Alerte Témoin

APB : fin du tirage au sort et du nouveau pour les bacheliers qui s'orientent…

Publié le 10/11/2017 - 05:15
Mis à jour le 10/11/2017 - 09:40

La ministre de l'Enseignement supérieur, Frédérique Vidal a indiqué ce jeudi 9 novembre  2017qu'en terminale, l'avis du conseil de classe  désormais transmis aux établissements d'enseignement supérieur pour faciliter le processus d'orientation, serait "purement consultatif".

recemment_mis_a_jour50.jpg
© damien poirier

une nouvelle plateforme d’orientation

PUBLICITÉ

Le gouvernement a présenté fin octobre son plan pour supprimer le tirage au sort dans les filières les plus demandées et réduire l'échec en première année à l'université. Parmi les mesures, le rôle du conseil de classe sera accru, avec son avis transmis aux établissements d'enseignement supérieur. Interrogé à ce sujet, Mme Vidal a indiqué que cet avis serait "purement consultatif". "En aucun cas, ce n'est le conseil de classe qui décide à la place du lycéen!", a-t-elle assuré.

Une nouvelle plateforme pour remplacer APB

Elle a par ailleurs précisé que la nouvelle plateforme d'accès à l'enseignement supérieur , qui remplacera APB (admission post-Bac), ouvrira le 15 janvier 2018 avec un maximum de réponses attendues avant le bac. Les vœux pourront être rentrés jusqu'à la fin du mois de mars. "Ils seront ensuite traités par les établissements et les réponses commenceront à arriver en mai, les unes après les autres", a-t-elle précisé.

Les élèves de terminale devront établir une liste de dix vœux au maximum, sans classement. Avec l'ancienne plateforme, ils devaient hiérarchiser jusqu’à 24 vœux.  Les réponses ne seront plus générées par un algorithme à une date donnée avec, en cas d’obtention du premier vœu, l’abandon de tous les autres). "Pour ne pas engorger le système, à chaque fois qu'un élève recevra deux oui à des formations différentes, il devra choisir entre l'un des deux, sans pour autant renoncer aux vœux en attente", a-t-elle ajouté, précisant travailler à "un système d'information individualisée, qui enverra une alerte quand une réponse arrivera".

Le gouvernement a annoncé que les formations non-sélectives (les licences générales) ne pourront pas refuser un bachelier si des places restent vacantes, mais elles pourront désormais "conditionner l'inscription à l'acceptation d'un parcours pédagogique spécifique dans le cas où elles estiment que le bachelier n'a pas les attendus requis"

Une sélection "douce"

Interrogée jeudi matin sur RTL sur cette forme de "sélection douce", la ministre a répondu que "c'est une façon de faire en sorte que quand il n'y a pas de place assise, on prend en considération ce que le jeune a fait avant". L'élève aura-t-il le dernier mot pour choisir son orientation ? "Le dernier mot, il est à l'élève en ce qui concerne la filière qu'il souhaite suivre pour ses études, il sera à la fac pour dessiner le chemin" afin d'y arriver, a-t-elle concédé.

"Bien sûr que l'élève aura le dernier mot", a de son côté assuré le ministre de l'Éducation nationale Jean-Michel Blanquer, sur France 2, répondant à la même question. "Ce qui est garanti à chaque élève c'est le fait d'avoir son choix respecté" même si "on n'ira pas forcément dans l'université précise qu'on a voulue", a-t-il dit.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Harcèlement au collège Xavier-Marmier : « nous demandons au rectorat de revenir sur sa décision » (collectif AED)

Après la "journée blanche" de jeudi pour protester contre la modification par le rectorat de Besançon d'une sanction contre deux élèves après un cas de harcèlement scolaire, le collectif AED Besançon (assistant d'éducation) a souhaité réagir ce vendredi 21 février 2020 suite "aux propos tenus par les représentants du rectorat".

« Journée blanche » dans un lycée de Pontarlier après un cas de harcèlement scolaire

Mise à jour ce 21 février 2020 • Les enseignants d'un lycée de Pontarlier (Doubs) ont organisé ce jeudi 20 février 2020 une "journée blanche" pour protester contre la modification par le rectorat de Besançon d'une sanction contre deux élèves après un cas de harcèlement scolaire, a-t-on appris auprès des enseignants.

Collège Diderot : le recteur maintiendra « en partie » les moyens alloués aux enseignants référents

Après une opération "collège mort" lundi, puis une journée de grève ce mardi, au collège Diderot à Besançon, le recteur de l'académie a convoqué la presse mardi 18 février pour y répondre et annoncer le maintien "en partie" des moyens dans cet établissement du réseau d'éducation prioritaire (REP+).

Planoise : « Collège Mort » à Diderot

Les parents n'ont pas envoyé leurs enfants au collège Diderot lundi 17 février 2020 à Besançon pour protester contre la perte des postes d'enseignants référents en éducation prioritaire renforcée (Rep+) de Planoise. Mardi, ce sont les enseignants qui seront en grève avant une marche dans les rues du quartier en fin de journée. Dans le Doubs, la baisse des moyens dans les secteurs sensibles provoque également la grogne à l'école Mandela de Bethoncourt et au Collège Lou Blazer de Montbéliard.

Baisse des dotations horaires au collège Diderot : Anne Vignot apporte son soutien au personnel

Comme nous le dénonçait le Snes FSU dans un article en date du 6 février dernier, les moyens vont baisser pour la rentrée 2020 dans les collèges et lycée. Ce 16 février 2020, Anne Vignot, candidate à l'élection municipale de Besançon, souhaite apporter son soutien aux personnels du collège Diderot.

Orientation : programme 2020 des portes ouvertes des collèges, lycées et universités en Franche-Comté…

Futurs collégiens, lycéens et étudiants doivent penser à leur avenir notamment en visitant des établissements et choisir celui qu'ils considèreront comme le meilleur… Voici le calendrier 2020 des portes ouvertes en Franche-Comté. De nombreux rendez-vous sont au programme ce samedi 15 février 2020.

« Mise à pied » d’un professeur à Dole : une mobilisation prévue mardi 18 février

Le syndicat CGT du lycée Duhamel de Dole a tenu alerter l'opinion publique le 12 février 2020  dans le cadre de la "mise à pied" d'un professeur suite à sa "participation à la contestation des épreuves d'E3C". Les organisations syndicales, SNES-FSU, Snuep-FSU, CGT Educ’Action, SUD Education, Unsa Education et SNFOLC se mobiliseront le mardi 18 février à partir de 11h45 Avenue Charles Laurent Thouverey à Dole. Pour rappel,  Une pétition a été mise en ligne.

Station de Métabief

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 -0.83
peu nuageux
le 22/02 à 6h00
Vent
1.65 m/s
Pression
1031 hPa
Humidité
63 %

Sondage