Suspicion d'empoisonnements : "On est comme les victimes, on veut la vérité !"

Publié le 29/03/2017 - 10:58
Mis à jour le 29/03/2017 - 11:19

Le président de la chambre de l'instruction, Gilles Raguin, a décidé de la publicité restreinte des débats, sur demande de l'avocate générale, afin d'éviter que des "éléments couverts par le secret de l'instruction" ne soient évoqués devant la presse. Décision qu'a déploré Me Randall Schwerdorffer, l'avocat de l'anesthésite.

Randall Schwerdorffer regrette la publicité restreinte des débats

recemment_mis_a_jour165.jpg
© d poirier
PUBLICITÉ

Tendu, le visage fermé, le praticien âgé de 45 ans, s’est présenté mercredi matin devant la Chambre de l’instruction de la Cour d’appel de Besançon, vêtu de jeans et d’une chemise noire, accompagné de son épouse et de sa fille. Les juges rendront leur décision dans la journée. Il espère rester libre, plaidant son innocence et contestant catégoriquement les faits d’empoisonnement qui lui sont reprochés.

« Beaucoup de choses ont été dites, il n’y aura pas plus de dégâts de fait. Les dégâts ont déjà été faits« , a déclaré devant les juges le médecin, qui conteste catégoriquement les accusations portées à son encontre et demandait que le débat reste public. 

« Nous sommes effondrés« , a déclaré l’épouse du médecin après la décision des juges de ne pas rendre public le débat. « On est comme les victimes, on veut la vérité. On voulait que notre avocat puisse expliquer pourquoi mon mari est innocent » publiquement, a-t-elle ajouté. « Nous refuser ce droit, c’est dur« .

Plusieurs victimes présumées sont venues assister à l’audience publique, accompagnées de leurs avocats. Après sa mise en examen pour « empoisonnement avec préméditation », le 6 mars 2017, le praticien avait été laissé libre sous contrôle judiciaire par le juge des libertés et de la détention. Il a interdiction d’exercer, de paraître sur les lieux et obligation de verser une caution de 60.000 euros.

(Avec AFP)


Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

anesthésiste empoisonnement

Empoisonnements à Besançon : une ex-collègue soupçonne l’anesthésiste, la  défense réfute

Empoisonnements à Besançon : une ex-collègue soupçonne l’anesthésiste, la défense réfute

Une ex-collègue de Frédéric Péchier, l'anesthésiste de Besançon mis en examen pour 24 empoisonnements présumés, le soupçonne d'avoir voulu l'empoisonner lors d'une opération, ce que réfute catégoriquement la défense, a-t-on appris ce vendredi 24 mai 2019 auprès des avocats des deux parties.

Dans la catégorie

Impôts : environ 2.000 comptes fiscaux piratés

Impôts : environ 2.000 comptes fiscaux piratés

Des hackeurs ont piraté fin juin environ 2.000 comptes fiscaux de contribuables pour modifier leurs déclarations d'impôts, mais ces intrusions ont été rapidement bloquées et n'ont pas eu de conséquences, a déclaré ce mardi 20 août 2019 la Direction générale des finances publiques (DGFiP).

Belfort : hélicoptère, chiens, motos de la gendarmerie pour retrouver trois fuyards

Belfort : hélicoptère, chiens, motos de la gendarmerie pour retrouver trois fuyards

Mercredi 14 août 2019 dernier, aux alentours de Belfort, la gendarmerie s'est fortement mobilisée pour retrouver trois fuyards. Hélicoptère, brigade canine, motos étaient de sortie. Après 2h de recherche, la gendarmerie a finalement interpellé... Un voleur de scooter qui n'avait rien à voir avec l'affaire.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 11.69
ciel dégagé
le 22/08 à 6h00
Vent
2.93 m/s
Pression
1024.39 hPa
Humidité
87 %

Sondage