Trois Francs-Comtois sur dix sans diplôme qualifiant

Publié le 24/06/2011 - 12:48
Mis à jour le 24/06/2011 - 12:48

La proportion de personnes âgées de 16 à 64 ans qui ne possèdent aucun diplôme qualifiant ne cesse de baisser. De 52% en 1990, leur part passe à 39% en 1999 et à 31% en 2006. Cette tendance d’évolution est vraie pour toutes les zones d’emploi de Franche-Comté. Si elles ne se situent pas malgré tout à égalité, les écarts se resserrent néanmoins : la zone d’emploi de Besançon est celle où la part de personnes sans diplôme qualifiant est la plus faible (25%), celle de Lure-Luxeuil, la plus forte (38%).

1308912904.png
©dr
PUBLICITÉ

L’allongement de la scolarité à l’enseignement secondaire d’abord puis supérieur ensuite, le développement de filières technologiques et professionnelles ont bénéficié aux dernières générations mais pas aux plus anciennes. Alors qu’en 1990, encore plus de la moitié des Francs-Comtois âgés de 16 à 64 ans n’avaient aucun diplôme qualifiant (tous diplômes confondus hors certificat d’étude et brevet élémentaire), ils ne sont plus que 31% en 2006.

Cette tendance est vérifiable au niveau de toutes les zones d’emploi de la région. Comme les zones d’emploi se situaient à des niveaux différents en 1990, les inégalités subsistent mais les écarts se resserrent. D’une zone d’emploi à l’autre, la part de personnes sans diplômes qualifiant s’échelonnait entre 46% et 61% en 1990 et en 2006, elle va de 25% à 38%.

Les trois zones d’emploi de Haute-Saône (Gray, Lure-Luxeuil, Vesoul), celles de Montbéliard et Morteau dans le Doubs et de Saint-Claude dans le Jura ont encore en 2006 plus d’un tiers de non diplômés (de 34 à 38%) parmi la population de 16 à 64 ans. À l’opposé, Besançon, Pontarlier et Lons-le-Saunier sont celles qui comptent les plus faibles proportions de personnes dépourvues de diplômes qualifiants, allant de 25% pour Besançon à 28% pour Lons-le Saunier.

Les différences d’une zone d’emploi à l’autre sont  en partie  liées à la composition de leur tissu économique et au marché de l’emploi local. En effet, certains emplois ne sont accessibles que sous condition de diplômes tant dans le secteur privé que public.

Les personnes sans qualification sont souvent en position moins favorable pour s’insérer sur le marché du travail : 53% des inactifs et 40% des chômeurs ne possèdent aucun diplôme qualifiant alors que les actifs ayant un emploi sont seulement 24% à ne pas en posséder. Poursuivre dans la voie de qualifier le plus grande nombre reste donc un enjeu majeur d’insertion professionnelle. 

(source: insee)                 

 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Loi Blanquer : le SNUipp-FSU organise un apéro revendicatif devant la permanence de Jacques Grosperrin

Loi Blanquer : le SNUipp-FSU organise un apéro revendicatif devant la permanence de Jacques Grosperrin

"Non à l'amendement Grosperrin" • Mardi 14 mai 2019 le syndicat national unitaire des instituteurs, professeurs des écoles et PEGC (affilié FSU) organise une assemblée générale à partir 18h suivi d'un apéro revendicatif devant la permanence du sénateur LR Jacques Grosperrin au 34 rue Bersot à Besançon.

Éducation nationale : Planoise, bientôt une cité éducative ?

Éducation nationale : Planoise, bientôt une cité éducative ?

Le quartier de Planoise à Besançon fait partie des 80 territoires « prioritaires » sélectionnés pour accueillir un dispositif « cité éducative ». Ce dernier servira à coordonner les services d'Etat, les collectivités, les associations et les habitants pour accompagner l'enfant de 3 à 25 ans autour du cadre scolaire. Une enveloppe de 100 millions d'euros sur trois ans sera débloquée pour aider les collectivités dans leurs démarches.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 10.76
couvert
le 27/05 à 0h00
Vent
0.74 m/s
Pression
1015.6 hPa
Humidité
95 %

Sondage