Alerte Témoin

Victime de harcèlement scolaire, elle sort son premier livre à 16 ans

Publié le 08/08/2017 - 07:15
Mis à jour le 08/08/2017 - 15:15

Une lycéenne belfortaine, Stacy Mars, a sorti en avril 2017 son premier livre aux éditions Edilivre Paris, intitulé Léona. Cette fiction reflète les problématiques des jeunes en milieu scolaire que Stacy ne connaît que trop bien. Elle a en effet été victime de harcèlement scolaire jusqu'à son entrée en seconde. Elle présente désormais au monde ce qui lui a permis de tenir, l'écriture… 

capture_decran_2017-08-07_a_15.33.34.jpg
©Edilivre
PUBLICITÉ

A 16 ans, Stacy Mars n'est encore qu'une lycéenne belfortaine, qui rentrera en première à la rentrée. Pourtant, elle a déjà sorti son premier livre. Léona est le récit d'une jeune italienne ayant déménagée à Lunéville, petite ville de France. Nouvelle à la fois dans son pays et son établissement scolaire, la jeune fille devra prendre de ses marques pour se faire des amis, avec qui elle vivra des aventures particulières...

Cette histoire cible surtout la jeunesse, et pour cause : le récit est tiré de la propre expérience de son auteur. Stacy, comme tant d'autres enfants ou adolescents, a en effet vécu une "période scolaire difficile". Et ce n'est rien de le dire. Du CE1 à la 3e, la jeune belfortaine a été victime de harcèlement scolaire, sans qu'elle n'en connaisse la raison. "Cela allait des insultes jusqu'aux coups" explique-t-elle d'une voix qu'elle veut posée, mais qui trahit de lourdes émotions. Huit longues années de harcèlement n'ont en effet pas laissé sa jeune âme indemne…  

"Les profs étaient contre moi"

Pourtant, Stacy ne s'est pas laissée faire. "J'en ai parlé à mes parents, qui ont averti les professeurs." Mais rien n'a changé. Pire encore, ces derniers auraient accentués la chose. "Les profs étaient contre moi" s'étonne-t-elle encore aujourd'hui. Abandonnée par l'autorité du milieu scolaire, elle ne peut que subir ce qui lui arrive. Elle se réfugie alors dans la littérature...

Déjà précoce puisqu'elle écrivait des "petites histoires simples dès neuf ans", c'est par le biais de l'écriture que la jeune fille a "trouvé la solution" pour oublier ses malheurs à l'école. Elle a en effet décidé de "raconter une histoire où le personne principal vit de belles aventures dans son établissement scolaire." Pour s'échapper. "Je pouvais lui ressembler, ça me permettais de rêver…" La situation de ses personnages n'était jamais très lointaine de la sienne. "Parfois, je faisais subir à mon personnage ce qui m'arrivait… La différence, c'est qu'il était aidé" raconte-t-elle, amère.

Après la pluie…

Le calvaire de Stacy se termine toutefois avec son arrivée au lycée. Elle peut enfin écrire en étant un "peu plus sereine". A 15 ans, elle envoie son premier manuscrit à Edilivre. Il sera finalement sélectionné par l'éditeur et distribué l'année suivante. Lorsqu'on lui demande si un message d'espoir se dissimule entre les lignes du récit, elle prend de la distance avec sa situation : "Je n'ai pas vraiment de morale à faire passer" réfléchit-elle, "seulement dire qu'il ne faut jamais abandonner."

Et malgré sa récente "petite victoire" sur la vie, la jeune fille n'en demeure pas moins meurtrie. "Je ferai ma rentrée sans mes deux meilleures amies, qui changent de lycée. Je me demande comment ça va se passer" appréhende Stacy, dont le souvenir pas si lointain d'une période noire résonne encore en elle.

Infos +

"Léona" est disponible sur le site d'Edilivre à 8,50euros.  

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Harcèlement au collège Xavier-Marmier : « nous demandons au rectorat de revenir sur sa décision » (collectif AED)

Après la "journée blanche" de jeudi pour protester contre la modification par le rectorat de Besançon d'une sanction contre deux élèves après un cas de harcèlement scolaire, le collectif AED Besançon (assistant d'éducation) a souhaité réagir ce vendredi 21 février 2020 suite "aux propos tenus par les représentants du rectorat".

« Journée blanche » dans un lycée de Pontarlier après un cas de harcèlement scolaire

Mise à jour ce 21 février 2020 • Les enseignants d'un lycée de Pontarlier (Doubs) ont organisé ce jeudi 20 février 2020 une "journée blanche" pour protester contre la modification par le rectorat de Besançon d'une sanction contre deux élèves après un cas de harcèlement scolaire, a-t-on appris auprès des enseignants.

Collège Diderot : le recteur maintiendra « en partie » les moyens alloués aux enseignants référents

Après une opération "collège mort" lundi, puis une journée de grève ce mardi, au collège Diderot à Besançon, le recteur de l'académie a convoqué la presse mardi 18 février pour y répondre et annoncer le maintien "en partie" des moyens dans cet établissement du réseau d'éducation prioritaire (REP+).

Planoise : « Collège Mort » à Diderot

Les parents n'ont pas envoyé leurs enfants au collège Diderot lundi 17 février 2020 à Besançon pour protester contre la perte des postes d'enseignants référents en éducation prioritaire renforcée (Rep+) de Planoise. Mardi, ce sont les enseignants qui seront en grève avant une marche dans les rues du quartier en fin de journée. Dans le Doubs, la baisse des moyens dans les secteurs sensibles provoque également la grogne à l'école Mandela de Bethoncourt et au Collège Lou Blazer de Montbéliard.

Baisse des dotations horaires au collège Diderot : Anne Vignot apporte son soutien au personnel

Comme nous le dénonçait le Snes FSU dans un article en date du 6 février dernier, les moyens vont baisser pour la rentrée 2020 dans les collèges et lycée. Ce 16 février 2020, Anne Vignot, candidate à l'élection municipale de Besançon, souhaite apporter son soutien aux personnels du collège Diderot.

Orientation : programme 2020 des portes ouvertes des collèges, lycées et universités en Franche-Comté…

Futurs collégiens, lycéens et étudiants doivent penser à leur avenir notamment en visitant des établissements et choisir celui qu'ils considèreront comme le meilleur… Voici le calendrier 2020 des portes ouvertes en Franche-Comté. De nombreux rendez-vous sont au programme ce samedi 15 février 2020.

« Mise à pied » d’un professeur à Dole : une mobilisation prévue mardi 18 février

Le syndicat CGT du lycée Duhamel de Dole a tenu alerter l'opinion publique le 12 février 2020  dans le cadre de la "mise à pied" d'un professeur suite à sa "participation à la contestation des épreuves d'E3C". Les organisations syndicales, SNES-FSU, Snuep-FSU, CGT Educ’Action, SUD Education, Unsa Education et SNFOLC se mobiliseront le mardi 18 février à partir de 11h45 Avenue Charles Laurent Thouverey à Dole. Pour rappel,  Une pétition a été mise en ligne.

Station de Métabief

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 5.77
couvert
le 22/02 à 21h00
Vent
2.93 m/s
Pression
1033 hPa
Humidité
65 %

Sondage