Une prise d'otage est prévue mercredi 23 novembre à La Rodia à Besançon...

Publié le 22/11/2016 - 16:20
Mis à jour le 23/11/2016 - 08:06

Un vaste exercice de sécurité se déroulera dans la matinée de mercredi 23 novembre 2016 dans le bâtiment de La Rodia à Besançon. Une centaine de pompiers, militaires de l'Armée de Terre, gendarmes et policiers sera mobilisée. Le scénario portera sur une prise d'otage… 

1-recemment_mis_a_jour557.jpg
©Alexane Alfaro
PUBLICITÉ

L’opération commencera dans la matinée lorsqu’un « acteur » appellera la police (avec le code « exercice ») pour signaler une prise d’otage. Ensuite, la police (brigade anti-criminalité renforcée), la gendarmerie (nouvelle unité d’intervention appelée PSIG-Sabre), les pompiers, l’Armée de Terre, la cellule de crise de la préfecture ainsi que le Parquet de Besançon « joueront » et « en retireront des expériences et un bilan à la fin de l’opération », précise le sous-préfet Emmanuel Yborra. Par ailleurs, une vingtaine d’acteurs participeront à l’opération dans le rôle des victimes et du ou des preneurs d’otage. 

Ce troisième exercice de sécurité depuis l’été dernier, sera l’occasion pour la police et la gendarmerie de tester leur coordination. « Ces deux services ont des modes opératoires différents donc là, ils vont pouvoir se connaître et travailler ensemble », souligne le sous-préfet. 

Test d’un nouveau système : le SINUS 

Ce système permet le suivi des victimes dans le cadre du plan ORSEC (Organisation de la réponse de sécurité civile). Développé par la préfecture de police de Paris où il est opérationnel depuis 2009, ce dispositif, qui sera prochainement déployé au niveau national, permet l’identification, le dénombrement et le suivi des victimes. Sur le terrain, les sapeurs-pompiers entrent l’identité et la pathologie d’une victime dans un bracelet connecté muni qu’un code-barre via une tablette. Ce bracelet peut également être muni de stickers supplémentaires permettant l’identification de documents ou d’effets liés à la victime. Il résiste à la chaleur et aux produits décontaminants. Lorsque la victime arrive à l’hôpital, le personnel médical peut alors scanner le bracelet et connaître rapidement le patient et sa pathologie.

Ce dispositif est déjà utilisé depuis octobre 2009 à Paris dans les trois départements de la petite couronne. Dans le Doubs et en Franche-Comté, le premier test sera effectué mercredi à Besançon et devrait être utilisé dès 2017.

Et s’il se passe quelque chose de grave ailleurs pendant ce temps-là ? 

La préfecture se veut rassurante envers la population. Si un événement grave se déroule pendant cet exercice dans autre lieu à Besançon, les forces de l’ordre interrompront « immédiatement » l’opération, précise M. Yborra, et interviendront sur les lieux de l’événement. Par ailleurs, toutes les forces de sécurité de la ville et du Doubs ne seront pas réunies à La Rodia. 

Les conditions de l’exercice : pas de tir, les habitants prévenus, les voitures déplacées 

  • Un large périmètre d’exclusion est prévu autour du bâtiment. Toutefois, la rue de Chardonnet sera dégagée et ouverte à la circulation.
  • Afin de prévenir les habitants de ce secteur, un document a été distribué dans les boîtes aux lettres.
  • Les forces de l’ordre n’utiliseront pas les sirènes de leurs véhicules dans ce cas d’exercice.
  • De « petits pétards » seront utilisés dans le cadre de cette opération. « Aucun tir ne sera effectué » selon le sous-préfet. 
  • Attention : par arrêté préfectoral, les voitures stationnées sur le parking de La Rodia devront être déplacées par leur propriétaire avant le début de l’intervention (aucune heure n’est fixée).

D’autres exercices se dérouleront au cours de l’année 2017 pour tester d’autres systèmes, avec des typologies différentes dans d’autres lieux.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

La Licra soutient la mère voilée au conseil régional

La Licra soutient la mère voilée au conseil régional

Les "Licra" (ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme) de Besançon et Dijon ont annoncé qu’elles accompagneraient la mère voilée dans ses démarches en estimant qu’elle ne méritait pas le bruit et la fureur alors qu’« elle accomplissait un paisible devoir civique » en accompagnant la classe de son fils au conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté. 

Annie Genevard sur l’incident du voile : « la méthode était détestable, mais sur le fond… »

Annie Genevard sur l’incident du voile : « la méthode était détestable, mais sur le fond… »

La députée du Doubs Annie Genevard (LR), invitée du « petit déjeuner politique » de Sud Radio ce lundi 15 octobre 2019, a réagi à « l’incident du voile » du conseil régional de Bourgogne Franche-Comté. Et a globalement suivi la ligne directrice des Républicains, avec son président Christian Jacob demandant l’interdiction du voile durant les sorties scolaires…

Fatima, la maman voilée s’exprime…

Fatima, la maman voilée s’exprime…

La mère voilée originaire de Belfort qui a déclenché malgré elle la sortie du RN  Julien Odoul au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté s'exprime dans un entretien au site islamophobie.net du collectif contre l'islamophobie en France. Elle souhaite que son fils "passe à autre chose" mais semble garder un goût amer de cette expérience... 

Femme voilée au conseil régional : 90 personnalités demandent à Macron de condamner une « agression »

Femme voilée au conseil régional : 90 personnalités demandent à Macron de condamner une « agression »

Ce mardi 15 octobre 2019, un collectif de 90 personnalités, dont l'acteur Omar Sy, demande "urgemment" à Emmanuel Macron de condamner "l'agression" dont a été victime la femme voilée prise à partie par un élu RN alors qu'elle accompagnait une sortie scolaire au conseil régional de Bourgogne-Franche Comté.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 10.61
pluie modérée
le 17/10 à 15h00
Vent
3.443 m/s
Pression
1015 hPa
Humidité
97 %

Sondage