Un repas de Noël dans les tranchées il y a 100 ans, jour pour jour...

Publié le 25/12/2016 - 12:00
Mis à jour le 01/01/2017 - 19:45

Voici le témoignage de Gustave Saulnier, ancien directeur de l’école des Chaprais à Besançon jusqu’en 1939, sur son repas de Noël passé dans les tranchées, il y a 100 ans jour pour jour, en 1916 durant la Première Guerre Mondiale. Il était Sergent major… C’est son petit fils qui a retrouvé le texte manuscrit « au fond d’un tiroir chez ma mère » et qui souhaite le partager avec les lecteurs et lectrices de maCommune.info en ce week-end de Noël 2016.

 ©
©

Témoignage de l’Histoire

"Joyeux Noël !

C ‘était un Noël de la guerre, 1916 probablement, ou peut être 1917, ces temps-là    s’estompent dans ma mémoire. On en a tant vu depuis ! 

Le régiment gardait les tranchées sur les pentes du Hohneck, le secteur était assez tranquille, il y avait beaucoup de neige. 

À 9 heures du matin (heure insolite pour un tel jour, par un tel temps, en un tel lieu), je ne fus pas peu surpris par la brusque irruption du Commandant de la Compagnie dans mon bureau d’autant plus que je savais par le rapport des cuisiniers que ces messieurs les officiers du Bataillon avaient joyeusement fêté Noël tard dans la nuit.  

Sans me donner le temps de le saluer il me dit d’un ton brusque : « Sergent Major, faites- moi chercher le cuisinier des officiers ! ». Je fis signe au planton de service et lui dis : «  Va chercher Raoul ! ». Il faut dire que ce Raoul était un auvergnat de pure souche, tout rond,  à la figure hilare et malicieuse,  de son métier restaurateur et marchand de charbon à Paris comme beaucoup de ses compatriotes. Après quelques minutes d’attente pendant lesquelles le Capitaine n’avait rien dit,  la figure rubiconde  de Raoul apparut à l’entrée du gourbi, toute illuminée d’un sourire. 

Mais le Capitaine ne riait pas. Il l’apostropha durement : «  Cochon ! qu’est ce que tu nous a fait manger ? » Sans cesser de sourire, de son pur accent auvergnat,  il répondit : « Mon capitaine, l’avez-vous trouvé bon ? ».  « Tu ne réponds pas à ma question, je te demande qu’est-ce que tu nous a fait manger hier soir ?»  insista le Capitaine. «Mon capitaine, l’avez-vous trouvé bon ? »  répondit Raoul. « Je te fourrerai à la boîte si tu ne me dis pas la vérité ! » menaça le Capitaine. Et à nouveau : «Mon capitaine, l’avez-vous trouvé bon ?».  Le capitaine eût beau tempêter, menacer,il ne put rien tirer d’autres du rusé Auvergnat. 

Mais moi qui ne savais rien de l’affaire, je compris que Raoul avait fait manger en civet le gros matou qui vivait dans les environs de la roulante. Evidemment, il ne l’avait pas fait de sa propre autorité, mais commandé par le lieutenant chef de cuisine, ancien adjudant de la coloniale,  braconnier invétéré, très habile tireur, et à qui il arrivait assez souvent de tirer des lièvres. N’ayant pas réussi à en tuer un pour Noël, il avait dépecé le chat de la cuisine , et tout se serait bien passé grâce au talent de cuisinier de Raoul si un autre lieutenant qui était dans la confidence ne s’était mis à miauler dès que les assiettes furent vides.  

Plus tard dans la journée je reçus encore la visite d’un autre officier qui avait aussi participé au repas de Noël et qui me demanda si le règlement permettait de faire manger n’importe quoi à ses collègues. Je compris que le chat lui était resté sur l’estomac et je me défilai en disant qu’un simple sous-officier comme moi n’avait rien à voir  avec la cuisine des officiers...

Gustave Saulnier"

Texte manuscrit (document transmis par la famille) :

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

La CGT revendique des congés menstruels dans les trois collectivités de Besançon

Alors qu’aujourd’hui, en France, 1 personne menstruée sur 2 déclare souffrir de dysménorrhée (règles douloureuses) et 1 personne menstruée sur 10 est atteinte d’endométriose (maladie chronique), la CGT propose de "lever le tabou" des règles douloureuses et réclame "le congé menstruel pour les personnes menstruées qui en ont besoin" pour les personnes travaillant à la Ville de Besançon, au CCAS et à Grand Besançon Métropole.   

