Violences conjugales : quatre femmes sont mortes cette année en Franche-Comté

Publié le 16/11/2022 - 17:56
Mis à jour le 17/11/2022 - 17:03

Mardi 15 septembre, les associations du Collectif bisontin contre les violences faites aux femmes ont tenu une conférence de presse dans les locaux de Solidarité Femmes, 15 rue des Roses à Besançon. À l'ordre du jour : avancées et attentes sur la lutte contre ces violences, ainsi qu'une présentation des événements organisés jusqu'au 16 décembre.

"En France, une femme meurt tous les deux jours sous les coups de son conjoint" rappelle Eva Bronnenkant, co-présidente de l'association Solidarité Femmes Besançon. "Et plus d'une femme sur sept est victime de violences conjugales, qui touchent toutes les classes sociales."

Une triste constatation, auquel la Franche-Comté n'échappe malheureusement pas : "Il y a eu 116 féminicides sur la dernière année en France, dont quatre dans la région", précise-t-elle. "Sur ces quatre cas, trois femmes étaient en situation de séparation imminente ou en cours." 

"À ce jour, 97 % des cas de violences conjugales mettent en cause un homme sur une femme. Sur ces 3 % restants, l'homicide aurait dans 10 % des cas été commis par légitime défense." - Eva Bronnenkant, co-présidente de Solidarité Femmes Besançon

Selon la porte-parole, la plupart des victimes n'ont pas été repérées par la justice, ni par les forces de l'ordre : "Il est toujours aussi important de faire de la prévention, d'expliquer le mécanisme et les actions possibles, afin que les femmes prennent conscience que ce qu'elles peuvent vivre n'est pas normal." La co-présidente ajoute qu'il faut "faire la différence entre un conflit et des violences conjugales. Dans ce dernier cas de figure, il y a un déséquilibre, une personne domine et prend le contrôle de l'autre ; physiquement comme psychologiquement".

Une accentuation de la culture du viol chez les jeunes

Le fil rouge des futures actions des associations du Collectif bisontin contre les violences faites aux femmes sera axé sur les jeunes : "On constate une accentuation de la culture du viol chez cette génération" souligne Eva Bronnenkant. "Les jeunes femmes, de 18 à 29 ans, sont les premières victimes de violences sexuelles. Il faut que l'on agisse dès le plus jeune âge. Faire comprendre dès l'enfance que le corps des autres doit être respecté."

"Ce qui est difficile pour les associations, c'est de toucher tout le monde. Il y a des personnes qu'on ne sait pas comment atteindre" ajoute Catherine Philippe, juriste et administratrice du Centre d'information sur les droits des femmes et des familles (CIDFF) du Doubs.

Le discours des deux femmes est sensiblement le même : "La parole se libère, les forces de l'ordre sont également plus sensibilisées qu'avant sur le dépôt de plainte, y compris pour des violences psychologiques. Mais malheureusement, l'absence de condamnation conforte les auteurs."

De nombreux événements organisés jusqu'au 16 décembre

Vendredi 25 novembre, ce sera la journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes. Pour l'occasion, les associations locales prévoient des événements jusqu'au 16 décembre prochain.

Parmi eux, un procès d'assises fictif autour de la prostitution des mineurs, qui se tiendra mardi 22 novembre au Grand Labo de Hôp hop hop à Besançon. Le lendemain, les élèves du lycée Jules Haag, section Erasmus, échangeront sur les différences avec l'Espagne sur la prise en charge de violences conjugales, en collaboration avec leurs correspondants locaux. Ce partage d'expérience prendra place au Pixel.

Également, le 25 novembre sera lancé le dispositif Angela, qui vise à créer un réseau sûr et solidaire de lieux (bars, commerces, restaurants, …) ayant la capacité d'assister et de soutenir des personnes qui se trouvent en situation d'harcèlement et de violences. Ce dispositif est proposé par la Ville de Besançon et le CIDFF du Doubs.

