Trafic d'armes en Haute-Saône et dans les Vosges : cinq suspects renvoyés devant la justice

Publié le 09/11/2019 - 09:03
Mis à jour le 09/11/2019 - 09:03

Cinq hommes suspectés d’être liés à un trafic d’armes dans les Vosges et en Haute-Saône, où une quarantaine d’armes de poing et de fusils ont été saisis, seront jugés en janvier par le tribunal correctionnel de Vesoul, a annoncé ce vendredi 9 novembre 2019 le parquet.

L'enquête de la gendarmerie a débuté en août après le vol de plusieurs armes chez un particulier, en Haute-Saône, a indiqué le procureur de la République de Vesoul, Emmanuel Dupic, lors d'une conférence de presse.

Parmi les suspects, des ferrailleurs âgés de 22 à 34 ans, un seul avait des antécédents judiciaires. Le butin de leurs vols transitait par un brocanteur-antiquaire de 42 ans installé à Plombières-les-Bains (Vosges). Ils ont été interpellés mercredi avec le soutien du Groupe d'intervention de la gendarmerie nationale (GIGN) de Dijon et d'un peloton spécialisé de protection de la gendarmerie (PSPG), a précisé le lieutenant-colonel Sung Dae Faucon, commandant du groupement de gendarmerie de la Haute-Saône.

Les cinq hommes ont été présentés vendredi en comparution immédiate pour "vols en réunion", "recel de vols", "acquisition, détention, offre et cession d'armes de catégorie B". Ils ont demandé un délai pour préparer leur défense et seront jugés le 31 janvier à Vesoul.

Lors de perquisitions à leurs domiciles et chez le brocanteur, 16 revolver et pistolets "qui peuvent être utilisés pour des braquages", ainsi que 28 fusils de chasse et carabines ont été saisis par les gendarmes. Quinze kilos de munitions, six grenades et des brouilleurs GSM, permettant notamment d'empêcher les alarmes de fonctionner, ont également été saisis, a précisé le procureur.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Faits Divers

Un mot de vocabulaire nazi entendu en plein conseil régional Bourgogne Franche-Comté : l’élu regrette

+ Droit de réponse de Thomas Lutz • Jeudi 11 avril 2024, un membre du groupe Rassemblement national au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté, aurait employé une expression empruntée au vocabulaire nazi lors de l’Assemblée plénière qui se tenait à Dijon, est-il dénoncé dans un communiqué de presse de la Région.

Affaire de la maire d’Avallon : Marie-Guite Duffay appelle au respect de la présomption d’innocence

Dans un communiqué du 10 avril 2024, la présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté a réagi suite à la mise en examen et au placement en détention provisoire de la maire d’Avallon et conseillère régionale déléguée à la ruralité Jamilah Habsaoui. Si elle appelle au respect de la présomption d’innocence, Maire-Guite Dufay a également décidé de la suspension de la délégation régionale de l’élue et de l’écarter de son groupe politique.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 4.27
couvert
le 16/04 à 6h00
Vent
5.03 m/s
Pression
1016 hPa
Humidité
92 %