Alerte Témoin

Alchimix à Besançon : "Un bon cocktail est un subtil mélange entre force, acidité et douceur associé à l'effet Wahou"

Publié le 05/12/2019 - 11:01
Mis à jour le 08/12/2019 - 18:21

Hugues Chevalier est un mixologue franc-comtois qui conçoit des cocktails avec son entreprise Alchimix. Son truc en + : il fabrique lui-même ses jus, sodas et autres tonics pour les mélanger aux alcools de qualité et donner un coup de peps à tous types d'évènements à Besançon et dans l'hexagone ! Entretien…

maCommune.info : Depuis quand existe Alchimix ?

Hugues Chevalier : "C'est une idée qui me trottait dans un coin de la tête depuis longtemps. Et je me suis rendu compte qu'il y avait une vraie demande pour des soirées d'entreprises (pot de fin d'année, inauguration, lancement de produit...), des happenings dans des boutiques et des soirées chez des particuliers (mariage, anniversaire, départ à la retraite...). Alors en avril 2017, je me suis lancé dans les démarches administratives et j'ai investi dans du matériel."

mCi : Quand et comment cette idée vous est venue de devenir mixologue ?

Hugues C. : "Comme beaucoup d'hommes de ma génération, je me suis imaginé en Tom Cruise jonglant avec des bouteilles, mais la réalité de l'exercice du métier de barman m'a orienté sur davantage de sobriété gestuelle et de précision dans les dosages."

mCi : Où et comment avez-vous appris à devenir mixologue ?

Hugues C. : "C'est en travaillant derrière des comptoirs dans des bars, au contact de plusieurs collègues, surtout Jordan qui a su me transmettre, outre son expérience, sa passion de la culture mixologique, si présente aux États-Unis. On s'est très vite bien entendu et j'ai beaucoup appris en exerçant à ses côtés : il me coachait en technique de bartending (mélanger, shaker, filtrer...). C'est encore aujourd'hui une belle rencontre humaine qui m'a poussé à toujours mieux faire et qui a stimulé ma curiosité."

mCi : Qu'est-ce qui vous plait dans cette activité avec Alchimix ?

Hugues C. : "Une fois cette curiosité activée, les possibilités sont infinies et c'est ce qui me plait. Chaque prestation est à la carte et donc unique. Et même si la formule « bar à mojitos » reste très demandée, mes clients me font confiance et me permettent de présenter des cocktails « création ». Ils ont une garantie d'unicité et de qualité des boissons servies parce que les jus, sirops et coulis sont faits maison le jour même. Comme en cuisine dans la restauration, quand les matières premières sont de qualité, le produit final n'en est que meilleur..."

mCi : Vous fabriquez vos jus, sirops et sodas pour vos cocktails. Comment vous y prenez-vous ? Avec quels produits ? Comment les élaborez-vous ? Expliquez-nous votre travail...

Hugues C. : "Je travaille avec des produits de saisons locaux ou français même si cette démarche est forcément limitée, car certaines recettes nécessitent l'ajout de fruits exotiques. Je veille à une utilisation raisonnable des consommables qui sont biodégradables (pailles en carton, sacs biodégradables...).

Pour ce qui est de la fabrication des jus, sirops et coulis, j'élabore les recettes dans mon labo. Il faut quelques essais pour affiner la proportion d'aromatique afin de créer le sirop parfait pour chaque recette. Les jus sont extraits le jour même afin d'en préserver la qualité.

Pour les sodas (ginger-beer, cola, tonic...) je travaille avec du matériel de brasserie, mélange jus et sirop(s) dans un fût avant de le réfrigérer et de le mettre en pression pour le rendre gazeux. Il s'agit d'un système qui me permet un maximum de fraicheur et d'efficacité au moment du service puisque, comme de la bière, le verre est rempli directement au bec en quelques secondes."

mCi : Et les alcools, quels sont-ils ? (Des produits particuliers? D'origine particulière ?)

Hugues C. : "Les grands classiques exigent, nécessairement, si ce n'est une qualité, au moins une origine spécifique. Pour les puristes, un mojito par exemple se doit d'être fait avec du rhum cubain. On ne met pas de saucisse de Toulouse dans la choucroute... Je suis la même logique pour tous les alcools que j'utilise : vodka, gin, bourbon, cachaça...

Encore une fois, je privilégie le local quand c'est possible. Il y a toujours eu et il y a de plus en plus de très bons alcools faits en France et plus particulièrement dans notre région. En plus des anisés et de l'absinthe, je pense au Gin Ursa Minor distillé à Abbans-Dessous et au Gin Gold 999,9 fait à Fougerolles."

mCi : Selon vous, un bon cocktail, c'est quoi ?

Hugues C. : "Un subtil mélange entre force, acidité et douceur associé à l'effet « Wahou » d'une présentation sobre et efficace. Il est certain que la gestuelle et le relationnel du barman sont un atout supplémentaire à la dégustation."

mCi : Quel est votre cocktail préféré que vous fabriquez et proposez à vos clients ?

Hugues C. : "Le Kabobeth : Rhum ambré (idéalement Plantation Original Dark), sirop d'ananas caramélisé au beurre salé, citron vert, gingembre frais, eau gazeuse, ancho bitter."

mCi : Lorsqu'on vous voit dans des soirées, on dirait que vous sortez d'un film comme Gatsby le magnifique... C'est volontaire ce côté vintage?

Hugues C. : (Rires) "Merci, je prends ça comme un compliment!!! D'après moi, il existe des codes à respecter dans le métier. La chemise blanche en fait partie et je joue de l'image qu'on peut avoir du barman des speakeasys : ces bars clandestins pendant la prohibition. Période au cours de laquelle les cocktails se sont beaucoup développés. En plus du fait que j'aime porter des chapeaux, je suis fasciné par les photos des années 20-30 où tous les hommes portaient un couvre-chef." 

Comment vous suivre ?

La consommation d'alcool est dangereuse pour la santé, à consommer avec modération.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Coronavirus : feu vert à StopCovid, la France attend l’acte II du déconfinement

Collégiens et lycéens, restaurateurs, vacanciers... Alors que la France est suspendue aux annonces gouvernementales sur l'acte II du déconfinement, attendues ce jeudi après-midi, l'Assemblée a donné mercredi 28 mai 2020 son feu vert à l'application de traçage StopCovid, qui devrait être téléchargeable dès ce week-end. Le Sénat a également voté en faveur de la mesure.

Covid-19 : des pots de yaourt de l’EnilBio de Poligny qui disent « merci » !

Si les élèves de l’Ecole Nationale d’Industrie Laitière et des Biotechnologies de Poligny suivent leur formation à distance depuis le 17 mars, les formateurs eux restent mobilisés pour fabriquer des produits laitiers. Pour montrer leur soutien "à tous ceux qui se sont mobilisés pendant la crise du covid-19", ils ont fait un clin d'œil sur leurs pots de yaourt…

Essayage, nombre de clients, masques… : comment s’organisent les grands magasins de prêt-à-porter ?

Depuis lundi 11 mai, les Franc-Comtoises et les Francs-Comtois peuvent circuler librement dans leur département respectif et à moins de 100 km sans attestation. Ils peuvent donc faire du shopping tout en respectant les règles sanitaires indispensables à la lutte contre la propagation du covid-19. Quelles sont les mesures prises par les grands magasins de vêtements ? Nous nous sommes procurés un document distribué dans tous les magasins d'une grande chaîne française de prêt-à-porter pour homme.

Covid-19 : l’application StopCovid pourrait être disponible à partir de ce week-end

StopCovid est une application de traçage de contacts pour smartphones voulue par le gouvernement dans le plan global de déconfinement dans le contexte de l’épidémie de Covid-19. L’utilisation de l’application fera l’objet d’un débat et d’un vote au Parlement ce mardi 26 mai. À l’issue, le gouvernement pourra décider du lancement de l’application qui pourrait être ce week-end des 30 et 31 mai.

Auriez-vous envie de tout casser pour vous détendre à Besançon ?

C'est l'idée de Clément Ducret, 24 ans, et Lucas Chartier, 25 ans, deux jeunes entrepreneurs bisontins : créer un lieu où tout le monde pourrait venir se défouler dans le but d'évacuer son stress… Ce concept de salle de défoulement existe aux États-Unis, au Canada, et dans des grandes villes de France . Avant de lancer le concept à Besançon, les deux entrepreneurs lancent un questionnaire à la population…

Déconfinement : découvrez les autorisations dérogatoires accordées par le Préfet du Doubs

Dans le cadre du déconfinement progressif régi par le décret n°2020-548 du 11 mai 2020 et sur proposition des autorités concernées, ce vendredi 22 mai 2020, le Préfet du Doubs a autorisé à titre dérogatoire, par arrêté plusieurs accès et pratiques dont la réouverture du musée du Temps à Besançon ou encore l’accès du public aux bateaux de plaisance "Bateaux du Saut du Doubs" et des "vedettes panoramiques" sur la commune de Villers-le-Lac.
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 22.97
légère pluie
le 28/05 à 15h00
Vent
4.36 m/s
Pression
1024 hPa
Humidité
43 %

Sondage

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune