Zoospective, le règne animal : quand l'art se mêle à la science à la Citadelle de Besançon…

Publié le 28/05/2018 - 07:01
Mis à jour le 18/06/2019 - 09:53

Dans le cadre du 10e anniversaire de l’inscription des fortifications de Vauban sur la liste du Patrimoine mondial par l’UNESCO, le Muse?um de Besanc?on propose une exposition ine?dite jusqu’au 15 juillet à La Citadelle ! Au programme : 90 pièces du sculpteur contemporain Corda dont les chimères réalistes côtoient quelques pièces de Barye et de Pompon entre rétrospective animalière et safari : Zoospective, le règne animal… 

 ©
©

PUBLI-INFO

"Notre objectif était de proposer une exposition qui établisse un trait d’union entre arts, sciences et société", explique Aurélie Carré, conservatrice du patrimoine et chef d'établissement du Muséum. 

La Citadelle offre un e?crin ide?al aux espe?ces "en voie d’apparition" de Mauro Corda. Le Muse?um nourrit une re?flexion sur l’e?tat et la pre?servation de la biodiversite?, ainsi que la disparition massive de certaines espe?ces. En e?cho avec l’exposition permanente du Naturalium, l’artiste alerte sur les choix actuels et les enjeux pour l’humanite? de demain : la manipulation ge?ne?tique, le rapport a? la norme, la bioe?thique, la responsabilite?, etc. 

Pourquoi Mauro Corda à la Citadelle ?

Avec une expe?rience de plus de 30 ans dans la sculpture animalie?re, Corda axe principalement son œuvre sur le biomime?tisme et le "re?gne animal" mis a? mal par l’humain. Dans ses œuvres hybrides, souvent monumentales, l’artiste joue sur les re?unions harmonieuses de plusieurs animaux telles l’Autruche-girafe, la Girafe-cerf, le Petit chameau yack, le Phacoche?re-antilope, etc. Ces chime?res, par la noblesse de leurs mate?riaux (bronze blanc, bronze nickele?, aluminium, etc.), le rendu de leur musculature ou leur posture, paraissent souvent en tension, mais jamais monstrueuses. Qu’elles soient stylise?es dans le style cubiste de Pablo Picasso, ampute?es ou emprisonne?es dans des cages de perles, elles re?ve?lent une force et une dro?lerie non de?nue?es d’une certaine tendresse.

"L’œuvre de Mauro Corda offrait un contrepied assez naturel à cet ensemble : ses chimères fantastiques s’apparentent à des « animaux augmentés », des hybrides génétiquement modifiés, qui prennent d’assaut l’architecture militaire de Vauban," souligne Aurélie Carré. Et d'ajouter : "Corda est un artiste singulier, qui refuse de se laisser enfermer par les étiquettes. Comme on le voit dans l’exposition, c’est un homme qui explore inlassablement les limites du corps et des possibles, à l’ère des biotechnologies. Il interroge le normal, l’anormal, notre rapport à l’éthique. Au travers de son œuvre, Mauro Corda met en scène les corps augmentés, le fantasme du transhumanisme et du corps parfait", indique la conservatrice. 

Un safari d'un genre nouveau à la Citadelle… 

Zoospective se de?ploie dans l’enceinte de la Citadelle invitant le visiteur a? un safari d’un genre nouveau. Le parcours de?bute au de?tour du Front Saint-Etienne sous l’œil d’un groupe de Chauves-souris suspendues a? la vou?te. Un Gorille- taureau installe? dans le parc des vigognes indique ensuite aux visiteurs la direction a? prendre. Plus haut, dans le parc des Nandous de Darwin, l’Autruche-girafe tro?ne fie?rement du haut de ses 2,38 m. Perche?e sur la demi-lune, la Sauterelle ge?ante semble pre?te a? bondir. Puis, a? l’entre?e, au pied de l’administration sur un parterre de pelouse, c’est l’Ours-Morse rugissant qui fait face aux visiteurs. Le Rat en aluminium, long de plus de 3 m, surveille, perfide, les passants depuis le toit enherbe? de l’ancienne poudrie?re, entre la Chapelle Saint-Etienne et le Noctarium. Pour terminer cette expe?rience immersive, le Barracuda attend les visiteurs dans l’Aquarium, impuissant, comme pris au pie?ge derrie?re ses filets de perles. 

Entre les animaux de Corda et la réflexion sur la préservation de la biodiversité… 

Le Muséum de Besançon poursuit la dynamique liée à l’ouverture du Naturalium, le nouvel espace d’exposition permanente consacrée à la biodiversité et à ses enjeux, ouvert en mai 2017. "Avec cette proposition artistique originale, l’idée est d’offrir un nouvel angle de réflexion sur la place du vivant, aujourd’hui très présent dans les débats économiques et écologiques", souligne Anne Carré. "L’approche artistique se veut complémentaire de l’approche scientifique : derrière leur poésie, tantôt mêlée de tendresse et de mélancolie, d’humour et de révolte, les espèces en voie d’apparition de Mauro Corda résonnent comme un cri d’alerte, un appel à l’éveil des consciences citoyennes", précise la conservatrice. 

