Zones agricoles défavorisées : des élus autour de Cluny menacent de démissionner

Publié le 24/08/2018 - 17:52
Mis à jour le 16/04/2019 - 15:26

Des élus ruraux autour de Cluny en Saône-et-Loire ont menacé vendredi de démissionner en bloc si leurs collectivités ne sont pas réintégrées dans la carte des zones agricoles défavorisées simples (ZDS) éligibles aux aides européennes de compensation des handicaps naturels (ICHN).

PUBLICITÉ

Leur protestation vise à défendre une vaste zone dédiée à l’élevage extensif, administrativement rattachée à une zone viticole prospère du Mâconnais, et par là même privée des aides, selon une décision « aussi incohérente qu’injuste », souligne à l’AFP Jean-Luc Delpeuch, président de la communauté de communes du Clunisois.

« Nous défendons huit communes qui réunissent tous les critères d’éligibilité aux aides (relief, sols rocheux etc..), l’élevage est l’activité principale, et aucune diversification n’est possible » a-t-il dit.

Les aides, perçues jusqu’à fin 2018, portaient sur environ 450.000 euros, soit quelque 15.000 euros pour chacune des 29 exploitations du secteur, selon l’élu.

« Pour certaines, cela signifie un doublement du revenu disponible » a-t-il dit. Leur disparition met en péril plusieurs d’entre elles, dans une région classée Natura 2000 et « prairie sensible », où toute autre culture, de maïs ou de vigne, est interdite.

« A part le préfet, nous n’avons jamais eu la moindre réponse du ministère de l’Agriculture, c’est un vrai trou noir » a-t-il dénoncé. En revanche, les élus ont reçu une lettre du Commissaire européen Phil Hogan auquel ils ont confié leurs soucis avec l’administration française.

De nombreuses manifestations ont eu lieu dans différentes régions au sujet du redécoupage de la carte de ces aides qui a vu plusieurs centaines de communes sortir du système (et d’autres y entrer).

Le ministère a envoyé au printemps une proposition de redécoupage à Bruxelles, mais aucune décision définitive n’a encore été prise. « Cette affaire aberrante nous tient à coeur car elle s’ajoute au sentiment qu’ont les ruraux d’être rejetés par ce gouvernement, l’arrêt de l’activité agricole aura des conséquences dramatiques, des pertes d’emplois, la disparition de la prairie, des maisons vides », a ajouté l’élu.

Des manifestations ont eu lieu vendredi localement, à l’initiative de la FDSEA et des Jeunes agriculteurs (JA). Les agriculteurs ont posté une vidéo sur internet afin d’expliquer leur situation (https://www.cluny.tv/menaces-sur-la-prairie/)

« Nous ne nous faisons aucune illusion sur la portée de notre démission, nous sommes des tout petits, mais au moins nous serons à l’aise avec notre conscience » a dit M. Delpeuch en se déclarant « sensible au désespoir » des campagnes.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Canicule : les températures continuent de grimper, ce week-end devrait être tout aussi chaud

Canicule : les températures continuent de grimper, ce week-end devrait être tout aussi chaud

La Franche-Comté est toujours en alerte orange canicule ce mercredi 26 juin 2019. Les prévisions se confirment : il fait déjà 37°C à l'ombre (et plus chaud encore dans les grandes villes, jusqu'à 40°C) et la température n'est toujours pas à son maximal, atteint vers 17h cet après-midi. La chaleur devrait continuer au moins jusqu'à dimanche.

Alerte canicule dans le Doubs

Alerte canicule dans le Doubs

Météo-France a classé ce jour, dimanche 23 juin 2019 à 16h, le département en VIGILANCE JAUNE CANICULE DE TYPE 3 ; il devrait faire plus de 37°C mardi et presque 40 mercredi. Les autres départements de Franche-Comté sont aussi touchés.

Un lac et un hôtel spa de 16 suites : vous êtes aux « Rives Sauvages » à Malbuisson

Un lac et un hôtel spa de 16 suites : vous êtes aux « Rives Sauvages » à Malbuisson

publi-info • Un lac majestueux sous vos fenêtres, d’innombrables balades en pleine nature à proximité et puis un  "Hôtel Spa" doté d’une piscine intérieure chauffée, d’un hammam d’un sauna, et d’un centre de soins Cinq Mondes ne vous posez plus de questions : vous êtes à Malbuisson dans l’Hôtel Spa « Les Rives Sauvages ».

Préservation de la source d’Arcier : pour les jardiniers aussi, c’est zéro Phyto

Préservation de la source d’Arcier : pour les jardiniers aussi, c’est zéro Phyto

jardiner au naturel • Depuis 15 ans, les agriculteurs, collectivités, grandes entreprises, et gestionnaires d'infrastructures de transports (SNCF, départements et Drire pour les routes) ont été sensibilisés à la diminution de l'utilisation de produits phytosanitaires dans bassin de la source d'Arcier  qui couvre 45% des besoins en eau. Avec l'interdiction à la vente des produits phytosanitaires de synthèse et notamment le glyphosate depuis le début de l'année, les particuliers peuvent également jouer un rôle dans la protection de la ressource en eau de Besançon. Mercredi 26 juin 2019, une opération de sensibilisation et de collecte de bidons de produits pesticides se déroulera toute la journée à la déchetterie de Saône.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 21.83
ciel dégagé
le 27/06 à 0h00
Vent
1.29 m/s
Pression
1022.45 hPa
Humidité
93 %

Sondage