Vingt-huit jours avec son bébé : le congé paternité doublé à partir de jeudi

Publié le 29/06/2021 - 11:51
Mis à jour le 29/06/2021 - 11:51

Le congé paternité - ou du second parent - de 28 jours, dont une semaine obligatoire, entre en vigueur à partir de jeudi, une réforme sociétale attendue de longue date qui vise à permettre aux pères de s'investir davantage dans la parentalité et la vie du foyer.

Annoncée en septembre par Emmanuel Macron et votée dans le budget de la Sécu, cette réforme du congé double la durée pour un père – ou le second parent – d’un enfant à naître ou adopté, à 25 jours plus 3 jours de naissance contre 11 plus 3 actuellement.

Nicolas, infirmier dans un Ehpad,  dont la petite fille doit naître dans un peu moins de deux semaines, est concerné. "C'est notre premier enfant. On a hâte de rencontrer ce petit être et découvrir son univers", dit-il à l'AFP. "Pouvoir prendre un mois de congé, c'est un droit et un acquis social très fort pour entrer de plain-pied dans la paternité et aussi être là pour suppléer la maman à la maison".

Ce futur père de 40 ans a déjà tout prévu. Pour permettre à ses collègues de "souffler aussi pendant l'été", il prendra quelques jours de vacances autour de la naissance mi-juillet puis en août, avant de prendre tout son congé au mois de septembre.

Une demande "immédiatement validée" par son employeur, précise Nicolas, qui estime que "le regard sur la place du papa a changé".

Dans le cas d'une naissance multiple, sept jours de congés sont ajoutés, soit 32 contre 18 actuellement.

Niveau rémunération: les trois jours du congé de naissance restent à la charge de l'employeur, et les jours restants seront indemnisés par la Sécurité sociale

Répartition des tâches

"Une réelle évolution", estime David Malczuk, 27 ans, qui accueillera son deuxième enfant fin juillet et a déjà tout organisé pour s'absenter un mois de son travail.

A la naissance de son premier enfant, ce dessinateur industriel avait gardé ses 11 jours de congé pour partir avec sa femme et leur fils de quelques semaines en Russie, d'où son épouse est originaire.

"Elle avait accouché un mercredi. J'étais resté avec elle à la maternité jusqu'au dimanche et le lundi, c'était retour au boulot. J'étais crevé, j'avais des poches sous les yeux", se souvient-il. "Cette fois, je vais pouvoir créer un rythme avec le bébé et récupérer un peu d'énergie".

Optionnel, le congé paternité est actuellement pris par environ sept pères sur dix, un chiffre qui a peu évolué depuis son instauration en 2002 et dissimule de fortes inégalités sociales: 80% des salariés en CDI y ont recours, contre moins de 60% en CDD.

"Ce n'est pas qu'une question d'envie des pères, il y a encore de nombreux freins psychologiques notamment vis-à-vis de l'entreprise", estime la psychothérapeute Isabelle Filliozat, vice-présidente de la "Commission des 1.000 premiers jours" qui avait recommandé au gouvernement de porter ce congé à neuf semaines.

Selon elle, cette réforme devrait "inciter davantage de pères à le prendre" car "la semaine obligatoire pourra les aider dans leurs négociations avec leur patron".

"Dérisoire"

En matière de parentalité, beaucoup se joue dès les premiers jours.

"Ce n'est pas une question de rôle ou de sexe", insiste Mme Filliozat. "Si on est au quotidien auprès d'un enfant, on devient plus sensible, attentif et on développe ses compétences parentales".

Or, "les pères n'ont pas suffisamment d'occasion d'avoir du temps avec leurs tout-petits, ils tissent moins d'attachement, se sentent un peu moins concernés et peuvent avoir tendance à laisser les tâches parentales à la mère, ce qui génère de nombreux conflits", analyse-t-elle.

Ces 28 jours restent toutefois "dérisoires" pour Marie-Nadine Prager, du Collectif PAF (pour une Parentalité féministe).

"C'est probablement mieux pour tisser un lien avec le bébé mais pas pour revoir la place de chacun au sein du foyer", estime la militante, plaidant désormais pour un congé parental sur le modèle scandinave, bien rémunéré et réparti entre les parents.

Des évolutions pourraient intervenir à la rentrée, à l'issue d'une mission sur la conciliation des temps professionnel et familial menée depuis mars par Christel Heydemann, de Schneider Electric France, et le sociologue Julien Damon.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Pièces jaunes : Brigitte Macron visite la « maison des familles » près du CHU de Besançon

Pièces jaunes 2022 : la fondation des hôpitaux en visite à la maison des familles le 26 janvier • La première dame de France et présidente de la fondation Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France était en visite lundi 24 janvier 2022 en début d'après-midi à la maison des familles qui prévoit une extension de 12 chambres et d'un nouvel espace détente pour accueillir les proches des personnes hospitalisées ou des patients en ambulatoire.

Les bienfaits des fruits et des légumes d’hiver par Chloé Vuillemin, diététicienne à Besançon

Nous sommes bien installé.es dans l’hiver : il fait froid, la nature se repose. Les arbres ont perdu leurs feuilles, tout se passe sous la terre, c’est le moment de manger des légumes racines ! Notre diététicienne bisontine Chloé Vuillemin nous explique les bienfaits des fruits et des légumes d'hiver sur notre santé...

A Besançon, le portrait d’Emmanuel Macron goudronné pour ses bilans climatique et social

Pendant que Emmanuel Macron inaugurait la présidence française de l’Union européenne ce mercredi 19 janvier, des activistes d’Action non-violente COP21 ont souillé des portraits officiels du président pour dénoncer son bilan climatique et social. Ils pointent "le sabotage climatique" du quinquennat d'Emmanuel Macron et appellent à la mobilisation.

Féminicide rue Battant : la victime a reçu 18 coups de couteau

La vice-procureure de la République de Besançon, Christine de Curraize, a convoqué les journalistes locaux à une conférence de presse ce mercredi 19 janvier à 17h30 pour le point sur l'avancée de l'enquête du meurtre de Céline, 20 ans, morte sous les coups de son compagnon lundi dernier dans un appartement de la rue Battant à Besançon.

Worldskills : 8 Bourguignons-Francs-Comtois sélectionnés pour faire partie de l’équipe de France

Les finales nationales de la 46ème édition de la compétition des métiers WorldSkills France se sont déroulées du 13 au 15 janvier 2022 à Lyon. Près de 600 jeunes champions ont participé pendant trois jours à des épreuves pour chacun des 64 métiers représentés. Huit Bourguignons-Francs-Comtois sont sélectionnés pour faire partie de l’équipe de France. Cinq d’entre eux participeront aux finales mondiales qui auront lieu à Shanghaï, en octobre 2022.
Offre d'emploi

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 3.5
ciel dégagé
le 24/01 à 15h00
Vent
0.93 m/s
Pression
1030 hPa
Humidité
13 %

Sondage