25 candidats encore en lice pour 12 sièges de député

Publié le 16/06/2012 - 07:19
Mis à jour le 18/06/2012 - 07:35

Quelque 820 000 électeurs sont appelés aux urnes ce dimanche en Franche-Comté pour départager 25 candidats dans 12 circonscriptions. La gauche devrait tirer bénéfice d’un recul sensible de l’UMP.

dsc_9295.jpg
© archives carvy

législatives 2012

PUBLICITÉ

Contrairement à 2007, on revote dans toutes les circonscriptions franc-comtoises. Aucun candidat n’a dépassé les 50% des voix dès le premier tour, alors qu’ils étaient quatre, tous UMP, il y a cinq ans. Quelle sera la configuration de la nouvelle carte des députés dans la région, sachant que le scrutin de 2007 avait consacré onze candidats UMP et deux socialistes. Le premier tour a montré un tassement global de l’UMP au bénéfice du Front national plus qu’à celui de la gauche.

Si l’on peut assurer que dans le Doubs, Pierre Moscovici (PS) dans le cadre de la seule triangulaire de la région, Annie Genevard (UMP), Barbara Romagnan (PS) devraient l’emporter, la victoire est moins assurée pour Eric Alauzet (EELV) qui peut craindre une défection de certains socialistes, frustrés de n’avoir pas leur propre prétendant dans cette circonscription de Besançon-est, et doit redouter un sursaut de son adversaire sortant Jacques Grosperrin (UMP) qui a labouré la circonscription pendant cinq ans. Quant à Marcel Bonnot, sortant UMP dans la troisième circonscription du Doubs, il ne peut espérer l’emporter qu’avec un bon désistement des électeurs du Front national qui a obtenu là son deuxième meilleur score de Franche-Comté (18,39%).

Dans le Territoire de Belfort, le sortant Damien Meslot (UMP), avec dix points d’avance sur Anne-Marie Forcinal (PS) dès le premier tour, ne devrait pas connaitre de difficultés pour retrouver son siège. Face au maire chevènementiste de Belfort, Etienne Butzbach, qui bénéficie du soutien du PS, le sort de Michel Zumkeller, député UMP, est dans les mains du Front national et ses 17,56 % du premier tour.

En Haute-Saône, nul doute que le successeur d’Alain Joyandet fera son entrée à l’Assemblée nationale. Alain Chrétien, auquel l’ancien secrétaire d’Etat a également légué la mairie de Vesoul, distance nettement sa rivale socialiste Claudy Chauvelot-Duba. En revanche, dans la nouvelle deuxième circonscription, où les deux députés sortants Michel Raison (UMP) et Jean-Michel Villaumé (PS), avec respectivement 33,57 % et 35,40% des voix , s’affrontent sévèrement, le résultat est incertain. Comme ailleurs, le comportement des électeurs du FN, avec ici 17,77 % au premier tour, sera déterminant.

Deux sortants sont assurés de retrouver leur siège dans le Jura. Jacques Pélissard (UMP), député depuis 1993 et maire de Lons-le-Saunier dispose d’une belle avance, même s’il affiche un score nettement inférieur à 2007. La députée sortante Marie-Christine Dalloz (UMP) est également en situation de ballotage favorable. S’il y a un doute dans ce département, il vient de la troisième circonscription où le Front de gauche (14,74%) et les Verts (3,56%) pourraient faire gagner la socialiste Sylvie Laroche, vice-présidente du conseil régional, au détriment du député UMP sortant Jean-Marie Sermier qui ne peut compter que sur le FN (14,05%) pour conserver son siège.

