Violences antiparlementaires : Philippe fait le point avec les parlementaires

Publié le 05/03/2019 - 06:09
Mis à jour le 16/04/2019 - 08:41

Après plus d’une centaine d’actes de violence envers des parlementaires dans le contexte de crise des « gilets jaunes », Édouard Philippe a reçu les présidents de l’Assemblée nationale et du Sénat ainsi que des représentants des groupes des deux Chambres lundi 4 mars 2019 dans la soirée.

 ©
©

Le chef du gouvernement a échangé pendant près d'une heure trente avec plus d'une dizaine d'élus lors de cette réunion à Matignon à laquelle ont également participé le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner et le ministre chargé des Relations avec le Parlement Marc Fesneau.

"Le Premier ministre a fait état de ses inquiétudes, le ministre de l'Intérieur (a mis en avant) la disponibilité de son ministère et puis des mesures qui ont été prises pour que ce climat ne perdure pas", a affirmé devant la presse le député communiste Stéphane Peu. "Mais il n'y a eu aucune annonce précise de faite si ce n'est d'entendre les différents groupes parlementaires pour constater qu'il y avait une montée de la violence inquiétante, qu'il fallait agir et que le gouvernement agissait", a ajouté l'élu de Seine-Saint-Denis.

"Le ministre de l'Intérieur nous a indiqué qu'il avait été dénombré 117 cas d'attaques, d'agressions ou de menaces vis-à-vis des parlementaires", a souligné Bertrand Pancher qui représentait le groupe "Libertés et territoires" de l'Assemblée.

Alors que des propriétés privées ont été prises pour cible, les questeurs du Palais Bourbon ont décidé en février d'étendre le dispositif d'indemnisation en cas de dégradation des permanences aux domiciles et biens des députés tels leurs véhicules.

Pancher a formulé des "propositions", notamment pour "revisiter le système de protection judiciaire des élus". Cet élu de la Meuse suggère aussi d'organiser une "campagne de communication auprès du grand public" pour "rétablir la vérité sur le fonctionnement des élus", constatant qu'il "se raconte souvent n'importe quoi sur les réseaux sociaux concernant notamment les rémunérations des députés".

Stéphane Peu a appelé les responsables politiques à "ne pas ajouter, par des attitudes ou des propos excessifs, de la tension".

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Écologie, nucléaire, guerre en Ukraine, avenir de l’Europe… : un débat qui n’a pas fait de vague à Besançon

EUROPÉENNES 2024 • Un débat s’est tenu lundi 27 mai 2024 à la salle Jean Zay à Besançon réunissant 10 candidats aux élections européennes ou représentants de listes et de partis politiques. Une idée portée par Jean-Philippe Allenbach, membre du parti fédéraliste, présidée par Jean-Marie Girerd, président du mouvement européen France - Franche-Comté.

Européennes 2024 : salle comble pour le retour de Jean-Luc Mélenchon à Besançon

Devant près d’un millier de personnes réunies lundi 27 mai 2024 au grand Kursaal de Besançon, l’ancien député de La France insoumise est venu soutenir la Bisontine Séverine Vézies, 13e sur la liste de Manon Aubry pour les prochaines élections européennes du 9 juin. 

Émeutes en Nouvelle-Calédonie : rencontre avec des étudiants kanaks à Besançon

Depuis le 17 mai 2024, la Nouvelle-Calédonie fait face à de violentes émeutes. A l'origine, une proposition de loi constitutionnelle qui modifierait le corps électoral instauré en 1998 avec les accords de Nouméa. Le peuple kanak, exprime son désaccord envers cette réforme. Pour mieux comprendre ces insurrections néocalédoniennes, nous avons rencontré quatre jeunes kanaks, venus à Besançon pour leurs études.

Européennes 2024 : Territoires de progrès appelle à voter pour la liste Besoin d’Europe

Dans un communiqué du mois de mai 2024, Jean-Jacques Bougault, délégué régional de Territoires de Progrès, appelle "sans restriction" à voter pour Besoin d'Europe, liste commune Renaissance, Modem, Horizons, Parti Radical et UDI, conduite par Valérie Hayer et comptant notamment le député européen terriforatain, Christophe Grudler.

Audiovisuel public en grève : la maire de Besançon soutient les grévistes

Dans un communiqué du vendredi 24 mai 2024, alors que le projet de loi sur la fusion des médias audiovisuels du service public devait être examiné l’Assemblée nationale jeudi, ce qui a été reporté, la maire de Besançon Anne Vignot exprime son soutien au mouvement de grève et appelle les député(e)s à voter contre cette réforme.

Européennes : Jacques Ricciardetti, candidat sur la liste de Jordan Bardella 

Jacques Ricciardetti, délégué départemental du Rassemblement National du Doubs et conseiller régional de Bourgogne-Franche-Comté est officiellement candidat en 51e position sur la liste du Rassemblement National menée par Jordan Bardella pour les élections européennes du 9 juin 2024.

Effondrement rue de Vesoul : Laurent Croizier demande la mise en place “d’un mécanisme d’aide financière pour les commerces en difficultés”

Suite à l’effondrement de la chaussée survenu le 25 février dernier rue de Vesoul à Besançon, le député du Doubs alerte ce mois de mai 2024 sur l’avenir des commerces. A ce titre, il demande qu’une aide soit mise en place…

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 17.86
légère pluie
le 29/05 à 18h00
Vent
1.29 m/s
Pression
1014 hPa
Humidité
95 %