Une conductrice suisse condamnée à quatre ans ferme pour avoir tué un motard

Publié le 19/10/2011 - 19:45
Mis à jour le 16/04/2019 - 11:29

Une jeune Suissesse de 28 ans a été condamnée mercredi par le tribunal correctionnel de Besançon à une peine inhabituellement lourde de quatre ans de prison ferme pour avoir causé la mort d'un motard alors qu'elle conduisait sous l'emprise de l'alcool et du cannabis.

PUBLICITÉ

La conductrice, qui transportait ses deux enfants de 4 et 6 ans, conduisait avec un taux de 2,60 grammes d'alcool par litre de sang et elle avait consommé du cannabis quand elle s'est déportée sur la voie de gauche et a percuté un motard de 47 ans qui arrivait en sens inverse, le 28 août 2010 à Touillon-et-Loutelet (Doubs).

La jeune femme, en détention provisoire depuis les faits, a été condamnée pour homicide volontaire aggravé à quatre ans ferme avec maintien en détention.  Le substitut du procureur, Vladimir Vukadinovic, avait requis six ans deprison dont un an à 18 mois avec sursis: "On n'est pas à la lisière du droit pénal, mais du droit criminel", a-t-il lancé à l'audience.

Le juge a également tenu compte d'autres circonstances aggravantes puisque un mois avant l'accident mortel du 28 août, cette même conductrice avait déjà renversé des cyclistes alors qu'elle était sous l'emprise de l'alcool. Depuis ce premier accident elle n'avait plus le droit de conduire sur le sol français.

 Un détail navrant veut que le père de la conductrice était lui aussi mort quelques mois plus tôt, tué par une voiture alors qu'il circulait sur son cyclomoteur.

"J'ai reproduit ce qui s'est passé avec mon père", a regretté à l'audience la jeune femme.

Le décès de son père et des problèmes dans son couple étaient semble-t-il les deux éléments déclencheurs qui l'avaient poussée à boire.

(Source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS • Les investigations concernant l'assassinat fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, dont le corps n'a jamais été retrouvé, sont terminées et la France demande l'extradition du suspect chilien Nicolas Zepeda Contreras, a indiqué jeudi 10 octobre 2019 le procureur de Besançon Etienne Manteaux, qui dévoile les détails de l'enquête (voir vidéos ci-dessous).

La préfecture du Doubs demande l’arrêt complet de l’exploitation de la carrière de Semondans

La préfecture du Doubs demande l’arrêt complet de l’exploitation de la carrière de Semondans

Après le jugement du tribunal administratif de Besançon d'annulation de dérogation "espèces protégées" de la carrière de Semondans, la préfecture du Doubs met en demeure la SAS Maillard de régulariser sa situation administrative en cessant l'activité irrégulière ou déposant un dossier de demande d'autorisation environnementale. En attendant, le fonctionnement de la carrière est suspendu.

Affaire Narumi : la France s’apprête à demander l’extradition du suspect chilien

Affaire Narumi : la France s’apprête à demander l’extradition du suspect chilien

Le parquet de Besançon a finalisé une demande d'extradition du Chilien Nicolas Zepeda Contreras, principal suspect dans la disparition fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, qui sera transmise aux autorités chiliennes dans les prochains jours, a-t-on appris lundi de source judiciaire.

Haute-Saône : un aide-soignant soupçonné d’agressions sexuelles sur 13 personnes en Ehpad

Haute-Saône : un aide-soignant soupçonné d’agressions sexuelles sur 13 personnes en Ehpad

Un aide-soignant, écroué en juin pour agressions sexuelles et harcèlement sexuel sur quatre personnes dans un Ehpad de Haute-Saône, est suspecté d'avoir commis des faits similaires sur neuf autres victimes dans plusieurs établissements de la région, a indiqué ce jeudi 3 octobre 2019 le parquet.

Le tribunal de Dijon refuse le prénom « Jihad »

Le tribunal de Dijon refuse le prénom « Jihad »

Le tribunal de Dijon a annulé vendredi le prénom "Jihad" donné il y a presque un an par une mère à son nouveau-né, et que la justice considère comme ayant une "acception péjorative", a-t-on appris vendredi 27 septembre 2019 auprès du parquet.

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

La Cour de cassation a rejeté ce mercredi 18 septembre 2019 le pourvoi formé par le parquet général contre le maintien en liberté du Dr Frédéric Péchier, anesthésiste de Besançon soupçonné de dizaines d'empoisonnements, qui reste donc libre, a-t-on appris de source proche du dossier et auprès de son avocat.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 12.08
légère pluie
le 24/10 à 6h00
Vent
2.53 m/s
Pression
1012 hPa
Humidité
89 %

Sondage