Abattoirs : Brigitte Bardot et Rémi Gaillard alertent le gouvernement dans une vidéo choc

Publié le 21/05/2018 - 10:59
Mis à jour le 21/05/2018 - 15:39

Dans une vidéo aux images parfois insoutenables tournée en février 2018 à Alès dans le Gard, Brigitte Bardot et le youtubeur Rémi Gaillard demandent à  l’exécutif à ce que la vidéosurveillance soit imposée dans les abattoirs. En septembre dernier, un rassemblement anti-spéciste s’était formé à Besançon devant l’abattoir de la rue Thomas Edison.

 ©
©

"On a en commun une révolte terrible contre la façon dont on tue les animaux dans les abattoirs". Brigitte Bardot et Rémi Gaillard demandent dans une vidéo que la vidéosurveillance soit imposée aux abattoirs, comme l'avait promis le candidat Emmanuel Macron. 

Incarnation de deux générations, l'actrice et l'humoriste, grands amis des bêtes, ont choisi de diffuser leur petit film sur les réseaux sociaux lundi, veille du début de l'examen à l'Assemblée nationale du projet de loi agriculture et alimentation. Les images montrent BB dans son jardin de La Madrague découvrant de nouvelles images de l'abattoir d'Alès dans le Gard, déjà épinglé en 2015, tournées en caméra cachée en février 2018 selon Gaillard.

Brigitte Bardot demande de "faire attention" aux consommateurs

Des vaches vivantes suspendues par la patte, un cochon frappé quand il tente de fuir... "Il y a un petit veau qui vomit le lait qu'il a tété de sa mère !" s'insurge l'ex-actrice effarée. "Les animaux doivent être étourdis avant la saignée !" Avec cette vidéo, Brigitte Bardot explique à l'Agence France-Presse vouloir toucher "un maximum de gens, pour leur demander de faire attention à ce qu'ils mangent quand ils mangent un bifteck ou une côte de porc".

"Si les abattoirs avaient des fenêtres, beaucoup de gens seraient végétariens"

L'idée de ce "duo explosif" est venue du comédien. "On est tous des enfants de Brigitte Bardot quand on aime les animaux ! Je ne suis qu'un bouffon, c'est un peu la reine", dit-il. Dans leur collimateur, le ministère de l'Agriculture qui a retiré du projet de loi le contrôle vidéo obligatoire en abattoir.

"La vidéo [d'Alès] nous montre ce qui peut nous être caché", affirme Rémi Gaillard. "Et je pense que si les abattoirs avaient des fenêtres, beaucoup de gens seraient végétariens". "Pour le moment Macron ne fait rien, et le peu qu'il fait est le contraire de ce que l'on demande : il fait ami-ami avec les chasseurs, rétablit les chasses présidentielles..." critique BB. Et le ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot, qui a promis une réflexion sur le bien-être animal ? "Pour le moment, il s'est aplati devant les désirs de Macron", cingle l'ex-actrice.

Info +

  • Une marché avait été organisée Place de la Révolution en janvier dernier par le collectif animaliste Le CABle en recueillement contre l'exploitation d'animaux.
  • Un comité local abattoir a été installé en novembre 2017 par le préfet du Doubs afin de "favoriser les échanges" et "améliorer la transparence". Ce comité rassemble des représentants des filières viandes d’animaux de boucherie (abattoirs, éleveurs, découpe, charcuterie salaisons), des représentants de la société civile (consommateurs et associations de protection animale), des institutionnels, des représentants des associations cultuelles et des élus locaux.

(Avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

À Besançon, une haie d’honneur pour accompagner le dernier relais de la flamme olympique

Pour le grand final de la journée olympique dans le Doubs et l’arrivée de la flamme dans le Parc de la gare d’eau à Besançon le 25 juin 2024, le Département a annoncé la constitution d’une haie d’honneur composée de plusieurs personnalités locales.   

Voici les personnes célèbres qui porteront la flamme olympique dans le Doubs

Un mois avant le début des Jeux Olympiques, le 25 juin 2024, la flamme olympique traversera sept communes du Doubs, avant de rejoindre le site de célébration au Parc de la Gare d’Eau à Besançon. Parmi la centaine de porteurs, cinq personnalités participeront au relais de la flamme à Pontarlier, Chaux-Neuve, Baume-les-Dames et Besançon. Qui sont-ils ?

Législatives anticipées : une action dijonnaise contre l’abstention reprise au niveau national 

Alors que les Français sont appelés à voter pour une nouvelle Assemblée nationale les 30 juin et 7 juillet 2024, la Jeune Chambre économique de Dijon prolonge son action contre l’abstention "Retour aux Urnes", et voit celle-ci reprise au niveau national par la Jeune Chambre économique française et proposée à ses antennes locales dans 105 villes pour une diffusion massive sur le territoire.

Sondage – Comptez-vous aller voter les 30 juin et 7 juillet 2024 aux élections législatives anticipées ?

Suite à la décision du président de la République de dissoudre l'Assemblée nationale après la victoire de l'extrême droite aux élections européennes en France, les électrices et les électeurs sont invités à se rendre aux urnes les 30 juin et 7 juillet 2024 pour élire les député(e)s dans le cadre d'élections législatives anticipées. Comptez-vous aller voter ? C'est notre sondage de la semaine...

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 19.76
légère pluie
le 23/06 à 18h00
Vent
2.31 m/s
Pression
1016 hPa
Humidité
73 %