Le programme complet est à retrouver sur le site internet de Solidarité Femmes Besançon.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

La CGT revendique des congés menstruels dans les trois collectivités de Besançon

Alors qu’aujourd’hui, en France, 1 personne menstruée sur 2 déclare souffrir de dysménorrhée (règles douloureuses) et 1 personne menstruée sur 10 est atteinte d’endométriose (maladie chronique), la CGT propose de "lever le tabou" des règles douloureuses et réclame "le congé menstruel pour les personnes menstruées qui en ont besoin" pour les personnes travaillant à la Ville de Besançon, au CCAS et à Grand Besançon Métropole.   

En images : cérémonie, village des armées et défilé du 14 juillet

De nombreux Bisontins et Bisontines se sont donnés rendez-vous ce dimanche 14 juillet 2024 sur le parking Chamars pour assister à la dernière cérémonie de prise d’armes du Général Rondeau et visiter le village des armées. Les spectateurs ont également pu assister au défilé à pied et motorisé des forces armées avec la présence de blindés sur le Boulevard Charles de Gaulle.

La Biscuiterie Billiotte réintègre le centre-ville de Besançon

Autrefois situé place Pasteur, la Biscuiterie Billiotte revient cette fois au 56 Grande Rue à Besançon dans l’ancienne boutique d’habillement pour enfant Catimini. Après Valentigney, Montbéliard et Bart, l’enseigne spécialisée dans le biscuit en vrac vient d’ouvrir sa quatrième boutique le 28 juin 2024. 

Saint-Vit : le chef Thibault Etienne du restaurant Le Prélude à Saint-Vit, intronisé Maître cuisinier de France

C’est au sein de son propre restaurant Le Prélude installé à Saint-Vit le 24 juin dernier que Thibaut Etienne a officiellement été intronisé en tant que Maître cuisinier de France (MCF) lors du lancement du Guide des MCF de Bourgogne-Franche-Comté. 

Un accompagnement spécifique pour les projets d’installation agricole en Bourgogne-Franche-Comté

L’AFOCG du Doubs, le CIVAM le Serpolet, Terre de Liens et le collectif InPACT proposent le parcours "de l’idée au projet", en partenariat avec le Grand Besançon Métropole et la région Bourgogne Franche Comté. Celui-ci vise à accompagner "l’émergence de tous types de projets" en lien avec l’installation agricole durant un parcours de 11 jours qui débutera en octobre prochain à Besançon. 

Recette du week-end : le cocktail rhubarbe et fraise des bois du restaurant Épicéa à Besançon

Pour ce week-end des 13 et 14 juillet 2024, comme le soleil semble avoir fait son grand retour, nous vous proposons une recette de l'un des sublimes coktails proposés par Camille et Bastian les chefs du restaurant Épicéa à Besançon. Voici deux versions avec ou sans alcool de leur cocktail du moment à l'eau de rhubarbe, fraise des bois et gin. 

Pour la Fête nationale, un Mirage 2000-5 survolera la ville de Belfort

À l’approche du défilé militaire du 14 juillet prochain à Belfort, Cédric Perrin, sénateur du Territoire de Belfort et président de la Commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées, nous informe du passage d’un Mirage 2000-5 de l’escadron 1/2 cigogne de la Base Aérienne de Luxeuil-les-Bains.

Réserves de sang faibles : l’EFS Bourgogne Franche-Comté appelle à un sursaut de mobilisation !

Alors que les vacances estivales ont démarré, l’Établissement français du sang (EFS) invite les personnes qui peuvent donner leur sang à prendre rendez-vous. L’organisation s’inquiète de la fréquentation sur les collectes futures qui vont être impactées par une actualité notamment sportive très chargée en raison des JO et Tour de France… Un "sursaut de mobilisation" est donc nécessaire d’après l’EFS.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 17.68
nuageux
le 16/07 à 21h00
Vent
1.12 m/s
Pression
1019 hPa
Humidité
83 %