Trois ministres quittent le gouvernement, Griveaux et Mahjoubi visent Paris

Publié le 28/03/2019 - 08:43
Mis à jour le 28/03/2019 - 08:43

Emmanuel Macron va devoir effectuer un petit remaniement gouvernemental avant les européennes, en raison des ambitions électorales de trois de ses ministres, Nathalie Loiseau pour les européennes et Mounir Mahjoubi et Benjamin Griveaux désormais rivaux pour la mairie de Paris. Un choix que le parti du président, et le président lui-même, trancheront en juin. Sans attendre, le sénateur Julien Bargeton a annoncé dès ce mercredi soir 27 mars 2019 se ranger derrière l'ex-porte-parole.

Macron Micronora Besanc?on-074
© d poirier
PUBLICITÉ

Appliquant la doctrine du chef de l’État qui juge incompatible d’être ministre tout en menant campagne, la ministre des Affaires européennes Nathalie Loiseau, investie mardi tête de liste LREM pour le scrutin européen du 26 mai, a présenté sa démission dès mercredi matin.

Les deux autres départs reflètent une rivalité frontale pour le même poste : le désormais ancien porte-parole Benjamin Griveaux comme l’ex-secrétaire d’État au Numérique Mounir Mahjoubi briguent tous deux l’investiture LREM pour les municipales de 2020 à Paris. Un choix que le parti du président, et le président lui-même, trancheront en juin. Sans attendre, le sénateur Julien Bargeton a annoncé dès mercredi soir se ranger derrière l’ex-porte-parole.

« En route pour un nouvel horizon. Paris doit donner sa chance à tous ».

« A partir du moment où Benjamin Griveaux décide dès ce soir de démissionner, ma candidature, qui ne sert finalement qu’à diviser, n’a plus de sens, parce que je voulais moi qu’elle porte un projet. Et je lui apporte mon soutien. je souhaite que le maximum d’adhérents En Marche puissent le soutenir pour lancer cette campagne », a-t-il ajouté sur BFMTV. « Nous en sommes convenus : j’animerai à ses côtés la réflexion sur le projet » pour Paris, a-t-il précisé dans un communiqué.

L’ancien porte-parole l’a remercié sur Twitter et a souligné sur son compte Facebook que son départ s’était fait « en plein accord avec le président de la République et le Premier ministre ».

Pas de quoi dissuader Mounir Mahjoubi qui a twitté : « En route pour un nouvel horizon. Paris doit donner sa chance à tous ». Lui qui affiche depuis longtemps ses ambitions pour Paris, aurait d’ailleurs préféré rester au gouvernement le plus longtemps possible. « Partir maintenant serait très lâche ». « Il ne faut pas perturber ni les élections européennes ni le grand débat en provoquant un remaniement », disait-il vendredi à la Tribune, taclant l’impatience de Benjamin Griveaux. A l’Elysée comme à Matignon, cette sortie a déplu.

Un récent sondage qui donne la maire Anne Hidalgo en tête des intentions de vote a peut-être accéléré la cadence. D’autres prétendants pour Paris sont sur les rangs, dont les députés Cédric Villani et Hugues Renson ainsi que l’élue du IVe arrondissement Anne Lebreton.

« Poudre d’escampette »

Avec le départ de Benjamin Griveaux, c’est aussi de nouveau un « Mormon » qui s’éloigne, ce petit groupe de jeunes fidèles qui ont accompagné Emmanuel Macron dans sa conquête du pouvoir. Dans la matinée, interrogé par la presse avec laquelle il entretient des rapports tendus, le porte-parole avait fait durer le suspense: « J’ai dit que si je devais être candidat, je démissionnerais immédiatement ».

Au total, dix membres du gouvernement sont partis, volontairement ou non, depuis le début du quinquennat. Avant eux, sept ministres ont démissionné en un an et demi, une concentration de départs inédite en début de mandat. Parmi eux, on compte trois ministres d’Etat, François Bayrou, Nicolas Hulot et Gérard Collomb.

« Je constate que trois de ses ministres on décidé de prendre la poudre d’escampette. On peut s’étonner que les gens quittent le navire. C’est un président qui doit faire face à un très grand nombre de départ. Visiblement, ils privilégient d’autre ambitions, qui sont nobles certes, mais c’est quand même un peu bizarre », a critiqué un autre candidat à la mairie de Paris, l’ex-conseiller de Hollande Gaspard Gantzer.

« Le sentiment que ça donne c’est que l’ambition personnelle compte peut-être plus » que le gouvernement, a critiqué le candidat du PCF aux européennes, Ian Brossat.

