Vingt migrants dont deux nourrissons vivent sur un camp de fortune à Granvelle

Publié le 11/04/2017 - 17:02
Mis à jour le 13/04/2017 - 09:05

Depuis plusieurs jours des migrants se sont installés place Granvelle à Besançon pour "fuir leur pays et la guerre". Nous les avons rencontrés ce mardi 11 avril 2017 pour savoir d'où ils viennent, pourquoi ont-ils fui leur pays d'origine et leur objectif.

Vingt migrants sont arrivés à Besançon depuis plusieurs jours. L'une des personnes nous précise qu'elle est dans le kiosque de Granvelle "depuis sept jours" . L' installation de fortune est constituée de quelques tentes et de matelas.

Dix adultes et dix enfants occupent les lieux dont deux nourrissons. "L'un d'eux présenterait des douleurs à l'abdomen", selon un migrant. En tout, quatre familles sont réunies : une d'Albanie (présente depuis sept jours), une de Serbie (présente depuis sept jours) et deux de Bosnie (présentes depuis deux jours). "Il n'y a plus de travail en Bosnie" nous précise une mère de famille. Les métiers d'origine de ces migrants vont du maçon à l'analyste de laboratoire.

Des tensions encore vives en Bosnie

"Nous fuyons la guerre et vennont pour la démocratie" s'explique un migrant bosniaque dans un anglais approximatif. Les tensions, au niveau politique, sont encore présente en Bosnie-Herzégovine : "En février 2017, les tensions entre Bosno-serbes et Bosniaques ont été ravivées par le souhait de ces derniers de déposer un recours en révision devant la Cour internationale de justice s’agissant du jugement rendu en 2007 sur la responsabilité de la Serbie pour génocide. Les Bosno-serbes dénoncent cette décision, estimant que M. Izetbegovic l’a prise hors du cadre des institutions centrales" explique le ministère.

Des migrants dans l'attente

Ils n'ont encore "pas eu d'aide de la Pada" (plate-forme d'accueil pour les demandeurs d'asile), ont-ils expliqué, "ni pour le logement, ni pour manger". "Des épiceries sociales auraient déjà été alertées et les familles seraient également enregistrées", selon nos sources. Une commission au niveau du conseil départementale pour "un public sans ressources" doit avoir lieu pour un éventuel relogement. 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Solidarité : un couple d’artistes bisontins vend des oeuvres pour aider l’Ukraine

L’actualité française a quelque peu pris le dessus sur l’actualité en Ukraine et pourtant, la guerre continue, des familles continuent de fuir le pays pendant que des femmes et des hommes luttent contre l’envahisseur russe. En solidarité, Marianne Blanchard, dessinatrice, et son compagnon Antony Maraux, artiste peintre, tous les deux originaires de Besançon, ont décidé de proposer quelques unes de leurs oeuvres dont une grande partie des bénéfices sera reversée à la Croix Rouge de Besançon.

Chantal Carroger, la directrice du CHU de Besançon, part en retraite

Après sept années passées à la direction générale du CHU de Besançon, Chantal Carroger quittera ses fonctions le 23 mai 2022 pour partir en retraite. L’intérim sera assuré par Emmanuel Luigi, actuel directeur général adjoint, jusqu’à la nomination d’un nouveau directeur général dont la prise de fonction débutera au 1er janvier 2023.

Une marche militante contre l’homophobie et la transphobie le 21 mai à Besançon

Les agressions liées à l’orientation sexuelle sont en hausse depuis plusieurs années en France comme partout dans le monde. Face à cette recrudescence des agressions lgbtqiaphobes, des associations bisontines ont décidé de se rendre visibles à l’occasion du mois des fiertés lors d’une marche militante qui se déroulera samedi 21 mai 2022 à Besançon.

Nutri-score D et E : « Gare aux fausses interprétations ! » alerte l’UFC Que Choisir

L'UFC Que choisir organise ce mois de mai 2022 une campagne de communication en faveur du Nutri-score, étiquetage affichant la qualité nutritionnelle des produits alimentaires. L’association met en garde sur les mauvaises interprétations, notamment sur les aliments traditionnels de Bourgogne-Franche-Comté.

Développement d’un « engagement différencié » chez les sapeurs-pompiers du Doubs 

Le service départemental d’incendie et de secours du Doubs (SDIS 25) organise ce samedi 7 mai 2022 un séminaire à destination de tous les chefs de centre d’incendie et de secours du corps départemental sur la thématique de l’engagement différencié. Zoom sur ces missions ciblées avec Charles Claudet, chef du cabinet du chef de corps départemental des sapeurs- pompiers du Doubs.
Offre d'emploi

Foire Comtoise 2022

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 24.89
couvert
le 19/05 à 12h00
Vent
5.27 m/s
Pression
1021 hPa
Humidité
33 %

Sondage