Doubs : à quoi serviront les trois nouvelles brigades de gendarmerie ?

Publié le 12/10/2023 - 03:00
Mis à jour le 12/10/2023 - 16:43

Le 2 octobre 2023, le président de la République avait annoncé la création de 238 brigades sur le territoire français dont 18 en Bourgogne Franche-Comté et trois dans le département du Doubs. Mercredi 11 octobre, le préfet Jean-François Colombet fait le point sur leur rôle et leurs missions.

Pour tenter d’obtenir de nouvelles brigades de gendarmerie dans le Doubs, le préfet a conduit une concertation ”réelle, profonde et méticuleuse” selon ses mots, avec les élus locaux depuis le 28 novembre 2022. Objectif : recueillir toutes les informations liées aux besoins des maires.

”Nous avons été surpris d’obtenir trois brigades supplémentaires puisque les effectifs ont augmenté de 16% depuis 2017, alors que dans le même temps, 500 brigades ont été supprimées”, souligne le préfet, ”notre crainte était de voir les territoires qui ont perdu des gendarmes, les regagner via la création de ces brigades mobiles, ce qui n’a pas été le cas, nous avons été bien dotés.”

Lionel James, colonel commandant le groupe de gendarmerie du Doubs et Jean-François Colombet, préfet du Doubs. © Alexane Alfaro

Trois brigades mobiles seront créées entre fin 2023 et le premier trimestre 2024 :

  • une brigade à Bethoncourt appelée ”Brigade mobile du Pays de Montbéliard”, chargée des trafics ;
  • une brigade à Orchamps-Vennes appelée ”Brigade mobile du Haut-Doubs”, chargée des atteintes à l’environnement (décharge sauvage, pollution de l’eau…), une demande forte des élus et un travail qui pourra être réalisé en partenariat avec l’Office français de la biodiversité (OFB) et la fédération départementale des chasseurs ;
  • Une brigade à Besançon appelée ”Brigade mobile de Besançon”, chargée des violences intra-familiales en raison de l’augmentation du nombre de ces actes dans le Doubs depuis 2019 (687 en 2019, 836 en 2023).

Selon le préfet, ces nouvelles brigades sont ”parfaitement connectées aux besoins du territoire, comme les maires, les élus, les parlementaires nous l’ont exprimé et c’est une bonne chose pour le département du Doubs, avec une surveillance générale renforcée.”

Brigade mobile, ça veut dire quoi ?

Ces trois brigades départementales seront mobiles, c’est-à-dire que les gendarmes ne travailleront pas dans un bureau, mais sur le terrain, à proximité de la population. ”Ils seront capables d’incarner les nouveaux modes que le ministre de l’Intérieur met en oeuvre sur le dépôt de plainte dans la proximité, c’est-à-dire pourquoi pas une permanence d’une ou deux heures dans une permanence France Services, dans une petite commune de 2000 habitants, pourquoi pas aller chez le plaignant… aller vers les gens”, explique Jean-François Colombet. Les gendarmes de ces brigades pourront se rendre, intervenir, dans n’importe quelle commune rurale du territoire.

De plus, elles seront spécialisées avec chacune, en moyenne, six gendarmes formés : ”elles auront un savoir-faire spécial tout en étant en même temps des gendarmes qui seront soit agents de police judiciaire soit officiers de police judiciaire, ils auront une qualification qui leur permettra de travailler sur l’investigation des dossiers les plus compliqués”, précise le préfet. 

Infos +

  • Actuellement, le territoire du Doubs compte 33 brigades et 35 points d’accueil du public.
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Émeutes en Nouvelle-Calédonie : rencontre avec des étudiants kanaks à Besançon

Depuis le 17 mai 2024, la Nouvelle-Calédonie fait face à de violentes émeutes. A l'origine, une proposition de loi constitutionnelle qui modifierait le corps électoral instauré en 1998 avec les accords de Nouméa. Le peuple kanak, exprime son désaccord envers cette réforme. Pour mieux comprendre ces insurrections néocalédoniennes, nous avons rencontré quatre jeunes kanaks, venus à Besançon pour leurs études.

Ancienne maternité La Mère et l’Enfant à Besançon : des architectes s’élèvent contre sa démolition

Alors que l’anciennne maternité La mère et l’enfant située sur le site de l'hôpital Saint-Jacques à Besançon va être démoli à partir du 25 mai 2024, des architectes et membres de la Maison de l’architecture de Franche-Comté s’élèvent contre sa disparition dans un communiqué du vendredi 24 mai. Il considère que ce bâtiment comme remarquable.

Némésis : “Le racisme n’est pas une opinion mais un délit” rappelle le Parti communiste du Doubs

Suite à une nouvelle intrusion du groupe extrême-droite Némésis, dans un événement "familial et festif" dimanche dernier à Dole, le parti communiste du Doubs a annoncé tenir une conférence de presse ce mardi 21 mai 2024 pour "interpeller toutes les forces républicaines du territoire afin qu'elles se mobilisent pour le respect des lois et pour mettre en œuvre des mesures contre les appels à la haine".

“La question n’est pas uniquement la défense des droits, mais aussi leur promotion” (Amnesty International)

Du 17 au 20 mai 2024, l’hôtel de Ville de Besançon accueille l’exposition "We want to break free*". Elle sera ensuite déplacée à la médiathèque Pierre Bayle jusqu’au 1er juin. Sébastien Tüller, responsable de la commission orientation sexuelle et identité de genre d’Amnesty International, nous en parle…

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 8.45
nuageux
le 25/05 à 3h00
Vent
1.26 m/s
Pression
1019 hPa
Humidité
97 %