Snes-FSU : "Les conditions de rentrée se dégradent lentement d'année en année"

Publié le 01/09/2014 - 14:43
Mis à jour le 16/04/2019 - 15:05

Quelques heures avant la rentrée des classes 2014, mardi 2 septembre, le Snes-FSU de l'académie de Besançon se pose quelques questions quant au bon déroulement de cette nouvelle année scolaire et émet des critiques destinées à l'administration.

dsc_0400.jpg
©Alexane
PUBLICITÉ

Dans un premier temps, le syndicat Snes-FSU constate que "les conditions de rentrée qui se dégradent lentement d'année en année malgré les intentions affichées d'améliorer la qualité du système éducatif".

Au niveau national, 2.251 emplois supplémentaires dans le second degré "ne suffisent pas à compenser la hausse des effectifs de plus de 22.942 élèves" selon le syndicat. Il ajoute qu'au niveau régional, dans l'académie de Besançon "l'encadrement des élèves continue de se dégrader avec 300 élèves de plus mais un nombre de postes d'enseignants qui reste le même". La volonté de recruter les 60.000 postes supprimés sous le gouvernement Sarkozy "se heurte au principe de réalité" selon le Snes-FSU, "les concours ne font plus le plein, et 3.640 postes offerts seront vacants à la rentrée, soit 21,5 % du total. Les profs de maths, de lettres, d'anglais ou d'allemand deviennent une denrée rare."

Selon le syndicat, les raisons sont les suivantes :

  • des salaires de départ "très faibles (cette année, 1290 € pour les titulaires du concours rénové)"
  • des conditions de travail "difficiles"
  • une formation professionnelle "non aboutie"

L'académie de Besançon accueillera cette année 275 stagiaires. "Ils devront se réinscrire en Master alors qu'ils en possèdent déjà un, écrire un deuxième mémoire et suivre des modules complémentaires durant leur année de stage" explique le Snes-FSU.

Par ailleurs, le syndicat indique qu'il y aurait "une pénurie de professeurs dans certaines parties de l'académie", en particulier dans la zone de Montébliard (maths, sciences économiques et sociales) ainsi qu'au sud de St Amour et au nord de Jussey/Scey-sur-Saône.

Enfin, les membres du Snes-FSU parle d'une "manque de cohérence dans le pilotage des lycées". Ils expliquent que la région Franche-Comté, qui a décidé de faire des économies de frais de viabilisation des lycées, "a cherché à diminuer les surfaces utilisées par les établissement de notre académie". Trois fermetures ont été envisagées telles que dans les lycées Montjoux à Besançon, Le Corbusier à Lons-le-Saunier et Diderot à Bavilliers. (Cette dernière aurait été reconsidérée selon syndicat). "Promesse a été faite qu'aucune formation ne fermerait mais qu'il s'agirait simplement de transferts au plus près pour éviter toute déscolarisation, ce qui pose de gros problèmes sur Lons le Saunier où, de son côté, le recteur a décidé la fusion du LP Le Corbusier avec le lycée général Jean-Michel, ce qui est contradictoire avec une fermeture." déclare le Snes-FSU.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

« La boussole des jeunes » : un site internet pour les 16 à 30 ans…

« La boussole des jeunes » : un site internet pour les 16 à 30 ans…

Plus de 80 offres centrées sur l'emploi et l'insertion du bassin Grand Besançon sont disponibles depuis le 15 octobre 2019 sur le site internet de la Boussole des jeunes :    https://boussole.jeunes.gouv.fr/. 18 partenaires participent à cette action (Région, Département, CAF, Rectorat, CIRFA, MFR…)

Voile : Édouard Philippe ne souhaite pas de loi sur les accompagnants scolaires

Voile : Édouard Philippe ne souhaite pas de loi sur les accompagnants scolaires

En prenant à partie une mère voilée accompagnatrice d'une sortie solaire, le conseiller régional RN Julien Odoul a relancé vendredi dernier à Dijon la polémique sur le voile islamique lors d'une séance du conseil régional Bourgogne Franche-Comté. Après les réactions au plus haut niveau de l'État, notamment du ministre de l'Éducation nationale, le Premier ministre Edouard Philippe a semblé vouloir clore le débat en déclarant ne pas vouloir de nouvelle loi sur les accompagnants scolaires.

Visite de Jean-Michel Blanquer dans le Doubs

Visite de Jean-Michel Blanquer dans le Doubs

Le ministre de l'Éducation nationale est en visite dans le Doubs lundi 7 octobre 2019. Il s'est rendu à l'école primaire Bourgogne dans le quartier Planoise de Besançon à 9h30. Après un accueil en musique, il devrait échanger autour d'une table ronde avec les enseignants sur le dédoublement des classes de CP et CE1 et l’école inclusive.

Un rassemblement en hommage à Christine Renon, la directrice d’école qui a mis fin à ses jours en septembre dernier

Un rassemblement en hommage à Christine Renon, la directrice d’école qui a mis fin à ses jours en septembre dernier

Les SNUipp-FSu du Doubs rejoint par le SE-UNSA et Sud éducation appellent les enseignant.es du premier degré à la grève et à se rassembler jeudi 3 octobre 2019 à Besançon, Montbéliard et Pontarlier pour rendre hommage à Christine Renon, une directrice d'école à Pantin (Seine-Saint-Denis) qui a mis fin à ses jours le 21 septembre dernier.

Besançon, 19e au classement des villes étudiantes

Besançon, 19e au classement des villes étudiantes

Cadre de vie, offre de formations, coût du logement, transport, accueil des étudiants : le Magazine l'Étudiant vient de dévoiler son classement 2019-2020 de 44 villes étudiantes en France sur la base de 16 indicateurs regroupés en cinq critères :  attractivité, formation, vie étudiante, cadre de vie et emploi. En 19e position, Besançon grimpe de deux places au classement.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 10.97
couvert
le 24/10 à 0h00
Vent
2.51 m/s
Pression
1010 hPa
Humidité
89 %

Sondage