Villars-les-Blamont aime tous les présidents de la République

Publié le 10/05/2012 - 08:20
Mis à jour le 08/02/2019 - 09:36

La petite commune de 450 habitants nichée à 500 mètres de la Suisse et à 25 km de Montbéliard est l’une des très rares municipalités à faire honneur à tous les présidents de la République. Ils sont tous affichés à l’un des murs de la mairie.

à l’affiche

De Louis Napoléon Bonaparte à Jacques Chirac, tous les présidents sont sagement alignés au mur, soigneusement encadrés. Nicolas Sarkozy trône encore au milieu de la salle du conseil municipal.

« Ça vient assez vite, il faut environ un mois pour recevoir le portrait du nouveau », raconte Joseph Poupenez, ancien maire qui fête ses 84 ans ce 10 mai. C’est lui qui dans les années 70 a décidé de « ressusciter » les portraits de tous les présidents de la République qui « trainaient dans le grenier de la mairie dans des caisses ». « Pétain doit encore trainer par-là, mais il n’a pas été président… », précise malicieusement celui qui a été maire du village de 1959 à 1989.

Jean-Pierre Brandelet, maire depuis 2001, a évidemment continué cette tradition républicaine qui fait la fierté de Villars-les-Blamont imitée, parait-il, que par deux autres communes françaises. « Ils font partie de notre patrimoine. Les gens y sont habitués », constate simplement le maire.

Le seul portrait manquant était celui de Louis Napoléon Bonaparte. Qu’à cela ne tienne, une reproduction du neveu de Napoléon fait l’affaire. Depuis le président Auriol, les portraits sont livrés sans cadre. « Il n’y a pas de petites économies », relève Jean-Pierre Brandelet, par ailleurs professeur de math à la retraite dans quelques semaines.

Avec son prédécesseur « Joseph », ancien charpentier puis menuisier, il aura tout le loisir de confectionner un cadre pour le 24e président de la série qui prendra place au milieu de la salle, tandis que Nicolas Sarkozy rejoindra Jacques Chirac et tous les autres.

A Villars-les-Blamont, Nicolas Sarkozy est arrivé en tête avec 140 voix contre 124 à François Hollande. On attend la photo de ce dernier avec impatience quand même… Ici, les maires sont sans étiquette et, surtout, républicains. Et puis, « les Rouges et les Noirs c’est fini depuis belle lurette », note « Joseph ». D’ailleurs depuis 1989, il n’y a qu’une liste à chaque élection municipale.

L’ancien maire est tout de même intrigué par le nombre de voix obtenues par le Front national au premier tour. « Il y en a eu 101, mais je n’ai pas réussi à savoir qui c’était. Vous vous rendez compte 101 ». On sent à travers ce constat que tous les portraits ne seraient pas affichés avec le même enthousiasme…

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Législatives 2024 : le collectif “à gauche citoyens” appelle à voter pour le Nouveau Front populaire

Dans un communiqué du 15 juin 2024, l’association "à gauche citoyens !" se réjouit de l’accord intervenu entre les forces de gauche et les écologistes et de la constitution du Nouveau Front populaire. "Cela répond à la raison d’être de notre association depuis sa création", est-il précisé.

Les Républicains : l’exclusion d’Eric Ciotti, invalidée par le tribunal judiciaire de Paris

La justice a suspendu l’exclusion d’Eric Ciotti, président de LR, a-t-on appris vendredi 14 juin. Pour rappel, le bureau politique de son parti s’était réuni le 12 juin pour l’évincer après ses déclarations sur son alliance avec l’extrême droite dans le cadre des élections législatives.

Législatives 2024 : cette fois, le Mouvement Franche-Comté appelle à ne pas voter pour LFI

Après avoir appelé les Francs-Comtois à ne pas voter aux prochaines législatives pour l’extrême droite, le RN, parti ”national-centraliste” en ce qu’il souhaite détruire l’Europe et supprimer les régions, le Mouvement Franche-Comté leur demande, ce vendredi 14 juin, ne pas voter pour les candidats de La France insoumise, parti co-fondateur du Nouveau Front populaire.

Législatives 2024 : à Besançon comme en France, les lieux de musiques actuelles appellent à faire barrage à l’extrême droite

Dans un communiqué de la Fédération des lieux de musiques actuelles (Fedelima) diffusé vendredi 14 juin 2024, le monde des arts et de la culture appellent à se mobiliser aux élections législatives pour ”faire barrage à l’extrême droite”. Un texte relayé notamment par La Rodia et Le Bastion à Besançon.

Accord signé au Nouveau Front populaire : Dominique Voynet, candidate dans le Doubs

Les Écologistes, le Parti socialiste, la France insoumise et le Parti communiste ont trouvé et signé jeudi 13 juin au soir un accord pour la création d'un "Nouveau Front populaire", après l'annonce de la dissolution de l'Assemblée nationale le 9 juin dernier. Dominique Voynet (EELV), ancienne ministre et secrétaire régionale d'Europe Écologie-Les Verts en Bourgogne-Franche-Comté est candidate dans la deuxième circonscription du Doubs, supplée par Anthony Poulin, adjoint à la maire de Besançon.

Législatives 2024 : Éric Alauzet se retire et laisse la place à Benoît Vuillemin

Selon un communiqué du 13 juin 2024, le député de la deuxième circonscription du Doubs du parti Renaissance, Éric Alauzet, a décidé de se retirer de la campagne pour l’élection législatives anticipée des 30 juin et 7 juillet. Il confirme la candidature de Benoît Vuillemin, maire de Saône et vice-président de Grand Besançon Métropole.

Législatives 2024 : un collectif mobilisé contre l’extrême droite à Besançon

À l'initiative de la Ligue des droits de l'Homme, une cinquantaine d'associations, d'ONG et d'organisations syndicales se sont réunies lundi 11 juin 2024 et ont décidé de former un collectif suite aux résultats des élections européennes. Pour rappel, une mobilisation contre l’extrême droite est prévue samedi 15 juin 2024 à 15h00 place de la Révolution à Besançon.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 13.98
pluie modérée
le 17/06 à 6h00
Vent
2.32 m/s
Pression
1014 hPa
Humidité
95 %