Infos +

  • Le projet s’articule autour d’une exposition en intérieur, d’un parcours monumental en extérieur, et d’un livre qui invite à prolonger l’expérience et découvrir des œuvres qui ne sont pas présentées à Besançon.
  • Le cœur de l’exposition, axe? sur l’e?volution du travail de Corda, est a? de?couvrir dans le Hangar aux Manœuvres.
  • Les œuvres de Corda co?toient ici quelques pie?ces de deux figures majeures de la sculpture animalie?re : Antoine-Louis Barye (1795- 1875) et Franc?ois Pompon (1855-1933).
  • Cette arche de Noe? insolite a e?te? enrichie par les pre?ts de plusieurs muse?es franc?ais et a rec?u le soutien de Bouygues Ba?timent Nord Est. 

Infos pratiques

  • Zoospective, le règne animal
  • Jusqu'au 15 juillet 2018
  • Muséum – La Citadelle de Besançon
  • L'exposition est accessible tous les jours
  • Entrée gratuite pour les détenteurs d'un billet ou d'un abonnement
  • Tarifs : 5€ (plein tarif) ; 3€ (tarif réduit) ; gratuit pour les moins de 8 ans.
  • Toutes les infos sur http://www.citadelle.com/fr/
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Culture

“Fibra”, une exposition qui invite à repenser l’architecture au Musée des maisons comtoises

Installée au musée des maisons comtoises de Nancray jusqu’au 3 novembre 2024, l’exposition "Fibra" montre des types très variés de construction dans le monde aussi bien dans la forme que dans les matériaux utilisés. Florence Coutier, conservatrice du patrimoine au musée, nous en parle…

Législatives 2024 : à Besançon comme en France, les lieux de musiques actuelles appellent à faire barrage à l’extrême droite

Dans un communiqué de la Fédération des lieux de musiques actuelles (Fedelima) diffusé vendredi 14 juin 2024, le monde des arts et de la culture appellent à se mobiliser aux élections législatives pour ”faire barrage à l’extrême droite”. Un texte relayé notamment par La Rodia et Le Bastion à Besançon.

Fête de la musique 2024 : le programme des festivités à Besançon

Cette année encore, le 21 juin 2024 les rues et places de Besançon accueilleront musiciens et visiteurs à l’occasion de la fête de la musique. Concerts sur scène, ou dans les rues, les conséquences sur la circulation au centre-ville, voici tout ce qu’il faut savoir sur cette Fête de la musique 2024 à Besançon !

80 ans du Débarquement en Normandie : un Bisontin est sur place…

Quelques jours après la remise de documents historiques au musée de la Résistance et de la Déportation de Besançon, Nicolas Guillaume-Lamarre a reçu une invitation du ministère de la Défense et des Armées pour assister à la grande cérémonie internationale commémorative du 80e anniversaire du Débarquement en Normandie. Il partage, avec nous, ses photos de l'évènement qui s’est tenu jeudi 6 juin 2024.

Ce qui change à Détonation 2024...

VIDÉO • L’équipe de La Rodia s’est réunie mardi 4 juin 2024 pour dévoiler la programmation, mais aussi les grands changements de la 11e édition de son festival Détonation qui se déroulera pendant trois jours en septembre prochain. Voici tout ce que vous devez savoir sur le nouveau chapitre de cet évènement incontournable de la rentrée bisontine.

Habemus Bastard, la BD pas très catholique d’un curé en cavale dans le Jura

L’auteur bisontin Jacky Schwartzmann a récemment collaboré avec l’auteur, scénariste et illustrateur Sylvain Vallée pour sortir une nouvelle bande dessinée intitulée Habemus Bastard. En librairie depuis le 3 mai 2024, celle-ci raconte l’histoire d’un homme de main qui n’a rien trouvé de mieux qu’une soutane pour passer incognito et se cacher des hommes qui veulent lui faire la peau. Dans ce premier tome, la plume de Schwartzmann et la palette de Vallée s’associent pour délivrer la bonne parole et partager l’écriture de ce polar aussi original que drôle. 

Où sortir cet été dans le Grand Besançon ?

Ce lundi matin, il était encore difficile à croire que l’été approche avec son lot d’animations de plein air… Et pourtant ! Anne Vignot, présidente de Grand Besançon Métropole, Pierre Contoz, président du musée des Maisons comtoises, Benoît Vuillemin, vice-président de GBM en charge de l’attractivité et du tourisme, Patrice Hennequin, président de l’Office de tourisme et des congrès de GBM et François Bousso, conseiller communautaire GBM délégué à l’éco-tourisme, se sont réunis pour lancer officiellement la saison touristique estivale du territoire.

Tag de “L’Origine du monde” de Gustave Courbet : l’organisatrice de l’action mise en examen…

La performeuse franco-luxembourgeoise Deborah de Robertis, qui avait revendiqué être à l’origine d’une action début mai au Centre Pompidou-Metz où cinq œuvres, dont le tableau "L’origine du monde" de Courbet, ont été taguées et une autre dérobée, a été mise en examen, a-t-on appris lundi 3 juin 2024 auprès du parquet de Metz.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 14.59
pluie modérée
le 17/06 à 6h00
Vent
2.32 m/s
Pression
1015 hPa
Humidité
93 %