Au total, en Franche-Comté, la gauche pourrait gagner quatre sièges et en conserver deux si elle conforte son score du premier tour. Elle ferait alors jeu égal avec la droite, six sièges contre six. Mais si l’UMP fait de la résistance avec l’appui du FN, les socialistes pourraient ne gagner qu’un siège, à Besançon-ouest avec Barbara Romagnan, voire en perdre un en Haute-Saône. Dans ce cas de figure, la droite obtiendrait dix sièges sur 12. Entre ces deux hypothèses extrêmes, d’autres configurations intermédiaires sont évidemment possibles. Il faudra attendre dimanche soir pour avoir la réponse définitive.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Pour Eric Alauzet, « la section socialiste signe la mort sans combattre du PS historique à Besançon »

Pour Eric Alauzet, « la section socialiste signe la mort sans combattre du PS historique à Besançon »

MUNICIPALE 2020 • Dans un communiqué de jeudi 17 octobre 2019, Eric Alauzet, candidat En Marche à l'élection municipale de Besançon réagit suite à la décision du Parti socialiste de se rallier à l'Equipe, unissant les gauches, menée par Anne Vignot. Selon le candidat, "le choix effectué par la section socialiste de Besançon signe la mort sans combattre du PS historique à Besançon." Notons que 86% des militants du PS de Besançon étaient 86% à voter pour se rallier à l'Equipe.

Polémique sur le voile : la plainte est « une opération de victimisation » selon Odoul (RN)

Polémique sur le voile : la plainte est « une opération de victimisation » selon Odoul (RN)

Le président du groupe RN au conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté Julien Odoul, qui avait demandé vendredi 11 octobre 2019 à ce qu'une femme dans le public retire son voile, a dénoncé jeudi une "opération de victimisation" après que cette dernière a annoncé porter plainte.

Municipale 2020 à Besançon : « Non », Alexandra Cordier dit ne pas vouloir de liste commune avec Les Républicains

Municipale 2020 à Besançon : « Non », Alexandra Cordier dit ne pas vouloir de liste commune avec Les Républicains

Contactée ce jeudi 16 octobre 2019 par téléphone, nous avons fait le point avec Alexandra Cordier, référente départementale En Marche et éventuelle candidate à l'élection municipale à Besançon en 2020. Si une rupture s'est créée entre elle et Eric Alauzet, candidat officiel d'En Marche, Alexandra Cordier n'a pas pour autant l'objectif de se rallier à Ludovic Fagaut, candidat pour Les Républicains. Entretien.

Annie Genevard sur l’incident du voile : « la méthode était détestable, mais sur le fond… »

Annie Genevard sur l’incident du voile : « la méthode était détestable, mais sur le fond… »

La députée du Doubs Annie Genevard (LR), invitée du « petit déjeuner politique » de Sud Radio ce lundi 15 octobre 2019, a réagi à « l’incident du voile » du conseil régional de Bourgogne Franche-Comté. Et a globalement suivi la ligne directrice des Républicains, avec son président Christian Jacob demandant l’interdiction du voile durant les sorties scolaires…

Voile : Édouard Philippe ne souhaite pas de loi sur les accompagnants scolaires

Voile : Édouard Philippe ne souhaite pas de loi sur les accompagnants scolaires

En prenant à partie une mère voilée accompagnatrice d'une sortie solaire, le conseiller régional RN Julien Odoul a relancé vendredi dernier à Dijon la polémique sur le voile islamique lors d'une séance du conseil régional Bourgogne Franche-Comté. Après les réactions au plus haut niveau de l'État, notamment du ministre de l'Éducation nationale, le Premier ministre Edouard Philippe a semblé vouloir clore le débat en déclarant ne pas vouloir de nouvelle loi sur les accompagnants scolaires.

Voile au conseil régional : les réactions en Bourgogne Franche-Comté

Voile au conseil régional : les réactions en Bourgogne Franche-Comté

Mise à jour le 15 octobre à 10h50 • Suite à l'attitude de l'élu RN qui avait pris à partie vendredi 11 octobre 2019 au conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté une mère voilée accompagnatrice d'un groupe d'enfants, le groupe d'Europe Écologie - Les Verts Bourgogne Franche-Comté mais aussi France Insoumise condamnent la réaction de l'élu du Rassemblement National.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 12
légère pluie
le 18/10 à 0h00
Vent
3.14 m/s
Pression
1014.45 hPa
Humidité
96 %

Sondage