évoquer les problématiques et trouver des solutions adaptées au cas par cas dans les écoles.

« La réussite de la prochaine rentrée de l’apprentissage dépendra de la capacité des entreprises à proposer des contrats aux jeunes alors qu’elles n’auront pas encore surmonté la crise »

Face à la crise du Coronavirus, le secteur de la métallurgie a subi un violent coup d’arrêt en Franche-Comté, région très industrielle dans laquelle l’interdépendance entre les différents secteurs d’activité est forte. Pour le président de l’UIMM Franche-Comté, Jean-Luc Quivogne, "la réussite de la reprise de l’activité dans cette nouvelle période de sortie progressive du confinement est donc vitale pour toutes nos entreprises et c’est par l’engrangement des commandes qu’elles pourront se relever. Le futur plan national de relance du Gouvernement sera déterminant".
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 16.69
légère pluie
le 04/06 à 18h00
Vent
2.36 m/s
Pression
998 hPa
Humidité
60 %

Sondage

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune