Alstom : le gouvernement prépare une commande de 16 TGV pour sauver l'usine de Belfort

Publié le 03/10/2016 - 15:33
Mis à jour le 04/10/2016 - 09:07

Le gouvernement envisage de lancer "une nouvelle commande de 16 TGV", d'un montant de près de 500 millions d'euros, pour maintenir l'activité de l'usine Alstom de Belfort, affirme le journal "Le Monde" ce lundi 3 octobre 2016.

photo_macommune_1317983592.JPG
Image d'illustration ©archives
PUBLICITÉ

Cette commande apporterait « de la charge pour près de deux années » au site de Belfort, ainsi qu’à celui de la Rochelle, qui assemble les voitures des TGV. Un délai suffisant pour tenir jusqu’à la cinquième génération de trains à grande vitesse, actuellement développée par Alstom et la SNCF et « attendue à partir de 2021 sur les lignes de production », indique le quotidien. Les deux groupes ont en effet conclu un « partenariat d’innovation » pour concevoir ce nouveau train d’ici fin 2017, mais cet accord ne préjuge pas de commandes futures.

D’autant que la SNCF « n’a cessé de répéter qu’elle n’en avait plus besoin » depuis son dernier achat de 40 TGV en 2013, rappelle Le Monde, qui évoque un marché passé directement par l’État. Chaque rame coûtant environ 30 millions d’euros, « il s’agirait avant tout de lancer les négociations sur cette commande, cela ne veut pas dire qu’elle sera signée dès mardi », explique une source non identifiée.

  • Contactés, ni Alstom ni la SNCF n’ont souhaité commenter cette information, tandis que Bercy n’avait pas donné suite à la mi-journée. Une « réunion de travail » est prévue ce mardi 4 octobre 2016 à Belfort, en présence du secrétaire d’État à l’industrie, Christophe Sirugue, du PDG d’Alstom, Henri Poupart-Lafarge, des syndicats et des élus locaux.

Depuis l’annonce du projet de transfert de la production de locomotives de Belfort vers Reichshoffen (Bas-Rhin), l’exécutif s’est fixé pour « objectif » de sauver l’usine franc-comtoise, par tous les moyens possibles. Le Premier ministre, Manuel Valls, s’est montré catégorique dimanche, affirmant que « mardi, nous sauverons le site d’Alstom à Belfort ».

« Il y aura forcément des éléments de réponse » mardi, avait indiqué plus prudemment M. Sirugue vendredi, ajoutant aussitôt: « Je ne vais pas aller à Belfort en disant +Voilà une solution+ ».

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

alstom belfort

Le syndicat FO Alstom s’inquiète de l’avenir du site dans une lettre ouverte adressée à Emmanuel Macron

Le syndicat FO Alstom s’inquiète de l’avenir du site dans une lettre ouverte adressée à Emmanuel Macron

Le syndicat central FO Alstom exprime ses inquiétudes sur l'avenir d'Alstom depuis son mariage ferroviaire avec Siemens dans une lettre ouverte au président de la République. Depuis le 27 septembre 2017,  Siemens est entré au capital d'Alstom à hauteur de 50 % dans le cadre d'un rapprochement "entre égaux". L'État français n'est pas actionnaire du groupe. 

Le plan de sauvetage d’Alstom Transport confirmé par Bruno Le Maire

Le plan de sauvetage d’Alstom Transport confirmé par Bruno Le Maire

Suite à une rencontre avec les élus locaux et le préfet du Territoire de Belfort ce vendredi 4 août à Bercy, le ministre de l'Économie a déclaré qu’au-delà du plan de sauvetage, il était nécessaire de réfléchir à des mesures à plus long terme pour définir une véritable stratégie industrielle pour le groupe Alstom.

Alstom : des élus demandent à François Hollande « d’user de toute son influence pour déclencher les commandes »

Alstom : des élus demandent à François Hollande « d’user de toute son influence pour déclencher les commandes »

Dans une lettre ouverte datant de ce mardi 21 février 2017 au président de la République François Hollande, quatre élus du Territoire de Belfort lui demandent de "rassurer" les salariés d'Alstom en usant "de toute son influence pour déclencher" les commandes citées dans le plan de sauvetage de l'État. Une lettre qui prépare la visite du président à l'usine de Belfort ce mercredi 22 février.

Dans la catégorie

Produits bio : l’UFC-Que Choisir dénonce les marges des grandes surfaces

Produits bio : l’UFC-Que Choisir dénonce les marges des grandes surfaces

L'association a analysé les prix des produits bio en grandes surfaces pendant un an. Les marges brutes sont, en moyenne, 75% plus élevées que pour des produits conventionnels. L'UFC-Que Choisir pointe "les marges excessives" réalisées par la grande distribution sur 24 fruits et légumes bio.

Coût de la vie étudiante : 805 € par mois à Besançon selon l’Unef

Coût de la vie étudiante : 805 € par mois à Besançon selon l’Unef

Pour la 15ème année consécutive, l’UNEF publie son classement des villes selon le coût de la vie pour les étudiants. Augmentation des loyers, restauration universitaire plus onéreuse, "explosion" des frais pour les étudiants étrangers: étudier en France coûtera plus cher l'année prochaine, a calculé le syndicat étudiant Unef. Sur 42 villes analysée, Besançon arrive en 34e position. Dijon, en 28e position est une ville plus chère pour les étudiants selon la même étude.

LEO & Associés recrute à Besançon, Saint-Vit, Maîche et Pontarlier !

LEO & Associés recrute à Besançon, Saint-Vit, Maîche et Pontarlier !

OFFRES D'EMPLOI • Envie de rejoindre un environnement qui bouge ? Intégrez une équipe de 50 collaborateurs au sein d’une entreprise tant grandissante que stimulante et découvrez de nouvelles possibilités avec LEO & Associés ! Plusieurs postes sont à pourvoir : Commercial clientèle Particuliers et/ou Professionnels, Chargé de clientèle Entreprise, Gestionnaire sinistres spécialisé ou non (flottes, construction), Gestionnaire administratif assurance et Assistant(e) polyvalent(e) d’accueil.

Barbecue américain Traeger : « faire de la cuisine élaborée au barbecue »

Barbecue américain Traeger : « faire de la cuisine élaborée au barbecue »

Pour celles et ceux qui ont peur de ne pas réussir leurs saucisses, brochettes ou autres viandes, "il n'y a plus de soucis à avoir avec le barbecue Traeger", selon Aurélien Philippe, vendeur en électroménager au magasin Boulanger à Besançon qui précise que "cela ne peut pas brûler, car on ne met pas directement les aliments en contact avec la chaleur".

Du bio et du frais à la case de Sophie

Du bio et du frais à la case de Sophie

Depuis le mois de mai 2019, un nouveau salon de thé a ouvert ses portes au marché couvert Beaux-Arts au centre-ville de Besançon. La case de Sophie propose crêpes, galettes, tartes, salades et autres produits frais et issus de l’agriculture biologique.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 26.72
partiellement nuageux
le 25/08 à 15h00
Vent
2.55 m/s
Pression
1018.25 hPa
Humidité
36 %

Sondage