Info traffic à Besançon

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières actualités !

Mon compte

Quels sont les médicaments en ligne de mire ?

77 médicaments et 12 familles de médicaments sont placés sous surveillance renforcée mais l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) précisent que les patients qui les utilisent ne doivent « en aucun cas les interrompre sans avoir consulté un pharmacien ou un médecin ».

Publicité

Normal 0 21 false false false MicrosoftInternetExplorer4 /* Style Definitions */ table.MsoNormalTable {mso-style-name:"Tableau Normal"; mso-tstyle-rowband-size:0; mso-tstyle-colband-size:0; mso-style-noshow:yes; mso-style-parent:""; mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt; mso-para-margin:0cm; mso-para-margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:10.0pt; font-family:"Times New Roman"; mso-ansi-language:#0400; mso-fareast-language:#0400; mso-bidi-language:#0400;}

 Tous les médicaments antidouleur à base de  dextropropoxyphène (Di-Antalvic, Propofan et génériques) feront l'objet d'un retrait d'autorisation de mise sur le marché le 1er mars. Déjà, en juin 2009, l’agence avait annoncé le retrait progressif de ces médicaments opiacés avant la demande de retriat définitif de la part de l'agence européenne du médicament (EMEA).

 

Le Noctran (troubles du sommeil), et qui recouvre trois principes actifs « sans intérêt », fait l'objet d'une proposition de retrait examinée en mars.

 

Le Celance, contre la maladie de Parkinson, ferait courir des risques de valvulopathie. L’arrêt de sa commercialisation a été demandé par le laboratoire

 

Le Multaq, médicament commercialisé en France depuis fin octobre 2010 et utilisé contre les troubles du rythme cardiaque, fait l’objet d’un suivi renforcé après le signalement de cas d’hépatites graves, notamment aux Etats-Unis.

 

Alli, une pilule anti-obésité vendue sans ordonnance va faire l’objet d’une réévaluation du rapport bénéfice/risque car elle pourrait entraîner des troubles pancréatiques et hépatiques.

 

L’antidiabétique Actos doit également être réévalué en raison de risques cardio-vasculaires et de cancer de la vessie.

 

Le Roaccutane (isotrétinoïne et génériques), médicaments contre l’acné, doit également  faire l’objet d’une surveillance accrue en raison de risques psychiatriques et d’un risque de malformation du fœtus.

 

Le Buflomédil (ou Fonzylane), un vasodilatateur, devrait aussi bientôt disparaîtra des rayons des pharmacies d’ici 15 jours à 3 semaines.

 

Le Noctran des laboratoires Menarini, utilisé pour les troubles du sommeil associant  trois principes actifs "sans intérêt" fera l'objet en mars  d'une proposition de retrait.

la liste complète des 77 médicaments sous surveillance

Damien