A Besançon, l'eau du robinet part en guerre contre l'eau en bouteille

Publié le 07/08/2018 - 17:20
Mis à jour le 13/08/2018 - 12:02

La Caravane des Energies est à Besançon, du 7 au 10 août 2018 ! Elle apprend "les bons gestes" à avoir pour économiser de l'énergie - et protéger l'environnement. La nouveauté cette année ? La présence de bouteilles de "Bisontine", l'eau du robinet de la ville, pour encourager sa consommation...

PUBLICITÉ

Comme à son habitude, la caravane des Energies propose des petites animations pour découvrir les bons comportements à adopter pour sa consommation d’énergie. « Par exemple, prendre des ampoules LED, qui consomment six fois moins que des hallogènes » explique Mounir, intervenant. « Cela permet de réduire les coûts d’électricité, tout en protégeant la planète. »

Un bar à eau… du robinet

Mais cette année, une nouvelle « animation » a vu le jour sur le stand de la caravane : un bar à eau de « Bisontine ». Mais pas la Bisontine pétillante de Rième, non ; cette « Bisontine » ci, c’est de l’eau du robinet, tirée en ville dans n’importe quel tuyau. Le but de la manœuvre ? La mettre en avant, pour favoriser la consommation d’eau du robinet plutôt que l’eau minérale en bouteille.

« C’est une eau qui coûte moins cher que celle en bouteille et qui est aussi bonne » assure Mme Dard, première adjointe au Maire et Présidente de l’UDCCAS (Union Départementale des Centres Communaux d’Actions Sociales).

Un impact environnemental 450 fois moindre

Pour M. Lime, adjoint à l’Eau à la Ville, la question ne se pose pas. « Boire de l’eau en bouteille coûte, à l’année, environ 400€ plus cher que celle du robinet » explique-t-il. Un écart de prix qui ne se justifie « en tout cas pas sur la qualité de l’eau : c’est l’aliment le plus contrôlé en France, la méfiance envers l’eau du robinet n’a pas lieu d’être. »

Et plus que le portefeuille, la Bisontine favorise également l’environnement. « Pour arriver chez nous, une bouteille d’eau minérale fait environ 300km de trajet, donc de pollution » avance-t-il. Sans oublier les emballages. « En tout, on considère que l’eau en bouteille à un impact environnemental 450 fois supérieur à l’eau du robinet. »

Alors pour lui, le choix est vite fait. « Certaines populations arrivent en France et continuent d’acheter des bouteilles, parce que chez eux, l’eau du robinet n’était pas potable. C’est vers ces personnes qu’on essaie d’intervenir via cette action, pour leur faire comprendre qu’ils y perdent sur tous les tableaux en faisant ça » conclut M. Lime.

Soyez le premier à commenter...

Un commentaire

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

290.000 habitants en situation de vulnérabilité énergétique pour se chauffer

290.000 habitants en situation de vulnérabilité énergétique pour se chauffer

En Bourgogne-Franche-Comté, un quart des personnes sont en situation de vulnérabilité énergétique selon l’Insee. Pour chauffer convenablement leurs logements, les habitants doivent y consacrer une part importante de leur revenu. Actuellement, la part des ménages vulnérables est plus forte en Bourgogne-Franche-Comté qu’au plan national.

Deux bisontines à la conquête du Maroc… et de sponsors

Deux bisontines à la conquête du Maroc… et de sponsors

Anne Gay-Mignerot, 40 ans, et Karine Mary-Odelot, 44 ans, prendront le départ de la 30ème édition du rallye Aïcha des Gazelles au Maroc l’an prochain, le 13 mars 2020. Une course folle qui nécessite de l’entraînement et une entente irréprochable. Mais avant cela, les deux copines devront trouver quelques sponsors pour participer à cette aventure.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 22.92
légère pluie
le 19/06 à 18h00
Vent
3.23 m/s
Pression
1011.15 hPa
Humidité
81 %

Sondage