Info traffic à Besançon

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières actualités !

Mon compte

Moins d'études supérieures longues en Franche-Comté

Les élèves de l’ENIL étaient venus nombreux assister à la conférence. ©DR - cliquez sur l'image pour agrandir

Parce qu'en Franche-Comté, l'offre de formation supérieure se caractérise par une forte présence de filières techniques (BTS, DUT...), les étudiants régionaux ont tendance à davantage privilégier les cursus courts comparativement à la moyenne métropolitaine.

Publicité

Une nouvelle étude de l'Insee, réalisée en partenariat avec le Rectorat de l'académie de Besançon, autour de l'enseignement supérieur en région met ainsi en évidence que l'offre de formation franc-comtoise est surtout axée sur des filières détudes courtes et souvent technologiques. De nombreux cursus de formation supérieure étant orientés vers des secteurs industriels (microtechniques, lunetterie, horlogerie, bois...) ou agro-alimentaire (produits laitiers).

Les bacheliers technologiques surreprésentés

Une offre qui aurait une influence sur le choix des étudiants. En 2009, la part des bacheliers technologiques ou professionnels francs-comtois était ainsi nettement supérieure à la moyenne nationale (22,3% contre 16,6%). Tandis que la part des diplômés de l’enseignement supérieur, scolarisés en master, doctorat ou équivalent, n’était que de 15,7% (contre 20,2%), ce qui place la Franche-Comté au 20ème rang des régions françaises. 

"Nous sommes une académie à forte proportion de bacheliers professionnels et nous avons un déficit sur le baccalauréat général. Il s’agit de l’un des défis à relever dans l’avenir car nous savons que cette orientation détermine la poursuite des études supérieures", reconnait Maurice Dvorsak, conseiller technique du recteur.

Les étudiants francs-comtois privilégiraient ainsi les formations courtes en Institut universitaire de technologie (IUT), en sections de techniciens supérieurs (STS) ou en école paramédicales et sociales. Seules les études scientifiques d'ingénieur ou de professionnels de santé attireraient une proportion d'étudiants supérieure à la moyenne nationale en matière d'études longues, "ce qui est du aussi à la présence de l'ISIFC", précise Emilie Vivas, chef de projet à l'Insee.

84% des étudiants font leurs études à Besançon

L’attractivité serait particulièrement notable autour des secteurs industriels et de l’agro-alimentaire. Les bassins de Morez avec la lunetterie et de Morteau avec l’horlogerie attireraient aussi les étudiants de la région et des autres régions limitrophes. "Il y a une vraie attractivité de la Franche-Comté autour de ses filières techniques et spécialisées courtes", remarque Patrick Pétour, directeur régional de l’Insee. L’aire urbaine de Belfort avec l’UTBM tire également son épingle du jeu avec 80% d’étudiants provenant d’autres régions françaises.

Les candidats attirés par d'autres filières et des cycles plus longs auraient en revanche tendance à quitter la région. Les départs d'étudiants sont d'ailleurs supérieurs aux arrivées. Entre 2003 et 2008, 9800 étudiants francs-comtois ont ainsi quitté la région pour poursuivre leurs études, principalement en Rhône-Alpes (pour un quart d’entre eux) et en Ile-de-France. 5800 ont fait le chemin inverse. Pour ceux qui restent en région, la majorité des étudiants font leurs études à Besançon (84% soit 20 000 étudiants). Viennent ensuite Belfort (5100), Montbéliard (2400) et Vesoul (1200).

Les enjeux dans l'avenir seraient donc d'accroître le taux de poursuite d'études longues en région : l'élargissement de l'offre de formation, qui tiendrait compte des débouchés, et le Pôle de recherche et d'enseignement supérieur autour d'une collaboration avec l'université de Bourgogne, sont notamment évoqués comme de possibles solutions.

Hannah

Votre météo avec

Evénements de FRANCHE-COMTÉ

Lun, 8 Janvier 2018h
BGE Franche-Comté - Besançon
Sam, 27 Janvier 2018h
IUT BESANCON-VESOUL - Vaivre-et-Montoille