Parité

Les remplaçants devaient être nommés d’ici lundi, date du prochain conseil des ministres. Mais probablement pas avant vendredi, après le retour d’Edouard Philippe du Qatar, selon des sources gouvernementales. Parmi les favoris pour les Affaires européennes figure Clément Beaune, conseiller Europe d’Emmanuel Macron. Pour le porte-parolat, trois membres du gouvernement sont sur les rangs: Emmanuelle Wargon, Marc Fesneau et Gabriel Attal.

Le chef de l’État devra aussi veiller à la parité qu’il prône, mise à mal depuis l’entrée au gouvernement en janvier d’Adrien Taquet (Protection de l’enfance). Le gouvernement comptait jusqu’à ce jour dix-neuf hommes, y compris le Premier ministre, et dix-sept femmes. Difficile aussi cette fois pour Emmanuel Macron, en cette période pré-électorale, de laisser traîner les nominations en longueur.

« J’espère qu’Emmanuel Macron a bien réfléchi pour ce remaniement, il avait attendu deux semaines pour nommer Castaner à Beauvau, au regard de ses résultats il aurait peut-être dû réfléchir un peu plus longtemps », a ironisé le député LR Eric Ciotti.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Le décret sur la réforme de l’assurance chômage publié au JO

Le décret sur la réforme de l’assurance chômage publié au JO

Le ministère du Travail a publié dimanche 28 juillet 2019 au Journal officiel le décret mettant en oeuvre la réforme vaste et controversée de l'assurance chômage annoncée le 18 juin. Ce texte de six articles comprend surtout une annexe de 190 pages qui constitue le nouveau règlement de l'assurance chômage. Par ailleurs, une expérimentation est prévue en Bourgogne-Franche-Comté et Centre-Val de Loire "d'un journal de la recherche d'emploi" tenu par les chômeurs.  

Plan social à GE : Le Maire assure l’intersyndicale de son « engagement total »

Plan social à GE : Le Maire assure l’intersyndicale de son « engagement total »

Le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, a assuré l'intersyndicale de General Electric (GE) à Belfort de son "engagement total pour garantir la pérennité du site industriel", marqué par un plan de suppression d'un millier d'emplois, dans un courrier obtenu ce vendredi 26 juillet 2019 par l'AFP.

La PMA pour toutes commence à voir le jour…

La PMA pour toutes commence à voir le jour…

Au terme d'une longue gestation, l'accouchement débute ce mercredi 24 juillet 2019 avant le faire-part de naissance dans quelques mois : la première grande réforme sociétale du quinquennat Macron, l'extension de la PMA à toutes les femmes, est présentée en Conseil des ministres avant son examen à l'Assemblée à la rentrée.

Vote sous tension à l’Assemblée sur le Ceta

Vote sous tension à l’Assemblée sur le Ceta

Après des débats musclés, l'Assemblée s'apprête à voter ce mardi 23 juillet vers 16h15 la ratification du controversé traité de libre-échange entre l'UE et le Canada (Ceta), "positif" pour l'économie française selon ses défenseurs, mais porteur de "risques" environnementaux et sanitaires d'après ses opposants.

Ceta: Hulot appelle les députés à avoir « le courage de dire non »

Ceta: Hulot appelle les députés à avoir « le courage de dire non »

A la veille du vote à l'Assemblée nationale sur le traité de libre-échange UE-Canada (Ceta), Nicolas Hulot a exhorté lundi 22 juillet 2019  les parlementaires à voter contre cet accord qui risque à ses yeux d'ouvrir la porte à des substances dangereuses via un abaissement des normes sanitaires.

Municipale 2020 à Besançon : le candidat Jean-Philippe Allenbach dévoile ses premières propositions

Municipale 2020 à Besançon : le candidat Jean-Philippe Allenbach dévoile ses premières propositions

"Liste Utinam" • Le régionaliste a tenu une conférence de presse jeudi 18 juillet 2019 afin de faire connaître sa candidature officielle pour l'élection municipale de mars 2020à Besançon. Jean-Philippe Allenbach dit avoir déjà au moins une vingtaine de noms sur sa liste et dévoile les propositions que les autres candidats " ne pourront pas lui prendre". 

« Ne comptez plus sur moi pour défendre la moindre nomination d’homme » (M.Schiappa)

« Ne comptez plus sur moi pour défendre la moindre nomination d’homme » (M.Schiappa)

Alors que nous apprenions ce mercredi 10 juillet 2019 vers 22h16 l'officialisation de l'investiture d'Eric Alauzet par le bureau exécutif La République En Marche, le ton est monté à Paris, selon Le Parisien, qui relate les propos tenus par la secrétaire d’État à l’Égalité entre les femmes et les hommes…

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 13.19
pluie modérée
le 19/08 à 3h00
Vent
1.9 m/s
Pression
1016.87 hPa
Humidité
96 %

Sondage