Appels d'urgence : expérimentation d'une plateforme unique dès 2022

Publié le 17/10/2021 - 07:02
Mis à jour le 16/10/2021 - 18:22

Dès début 2022, une plateforme unique rassemblant tous les appels aux numéros d’urgence sera expérimentée, pendant deux ans, pour évaluer la « méthode la plus efficace »

 © D Poirier
© D Poirier

"Trois types de plateformes regroupant numéros d'urgence et permanence des soins" seront testées, "pour améliorer la prise en charge des victimes", et ce "dès le début de l'année prochaine", a insisté le chef de l'Etat samedi à Marseille, au lendemain d'une manifestation des sapeurs-pompiers à Paris pour obtenir davantage de moyens.

En annonçant cette expérimentation pour regrouper les appels vers le 15, le 17 et le 18, le président acte ainsi par avance une disposition phare de la proposition de loi Matras en passe d'être adoptée au Parlement.

"Dans notre pays qui adore les débats théoriques", a décrit le président, "nous allons essayer le chemin du pragmatisme, et peut-être que nous inventerons collectivement une solution à laquelle nous n'avions pas pensé".

L'expérimentation sera menée dans "une zone de défense", a indiqué M. Macron, soit "une grande région". A son terme, "nous évaluerons méthodiquement quel est la méthode la plus efficace", en termes de "temps de réponse et de qualité de l'accompagnement des usagers" notamment.

"Avec le 112, c'est si facile de réussir ce que tous les pays européens ont réussi", avait lancé le président des sapeurs-pompiers de France, Grégory Allione, dans son intervention, avant le chef de l'Etat: "Vingt départements ont déjà réussi à rassembler les numéros d'urgence" et "n'ont pas attendu la loi pour être intelligents".

Auprès de l'AFP, avant l'ouverture du congrès, M. Allione avait dénoncé ces appels inutiles aux pompiers, se demandant s'il est vraiment "logique de déplacer un véhicule toutes sirènes hurlantes pour arriver et trouver une femme enceinte dont la valise est prête pour l'hôpital, avec le mari qui suit derrière avec sa voiture".

"Une vision européenne"

Les déclarations de M. Macron samedi officialisent l'accord début octobre, en commission mixte paritaire, par les députés et sénateurs, sur la proposition de loi Matras. Objectif de ce texte: "consolider" le modèle de sécurité civile français qui repose largement sur le volontariat, 80 % des 250.000 pompiers n'étant pas des professionnels.

Le consensus atteint par les parlementaires visant à une expérimentation de plusieurs modèles avait satisfait l'association Samu-Urgences de France, selon qui il permettra "de démontrer l'efficacité du Service d'accès aux soins (SAS)" face à un numéro unique d'urgence qui entraînerait "une perte de chance" pour les malades. Les urgentistes du Samu étaient soutenus par la Fédération hospitalière de France.

Le Président de la République a également annoncé une revalorisation du remboursement des carences ambulancières, à au moins 200 euros au lieu de 124 euros actuellement, ainsi qu'une réforme des gardes ambulancières, afin de diminuer le nombre de ces carences.

"Les sapeurs-pompiers sont trop souvent sollicités par les services hospitaliers d'urgence, quand aucune ambulance privée n'est disponible", a constaté le président: or "cette situation réduit vos capacités d'action en cas de catastrophe", a-t-il regretté.

Une revalorisation saluée par le contre-amiral Patrick Augier, chef des marins-pompiers de Marseille, auprès de l'AFP: "une augmentation de 50 % c'est conséquent, sur des milliers d'interventions par an, ça va compter d'un point de vue budgétaire", a-t-il expliqué face à cette "grosse feuille de route assez concrète".

Mais toutes les revendications des pompiers n'ont pas été satisfaites, au niveau de la bonification des retraites par exemple: "Après 20 ans d'engagement citoyen, 488 euros par an... Je pense que l'engagement citoyen (comme pompier bénévole) mérite meilleure mesure", avait plaidé Grégory Allione dans son discours.

Annonçant le renouvellement de l'ensemble de la flotte des hélicoptères de la sécurité civile, ainsi que la commande de deux hélicoptères supplémentaires dès début 2022, M. Macron a également souligné la nécessité d'une "vision européenne" en matière d'organisation des secours, avec "une solidarité européenne dans l'urgence".

Le chef de l'Etat a ainsi souligné la montée en puissance du Plan Rescue de l'Union européenne, avec le financement de deux avions à 90 % par l'UE.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Le Sénat approuve l’inscription de l’IVG dans la Constitution, le Congrès réuni lundi

Les sénateurs ont largement voté mercredi 28 février 2024 en faveur de l’inscription de l’IVG dans la Constitution en des termes identiques à ceux de l’Assemblée, assurant de ce fait une "liberté garantie" aux femmes d’avoir recours à l’avortement. Cette modification de la Constitution doit désormais être soumise au Congrès qui se réunira dès lundi à Versailles.

Salon de l’agriculture à Paris : la brasserie Les 2 Fûts veut “démocratiser” la bière artisanale

À l’occasion de la 60e édition du Salon international de l’agriculture à Paris qui se déroule en ce moment jusqu’au 3 mars 2024, l’équipe de maCommune.info a rendu visite ce mardi 27 janvier 2024 à Loïc Fusillier, co-fondateur de la micro-brasserie bisontine Les 2 Fûts.

Salon du chiot à Besançon : la Ville “pas favorable à ce type d’événement”

AJOUT RÉACTION VILLE • Ce week-end à Micropolis se tiendra le Salon du chiot, qui proposera la vente de chiots et de chatons. Un événement qualifié de "foire à la souffrance" par les associations engagées dans la défense du bien-être animal qui dénoncent l’organisation d’un tel salon et demande son annulation. Une pétition a été lancée en ligne...

Le projet de Maison des femmes pour l’égalité à Besançon se concrétise

Dans le cadre de la future Maison des femmes pour l’égalité qui sera implantée à Besançon, le centre d’information sur les droits des femmes et des familles du Doubs et Solidarité Femmes organisent l'inauguration de l’association de préfiguration le dimanche 10 mars 2024 au Grand Kursaal de Besançon.

SIA 2024 : l’agriculture en Bourgogne Franche-Comté est “aussi forte que la filière auto”

Comme chaque année, la Région Bourgogne - Franche-Comté élit domicile temporaire le Salon international de l’agriculture à Paris pendant neuf jours dans le but de promouvoir les produits, les producteurs et éleveurs de son territoire. C’est dans le pavillon 3 mardi 27 février 2024 que nous avons rencontré Christian Morel, vice-président de la Région en charge de l’agriculture, de la viticulture et de l’agroalimentaire.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 7.17
couvert
le 02/03 à 21h00
Vent
0.54 m/s
Pression
999 hPa
Humidité
83 %