Une prise d'otage est prévue mercredi 23 novembre à La Rodia à Besançon...

Publié le 22/11/2016 - 16:20
Mis à jour le 23/11/2016 - 08:06

Un vaste exercice de sécurité se déroulera dans la matinée de mercredi 23 novembre 2016 dans le bâtiment de La Rodia à Besançon. Une centaine de pompiers, militaires de l'Armée de Terre, gendarmes et policiers sera mobilisée. Le scénario portera sur une prise d'otage… 

 ©
©

L'opération commencera dans la matinée lorsqu'un "acteur" appellera la police (avec le code "exercice") pour signaler une prise d'otage. Ensuite, la police (brigade anti-criminalité renforcée), la gendarmerie (nouvelle unité d'intervention appelée PSIG-Sabre), les pompiers, l'Armée de Terre, la cellule de crise de la préfecture ainsi que le Parquet de Besançon "joueront" et "en retireront des expériences et un bilan à la fin de l'opération", précise le sous-préfet Emmanuel Yborra. Par ailleurs, une vingtaine d'acteurs participeront à l'opération dans le rôle des victimes et du ou des preneurs d'otage. 

Ce troisième exercice de sécurité depuis l'été dernier, sera l'occasion pour la police et la gendarmerie de tester leur coordination. "Ces deux services ont des modes opératoires différents donc là, ils vont pouvoir se connaître et travailler ensemble", souligne le sous-préfet. 

Test d'un nouveau système : le SINUS 

Ce système permet le suivi des victimes dans le cadre du plan ORSEC (Organisation de la réponse de sécurité civile). Développé par la préfecture de police de Paris où il est opérationnel depuis 2009, ce dispositif, qui sera prochainement déployé au niveau national, permet l’identification, le dénombrement et le suivi des victimes. Sur le terrain, les sapeurs-pompiers entrent l'identité et la pathologie d'une victime dans un bracelet connecté muni qu'un code-barre via une tablette. Ce bracelet peut également être muni de stickers supplémentaires permettant l'identification de documents ou d'effets liés à la victime. Il résiste à la chaleur et aux produits décontaminants. Lorsque la victime arrive à l'hôpital, le personnel médical peut alors scanner le bracelet et connaître rapidement le patient et sa pathologie.

Ce dispositif est déjà utilisé depuis octobre 2009 à Paris dans les trois départements de la petite couronne. Dans le Doubs et en Franche-Comté, le premier test sera effectué mercredi à Besançon et devrait être utilisé dès 2017.

Et s'il se passe quelque chose de grave ailleurs pendant ce temps-là ? 

La préfecture se veut rassurante envers la population. Si un événement grave se déroule pendant cet exercice dans autre lieu à Besançon, les forces de l'ordre interrompront "immédiatement" l'opération, précise M. Yborra, et interviendront sur les lieux de l'événement. Par ailleurs, toutes les forces de sécurité de la ville et du Doubs ne seront pas réunies à La Rodia. 

Les conditions de l'exercice : pas de tir, les habitants prévenus, les voitures déplacées 

  • Un large périmètre d'exclusion est prévu autour du bâtiment. Toutefois, la rue de Chardonnet sera dégagée et ouverte à la circulation.
  • Afin de prévenir les habitants de ce secteur, un document a été distribué dans les boîtes aux lettres.
  • Les forces de l'ordre n'utiliseront pas les sirènes de leurs véhicules dans ce cas d'exercice.
  • De "petits pétards" seront utilisés dans le cadre de cette opération. "Aucun tir ne sera effectué" selon le sous-préfet. 
  • Attention : par arrêté préfectoral, les voitures stationnées sur le parking de La Rodia devront être déplacées par leur propriétaire avant le début de l'intervention (aucune heure n'est fixée).

D'autres exercices se dérouleront au cours de l'année 2017 pour tester d'autres systèmes, avec des typologies différentes dans d'autres lieux.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Solidarité : un couple d’artistes bisontins vend des oeuvres pour aider l’Ukraine

L’actualité française a quelque peu pris le dessus sur l’actualité en Ukraine et pourtant, la guerre continue, des familles continuent de fuir le pays pendant que des femmes et des hommes luttent contre l’envahisseur russe. En solidarité, Marianne Blanchard, dessinatrice, et son compagnon Antony Maraux, artiste peintre, tous les deux originaires de Besançon, ont décidé de proposer quelques unes de leurs oeuvres dont une grande partie des bénéfices sera reversée à la Croix Rouge de Besançon.

Chantal Carroger, la directrice du CHU de Besançon, part en retraite

Après sept années passées à la direction générale du CHU de Besançon, Chantal Carroger quittera ses fonctions le 23 mai 2022 pour partir en retraite. L’intérim sera assuré par Emmanuel Luigi, actuel directeur général adjoint, jusqu’à la nomination d’un nouveau directeur général dont la prise de fonction débutera au 1er janvier 2023.

Une marche militante contre l’homophobie et la transphobie ce samedi à Besançon

Les agressions liées à l’orientation sexuelle sont en hausse depuis plusieurs années en France comme partout dans le monde. Face à cette recrudescence des agressions lgbtqiaphobes, des associations bisontines ont décidé de se rendre visibles à l’occasion du mois des fiertés lors d’une marche militante qui se déroulera ce samedi 21 mai 2022 à 14h00 au parc Micaud à Besançon.

Nutri-score D et E : « Gare aux fausses interprétations ! » alerte l’UFC Que Choisir

L'UFC Que choisir organise ce mois de mai 2022 une campagne de communication en faveur du Nutri-score, étiquetage affichant la qualité nutritionnelle des produits alimentaires. L’association met en garde sur les mauvaises interprétations, notamment sur les aliments traditionnels de Bourgogne-Franche-Comté.
Offre d'emploi

Foire Comtoise 2022

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 23.98
nuageux
le 21/05 à 18h00
Vent
2.07 m/s
Pression
1020 hPa
Humidité
43 %

Sondage