Alstom : pour la CFDT, l'Etat a "le devoir de sauver" Alstom et l'usine de Belfort

Publié le 25/09/2016 - 17:15
Mis à jour le 25/09/2016 - 17:16

Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, a estimé ce dimanche 25 septembre 2016 que l’Etat, actionnaire d’Alstom à hauteur de 20%, avait « le devoir de sauver » le groupe ferroviaire et son site historique de Belfort, menacé de quasi-fermeture.

 ©
©

"C'est du devoir de l'Etat de sauver cette entreprise et de sauver le site de Belfort", berceau historique du constructeur ferroviaire où 400 emplois sur 480 sont menacés, a-t-il déclaré dans "Questions politiques" sur France Inter-France Info-Le Monde. La direction a annoncé son intention d'arrêter d'ici deux ans la production de trains à Belfort pour la transférer à Reichshoffen, en Alsace. Seule l'activité de maintenance y serait maintenue. "Il y a une responsabilité de l'Etat pour sauver le site d'Alstom et il faut qu'il s'y engage", a insisté M. Berger, disant craindre "un effet cascade" sur l'ensemble de la filière ferroviaire, pourtant "filière d'avenir" dans le cadre de la "transition écologique", selon lui.

Les commandes sont une nécessité

 Pour le site de Belfort, "après 2022 il y aura de la production avec le TGV du futur. Entre temps il faut des commandes, notamment via la RATP, la SNCF", a-t-il dit. Faute de poursuivre l'activité à Belfort, "on se retrouvera dans 5 ans et on dira : +mince on ne peut plus construire parce qu'on a mis en l'air l'outil industriel+", redoute le numéro un de la CFDT. "Je crains qu'un certain nombre de compétences (...) soient mises de côté et qu'un jour on se dise : +on peut plus construire de locomotives ici, on va le faire ailleurs+", poursuit-il. Pour M. Berger, "ce serait une profonde erreur" et "c'est de la responsabilité de l'Etat de regarder ça en face". Le PDG d'Alstom, Henri Poupart-Lafarge, participe lundi à un comité central d'entreprise consacré à Belfort, à la veille d'une journée de grève et d'un rassemblement de salariés. Le gouvernement a promis "des réponses" sur l'avenir du site d'ici "la fin du mois".

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

alstom belfort

Le syndicat FO Alstom s’inquiète de l’avenir du site dans une lettre ouverte adressée à Emmanuel Macron

Le syndicat central FO Alstom exprime ses inquiétudes sur l’avenir d’Alstom depuis son mariage ferroviaire avec Siemens dans une lettre ouverte au président de la République. Depuis le 27 septembre 2017,  Siemens est entré au capital d’Alstom à hauteur de 50 % dans le cadre d’un rapprochement « entre égaux ». L’État français n’est pas actionnaire du groupe. 

Le plan de sauvetage d’Alstom Transport confirmé par Bruno Le Maire

Suite à une rencontre avec les élus locaux et le préfet du Territoire de Belfort ce vendredi 4 août à Bercy, le ministre de l’Économie a déclaré qu’au-delà du plan de sauvetage, il était nécessaire de réfléchir à des mesures à plus long terme pour définir une véritable stratégie industrielle pour le groupe Alstom.

La SNCF confirme la commande de 15 TGV à Alstom

Le conseil d’administration de SNCF Mobilités a approuvé ce jeudi 23 février 2017  la commande au constructeur Alstom de 15 rames TGV, annoncée en octobre par le gouvernement pour sauver le site de Belfort, a indiqué la SNCF

Alstom : des élus demandent à François Hollande “d’user de toute son influence pour déclencher les commandes”

Dans une lettre ouverte datant de ce mardi 21 février 2017 au président de la République François Hollande, quatre élus du Territoire de Belfort lui demandent de « rassurer » les salariés d’Alstom en usant « de toute son influence pour déclencher » les commandes citées dans le plan de sauvetage de l’État. Une lettre qui prépare la visite du président à l’usine de Belfort ce mercredi 22 février.

Economie

Chez Tata Céline, la boutique où le temps semble s’être arrêté…

PUBLI-INFO • La table en formica de Mamie, les verres de la cantine, le mange-disque d’anciennes soirées endiablées… Tata Céline s’emploie à chiner essentiellement en Franche-Comté des objets du quotidien des années 50,60 et 70 à retrouver dans sa boutique, rue de la Madeleine à Besançon.

Le Groupe Chopard installe la marque BYD à Besançon

PUBLI-INFO • Le paysage automobile bisontin accueille depuis le 13 mai un nouvel acteur. Le Groupe Chopard distribue une nouvelle marque électrique en intégrant le constructeur chinois BYD, 1er constructeur mondial de véhicules 0 émission. Vous retrouvez au sein de ce nouveau showroom une gamme prête à se faire une place sur le segment des premiums avec de solides arguments : savoir-faire électrique, prestations innovantes et équipements haut de gamme.

Le stade Léo Lagrange bientôt équipé de 800 m2 de panneaux photovoltaïques

Le chiffre n’est pas négligeable. Si l’installation des panneaux photovoltaïques a un coût : 300.000 euros, elle permettra, à terme, d’économiser entre 30 à 35.000 euros par an, a précisé Anne Vignot, la maire de Besançon. Le projet sera soumis au vote des élus lors du Conseil municipal du 20 juin 2024.

La Région Bourgogne Franche-Comté lance une opération séduction pour attirer de nouveaux habitants

En ce premier semestre 2024, la Région Bourgogne-Franche-Comté préfigure une initiative inédite pour renforcer son attractivité résidentielle. Cette opération sans précédent vise concrètement à recruter dès le mois de septembre 2024 de futurs habitants. Prévu sur une première période de trois années, ce programme repose sur une dynamique collaborative initiée par la Région et de nombreux acteurs du territoire, et s’inscrit dans le cadre de la stratégie d’attractivité globale initiée depuis 2017.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 26.22
ciel dégagé
le 25/06 à 12h00
Vent
3.47 m/s
Pression
1011 hPa
Humidité
59 %