Violences conjugales : quatre femmes sont mortes cette année en Franche-Comté

Publié le 16/11/2022 - 17:56
Mis à jour le 17/11/2022 - 17:03

Mardi 15 septembre, les associations du Collectif bisontin contre les violences faites aux femmes ont tenu une conférence de presse dans les locaux de Solidarité Femmes, 15 rue des Roses à Besançon. À l'ordre du jour : avancées et attentes sur la lutte contre ces violences, ainsi qu'une présentation des événements organisés jusqu'au 16 décembre.

"En France, une femme meurt tous les deux jours sous les coups de son conjoint" rappelle Eva Bronnenkant, co-présidente de l'association Solidarité Femmes Besançon. "Et plus d'une femme sur sept est victime de violences conjugales, qui touchent toutes les classes sociales."

Une triste constatation, auquel la Franche-Comté n'échappe malheureusement pas : "Il y a eu 116 féminicides sur la dernière année en France, dont quatre dans la région", précise-t-elle. "Sur ces quatre cas, trois femmes étaient en situation de séparation imminente ou en cours." 

"À ce jour, 97 % des cas de violences conjugales mettent en cause un homme sur une femme. Sur ces 3 % restants, l'homicide aurait dans 10 % des cas été commis par légitime défense." - Eva Bronnenkant, co-présidente de Solidarité Femmes Besançon

Selon la porte-parole, la plupart des victimes n'ont pas été repérées par la justice, ni par les forces de l'ordre : "Il est toujours aussi important de faire de la prévention, d'expliquer le mécanisme et les actions possibles, afin que les femmes prennent conscience que ce qu'elles peuvent vivre n'est pas normal." La co-présidente ajoute qu'il faut "faire la différence entre un conflit et des violences conjugales. Dans ce dernier cas de figure, il y a un déséquilibre, une personne domine et prend le contrôle de l'autre ; physiquement comme psychologiquement".

Une accentuation de la culture du viol chez les jeunes

Le fil rouge des futures actions des associations du Collectif bisontin contre les violences faites aux femmes sera axé sur les jeunes : "On constate une accentuation de la culture du viol chez cette génération" souligne Eva Bronnenkant. "Les jeunes femmes, de 18 à 29 ans, sont les premières victimes de violences sexuelles. Il faut que l'on agisse dès le plus jeune âge. Faire comprendre dès l'enfance que le corps des autres doit être respecté."

"Ce qui est difficile pour les associations, c'est de toucher tout le monde. Il y a des personnes qu'on ne sait pas comment atteindre" ajoute Catherine Philippe, juriste et administratrice du Centre d'information sur les droits des femmes et des familles (CIDFF) du Doubs.

Le discours des deux femmes est sensiblement le même : "La parole se libère, les forces de l'ordre sont également plus sensibilisées qu'avant sur le dépôt de plainte, y compris pour des violences psychologiques. Mais malheureusement, l'absence de condamnation conforte les auteurs."

De nombreux événements organisés jusqu'au 16 décembre

Vendredi 25 novembre, ce sera la journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes. Pour l'occasion, les associations locales prévoient des événements jusqu'au 16 décembre prochain.

Parmi eux, un procès d'assises fictif autour de la prostitution des mineurs, qui se tiendra mardi 22 novembre au Grand Labo de Hôp hop hop à Besançon. Le lendemain, les élèves du lycée Jules Haag, section Erasmus, échangeront sur les différences avec l'Espagne sur la prise en charge de violences conjugales, en collaboration avec leurs correspondants locaux. Ce partage d'expérience prendra place au Pixel.

Également, le 25 novembre sera lancé le dispositif Angela, qui vise à créer un réseau sûr et solidaire de lieux (bars, commerces, restaurants, …) ayant la capacité d'assister et de soutenir des personnes qui se trouvent en situation d'harcèlement et de violences. Ce dispositif est proposé par la Ville de Besançon et le CIDFF du Doubs.

Le programme complet est à retrouver sur le site internet de Solidarité Femmes Besançon.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Cadeau #1 : un jeu de société, pour petits et grands, aux Jeux de la Comté

CALENDRIER DE L'AVENT • Du 1er au 24 décembre, maCommune.info vous propose une idée cadeau par jour pour Noël ! Pour vous aider à faire votre choix, nous sommes allés à la rencontre des commerçants bisontins. En ce jeudi 1er décembre, "Les Jeux de la Comté", boutique de jeux de société située 26 rue Battant, vous présente sa sélection pour petits et grands, sans oublier les joueurs experts.

La Sophrologie comme rempart à l’ambiance anxiogène actuelle

Cette semaine, Maud Huot-Marchand, sophrologue bisontine et nouvelle contributrice pour maCommune.info, fait un tour d'horizon des bienfaits de la sophrologie en cette période qui peut être difficile pour certain(e)s dans un climat de guerre, d'inflation, avec le Covid, mais aussi les fêtes de fin d'année. Elle livre ses conseils pour bien respirer... et surtout y penser !

Le concours de la plus belle vitrine de Noël revient à Vesoul

La Ville de Vesoul organise tous les ans un jeu concours intitulé "Les vitrines de Noël" en partenariat avec l’entreprise AFCM (Affichage Franc-Comtois). Ce concours s’adresse à tous les commerces et services de proximité de Vesoul possédant une vitrine visible de la rue. À la clé : des campagnes d’affichage publicitaire pour les trois premiers commerçants lauréats.

L’Art Urbain dans les territoires récompense le projet expérimental de revalorisation d’un site horloger à Besançon

Comme chaque année depuis 1997, L'Art urbain dans les territoires organise le prix national arturbain.fr pour faire connaître des actions exemplaires conduites par des équipes pluridisciplinaires. Ce mardi 29 novembre, à l’auditorium de la Tour Séquoia dans le quartier de la Défense à Paris, le groupe SMCI à Besançon a reçu le prix dans la catégorie "Respect de l’environnement" pour son projet expérimental inédit sur l'ancien site horloger "Fralsen" dont l’objectif est de revaloriser cet ensemble industriel à des fins environnementales.

L’auteure de " Nous les écorchées vives " en dédicaces à la Fnac de Morteau

Flo Lavie réside actuellement dans le Grand Besançon et a récemment sortie un livre intitulé Nous, les écorchées vives dans lequel elle raconte les violences  qu’elle a subie tout au long de sa vie. Elle sera en séances de dédicaces le 3 décembre à la Fnac de Morteau. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 2.66
nuageux
le 02/12 à 6h00
Vent
2.05 m/s
Pression
1020 hPa
Humidité
88 %