En images : cérémonie, village des armées et défilé du 14 juillet

De nombreux Bisontins et Bisontines se sont donnés rendez-vous ce dimanche 14 juillet 2024 sur le parking Chamars pour assister à la dernière cérémonie de prise d’armes du Général Rondeau et visiter le village des armées. Les spectateurs ont également pu assister au défilé à pied et motorisé des forces armées avec la présence de blindés sur le Boulevard Charles de Gaulle.

La Biscuiterie Billiotte réintègre le centre-ville de Besançon

Autrefois situé place Pasteur, la Biscuiterie Billiotte revient cette fois au 56 Grande Rue à Besançon dans l’ancienne boutique d’habillement pour enfant Catimini. Après Valentigney, Montbéliard et Bart, l’enseigne spécialisée dans le biscuit en vrac vient d’ouvrir sa quatrième boutique le 28 juin 2024. 

Saint-Vit : le chef Thibault Etienne du restaurant Le Prélude à Saint-Vit, intronisé Maître cuisinier de France

C’est au sein de son propre restaurant Le Prélude installé à Saint-Vit le 24 juin dernier que Thibaut Etienne a officiellement été intronisé en tant que Maître cuisinier de France (MCF) lors du lancement du Guide des MCF de Bourgogne-Franche-Comté. 

Un accompagnement spécifique pour les projets d’installation agricole en Bourgogne-Franche-Comté

L’AFOCG du Doubs, le CIVAM le Serpolet, Terre de Liens et le collectif InPACT proposent le parcours "de l’idée au projet", en partenariat avec le Grand Besançon Métropole et la région Bourgogne Franche Comté. Celui-ci vise à accompagner "l’émergence de tous types de projets" en lien avec l’installation agricole durant un parcours de 11 jours qui débutera en octobre prochain à Besançon. 

Recette du week-end : le cocktail rhubarbe et fraise des bois du restaurant Épicéa à Besançon

Pour ce week-end des 13 et 14 juillet 2024, comme le soleil semble avoir fait son grand retour, nous vous proposons une recette de l'un des sublimes coktails proposés par Camille et Bastian les chefs du restaurant Épicéa à Besançon. Voici deux versions avec ou sans alcool de leur cocktail du moment à l'eau de rhubarbe, fraise des bois et gin. 

Pour la Fête nationale, un Mirage 2000-5 survolera la ville de Belfort

À l’approche du défilé militaire du 14 juillet prochain à Belfort, Cédric Perrin, sénateur du Territoire de Belfort et président de la Commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées, nous informe du passage d’un Mirage 2000-5 de l’escadron 1/2 cigogne de la Base Aérienne de Luxeuil-les-Bains.

Réserves de sang faibles : l’EFS Bourgogne Franche-Comté appelle à un sursaut de mobilisation !

Alors que les vacances estivales ont démarré, l’Établissement français du sang (EFS) invite les personnes qui peuvent donner leur sang à prendre rendez-vous. L’organisation s’inquiète de la fréquentation sur les collectes futures qui vont être impactées par une actualité notamment sportive très chargée en raison des JO et Tour de France… Un "sursaut de mobilisation" est donc nécessaire d’après l’EFS.

À Besançon, des policiers honorés pour leur engagement envers la nation

Dans le cadre des journées de la police nationale, une cérémonie de commémoration a eu lieu ce mercredi 10 juillet 2024 sur la place du 8 septembre à Besançon. À cette occasion, le préfet du Doubs Rémi Bastille, et Yves Cellier, le directeur interdépartemental de la police du Doubs ont effectué une remise de décorations aux fonctionnaires méritants.  

Domicile-travail : le choix de la proximité pour les actifs en Bourgogne Franche-Comté

Selon une dernière étude de l’Insee en Bourgogne Franche-Comté publiée le 9 juillet 2024, les actifs de la région travaillent habituellement au sein de leur intercommunalité de résidence ou à proximité. Toutefois, ils seraient également nombreux à se déplacer dans des intercommunalités plus distantes…

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 17.56
légère pluie
le 15/07 à 21h00
Vent
1.66 m/s
Pression
1015 hPa
Humidité
96 %