"Vous avez la parole" : la région lance une enquête sur son attractivité

Publié le 30/04/2017 - 15:01
Mis à jour le 30/04/2017 - 16:04

La région Bourgogne-Franche-Comté lance une grande enquête participative, ce 26 avril 2017, sur l’attractivité de son territoire. Les habitants de la région peuvent donner leurs idées et leurs avis, jusqu’au 10 mai 2017, sur la plateforme participative régionale. Il faut une vingtaine de minutes pour répondre au questionnaire

 ©
©

La Loi du 7 août 2015 portant sur la nouvelle organisation du territoire de la république (NOTRe) a confié de nouvelles compétences aux régions et a redéfinit les compétences des collectivités territoiriales. Elle a d'ailleurs sucité un vif débat sur la fusion des régions.

Suite à cette réforme, les internautes retrouveront, sur le site, les projets menés par la région Bourgogne-Franche-Comté,  comme le schéma régional d'aménagement, de développement durable et d'égalité des territoires (STRADDET). La région aura, grâce à ce dispositif, les points d'attractivité du territoire selon les habitants. 

Dans le but "d'accroître son attractivité", la Bourgogne Franche-Comté souhaite initier un travail de diagnostic (étude web, enquêtes quantitatives, entretiens individuels, etc.) afin d'établir un plan d'actions à la fin de l'année. "Les résultats croisés de ces travaux enrichiront la stratégie d’attractivité partagée, déclinée en plan d’actions dans le cadre de la démarche « Bourgogne-Franche-Comté : ici 2050 ». 

Sur quoi portent les questions ?

  • le lieu de résidence
  • la fréquence des visites en Bourgogne ou Franche-Comté
  • une partie est réservée sur la nouvelle région (son développement, les points de satisfactions ou d'insatisfaction)
  • une partie concerne l'attractivité : les atouts de la région, les faiblesses, les évolutions, a fusion des deux régions, les secteurs à mettre en priorités, les projets possibles…)

Info +

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Émeutes en Nouvelle-Calédonie : rencontre avec des étudiants kanaks à Besançon

Depuis le 17 mai 2024, la Nouvelle-Calédonie fait face à de violentes émeutes. A l'origine, une proposition de loi constitutionnelle qui modifierait le corps électoral instauré en 1998 avec les accords de Nouméa. Le peuple kanak, exprime son désaccord envers cette réforme. Pour mieux comprendre ces insurrections néocalédoniennes, nous avons rencontré quatre jeunes kanaks, venus à Besançon pour leurs études.

Ancienne maternité La Mère et l’Enfant à Besançon : des architectes s’élèvent contre sa démolition

Alors que l’anciennne maternité La mère et l’enfant située sur le site de l'hôpital Saint-Jacques à Besançon va être démoli à partir du 25 mai 2024, des architectes et membres de la Maison de l’architecture de Franche-Comté s’élèvent contre sa disparition dans un communiqué du vendredi 24 mai. Il considère que ce bâtiment comme remarquable.

Némésis : “Le racisme n’est pas une opinion mais un délit” rappelle le Parti communiste du Doubs

Suite à une nouvelle intrusion du groupe extrême-droite Némésis, dans un événement "familial et festif" dimanche dernier à Dole, le parti communiste du Doubs a annoncé tenir une conférence de presse ce mardi 21 mai 2024 pour "interpeller toutes les forces républicaines du territoire afin qu'elles se mobilisent pour le respect des lois et pour mettre en œuvre des mesures contre les appels à la haine".

“La question n’est pas uniquement la défense des droits, mais aussi leur promotion” (Amnesty International)

Du 17 au 20 mai 2024, l’hôtel de Ville de Besançon accueille l’exposition "We want to break free*". Elle sera ensuite déplacée à la médiathèque Pierre Bayle jusqu’au 1er juin. Sébastien Tüller, responsable de la commission orientation sexuelle et identité de genre d’Amnesty International, nous en parle…

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 11.55
légère pluie
le 24/05 à 21h00
Vent
1.17 m/s
Pression
1017 hPa
Humidité
89 %