Une famille albanaise qui devait être expulsée revient à Besançon

Publié le 26/08/2017 - 08:30
Mis à jour le 16/04/2019 - 09:48

Lors de l’évacuation de six familles de migrants qui « campaient » dans le square Cusenier à Besançon le 9 août 2017, la famille Nika avait été envoyée au centre de rétention administratif. Les parents et leurs deux fillettes devaient être expulsés le 21 août vers l’Albanie. Finalement, leur vol a été annulé…

 ©
©

Cette famille devait être expulsée dans son pays d'origine : l'Albanie, mais la préfecture du Doubs "a levé la rétention" selon un membre du collectif Sol Mi ré. Les parents, Albana Rosaj et Gezim Nika ainsi que leurs deux petites filles, Anissa, 5 ans et Élisa, 1 an ½  ont pu revenir à Besançon ce vendredi 25 août au soir. 

Selon le réseau Education Sans Frontières, il s'agit d'un "sursis" en expliquant que "le ministère a annulé le vol du 21 août vers l'Albanie pour attendre l'examen de la demande d'asile qui a été déposée le 16 août au centre de rétention administratif."

Ils étaient au centre de rétention administratif depuis le 11 août. 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Dégradation des conditions de travail dans les lycées : FO adresse une lettre ouverte à Marie-Guite Dufay

Vendredi 25 novembre, le secrétaire de Force Ouvrière (FO) Franche-Comté Bourgogne Frédéric Vuillaume a adressé une lettre ouverte à la présidente de la région Marie-Guite Dufay. Il dénonce la dégradation des conditions de travail des agents dans les lycées.

Bourgogne Franche-Comté : La retraite progressive ou comment se préparer au départ à la retraite

PUBLI-INFO • Le départ en retraite effraye, c’est un fait. Les futurs retraités redoutent de se retrouver sans activités pour occuper leurs journées. Ainsi, la retraite progressive permet, à partir de 60 ans, de recevoir une part de sa re­traite tout en réduisant son temps de travail. À travers, le témoignage de Pierre-Jean, salarié de 62 ans, décou­vrez ce qu’est concrètement la retraite progressive et les motivations qui l’ont poussé à en faire la demande.

Violences faites aux femmes : depuis Dijon, Emmanuel Macron appelle à ne pas " relâcher l’effort "

Le président de la République, qui a rencontré vendredi 25 novembre à Dijon des victimes, a appelé à ne "pas relâcher l'effort" dans la lutte contre les violences faites aux femmes, estimant qu'il fallait améliorer formation et prévention malgré d'importants "progrès collectifs".

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 6.09
couvert
le 29/11 à 18h00
Vent
1.3 m/s
Pression
1018 hPa
Humidité
92 %